Pour une universalité (régulée) des données personnelles

 |   |  916  mots
Arno Pons.
Arno Pons. (Crédits : DR)
Il ne faut pas appliquer les règles du capitalisme à la data mais plutôt celles de la politique en imaginant un « Wikipedia de la donnée personnelle » via une blockchain. Par Arno Pons, délégué général du think-tank « Digital New Deal Foundation » (*).

La récente proposition de Gaspard Koenig consistant à faire payer les données est très intéressante, mais à vrai dire peu efficiente car cela ne représenterait que quelques euros de rémunération par an.... Et surtout elle ne comprend pas la nature même de la révolution numérique qui est entièrement fondée sur la culture « free ». S'il est contre-productif et contre-nature de rémunérer la data, il est en revanche souhaitable de réguler son utilisation et utile de rétribuer ceux qui y contribuent.

Dit autrement, ce qu'il faut ce n'est pas appliquer les règles du capitalisme à la data mais plutôt celles de la politique en imaginant une nouvelle forme de gouvernance.

Un enjeu de plus en plus géopolitique

La data est en effet un sujet majeur du XXIe siècle, et deviendra de plus en plus un enjeu géopolitique comme le fut le pétrole au siècle précédent. Ces précieuses données, et l'utilisation qui en découle, ne doivent donc surtout pas finir dans les mains d'un Etat malveillant ou devenir le carburant de sociétés monopolistiques vouées à concurrencer toujours plus les prérogatives des Etats-nations.

Songez un instant que l'Amérique transfère, volontairement ou non, les données stockées par la NSA à la Russie de Poutine, ou que le dirigeant d'une grande entreprise du net, tel Mark Zuckerberg, utilise les données collectées par sa firme à des fins politiques... La réalité dépassant de plus en plus la fiction, il faut impérativement réfléchir à une organisation internationale qui soit au rendez-vous de l'histoire. Si on ne veut pas que la data et son corollaire, l'Intelligence Artificielle, ne deviennent la nouvelle bombe H dont la prolifération échapperait à tout contrôle, il nous faut imaginer l'équivalent d'une ONU de la data.

Créer une "Organisation mondiale de la Data"

Nous devons pour cela tout d'abord étendre les droits de l'homme aux données qu'il engendre, car elles sont indivisibles de sa personnalité, et constitutives de sa citoyenneté. Cette nouvelle « déclaration des droits de l'homme, du citoyen et de ses données » devra faire l'objet d'un contrôle communautaire international via la création d'une nouvelle agence de l'ONU à l'instar de l'OMS. Cette « Organisation mondiale de la Data » aurait pour mission de suivre et réguler les données des internautes afin d'offrir aux États le pouvoir de les protéger (et ainsi globaliser l'initiative européenne de règlement général sur la protection des données - RGPD).

Dans un monde où la désintermédiation déstabilise les équilibres, il est effectivement temps d'imaginer une gestion des données par une organisation internationale garante du bien commun. Face à la dimension mondiale des GAFA, BATX et autres géants du net, il faut établir un contre-pouvoir et utiliser pour ce faire la même arme qu'eux : le réseau !

Utiliser la blockchain

Puisque le réseau est le nouveau paradigme de l'économie, et la confiance sa valeur étalon, alors utilisons ce même réseau pour contenir ces GAFA en utilisant la blockchain (ce protocole de la confiance peut en effet équilibrer et circonscrire le pouvoir des marques plateformistes en les prenant à leur propre jeu). Cela reviendrait à réveiller le pouvoir de la foule anonyme, génératrice inconsciente de données, en un peuple éclairé conscient de sa valeur.

Cette nouvelle agence de l'ONU dédiée à la data pourrait alors monétiser politiquement cette chaîne de valeur (et non financièrement comme le propose Gaspard Koenig) en donnant la possibilité à un citoyen ou un Etat de vérifier à tout moment où la donnée est utilisée et à quelle fin.

Une autre approche de la patrimonialité

C'est une autre approche de la patrimonialité que celle proposée par le philosophe, les GAFA auraient certes l'usufruit des données produites sur leurs plateformes mais elles resteraient la nue-propriété du citoyen. Ces entreprises seraient alors comptables à tout moment de leur gestion, se verraient opposer un droit d'utilisation abusive, et le cas échéant seraient obligées de réintégrer l'usufruit pour que l'internaute retrouve la pleine propriété de ses données.

La blockchain rémunérant les mineurs (nom donné aux internautes qui font ce travail de régulation) grâce à des monnaies virtuelles comme le Bitcoin, chaque internaute contributeur se verrait ainsi verser une sorte de revenu universel qui ne récompenserait pas sa passivité devant les écrans (comme le souhaite Génération Libre et les libertaires de la Silicon Valley), mais au contraire son activité régulatrice sur le réseau.

En somme, ne nous contentons pas de créer un « nanomarché », et bâtissons plutôt les institutions du numérique. Ayons l'ambition de disrupter les relations internationales en créant la « datapolitique », première discipline en sciences-politiques de l'ère digitale...

L'ONU aurait pu être à l'initiative de Wikipedia dans le cadre de la digitalisation des missions de l'UNESCO, à savoir l'accès universel au savoir de manière collaborative, décentralisée et totalement peer-to-peer. Une nouvelle opportunité se présente, elle doit être saisie avant qu'il ne soit trop tard : créer le « Wikipedia de la donnée personnelle » via une blockchain !

(*) Arno Pons, délégué général du think-tank « Digital New Deal Foundation », est directeur général de 5emeGauche-HerezieGroup, enseignant à SciencesPo.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2018 à 12:38 :
Blockchain = irréversabilité de l'information
RGPD = Réversabilité de la donnée personnelle.

Je suis écroulé de rire
a écrit le 08/02/2018 à 21:24 :
J’ai «  juste » une question technique :

Si créer un doublon virtuel ( une identité , une entité )sur le web et puis pour tous
Et que la «  réalité  de cette identité » existe dans la parallèle réelle ( présent )
La vie en vraie en somme.

Est ce que ceci ne va pas «  créer des nouvelles pathologies et de nouvelles formes d’abus » pour l’homme et son environnement

Ceci est une question et non un jugement
J’essaye de comprendre
Imprimer l’humanité en virtuel pour mieux le contrôler au réel ?

Que fait on alors
de l’essence de la liberté ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :