Raison d'être ou entreprise à mission, le faux débat

 |  | 941 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : iStock)
OPINION. Il devient possible de tirer un premier bilan de la loi Pacte qui a crée deux options statutaires nouvelles dans le droit des sociétés commerciales, en vue de répondre aux besoins d'engagement sociétal que ressentent de plus en plus de gouvernances d'entreprise. Par Patrick d'Humières, Président de Eco-Learn, enseignant Sciences-Po / Sustainable business models (*).

En apparence, le statut d'entreprise à mission rencontre un succès d'estime avec une cinquantaine d'entreprises très différentes, d'agences conseils à des sociétés mutuelles, qui l'ont adopté. Ce n'est pas le cas du statut de raison d'être, au bilan beaucoup plus mitigé, car les démarches que l'on connaît expriment des positionnements déclaratifs dans la veine de « la RSE de bonne volonté » qui ne s'accompagnent pas de mécanisme de mesure, de pression et de transparence garantissant de vrais changements d'orientation des modèles.

À la décharge des entreprises qui ont fait preuve d'initiative en la matière, il faut dire que le dispositif légal proposé comporte de considérables faiblesses. L'essentiel du changement juridique porté par la loi réside dans la modification de l'article 1833 du Code civil qui enjoint à toutes les entreprises de « prendre en considération les enjeux sociaux et environnementaux » au côté de l'intérêt social de l'entreprise, dont on n'a pas tiré les implications fondamentales. Les organisations professionnelles concernées ont fait preuve d'un souci défensif, pour limiter la mise en cause conséquente de cette assertion fondamentale, qui acte la nouvelle mission de l'entreprise, à savoir créer de la valeur dans le respect des enjeux sociétaux ; mais ni les juges, ni la puissance publique n'ont eu encore le souci d'accompagner ce cadre, cherchant plutôt à le minimiser, alors même que c'est une innovation majeure : il articule l'économie de marché avec la stratégie nationale de développement durable (ODD) et il crée le socle de ce qu'on appelle désormais « l'économie responsable », consacrée par la nomination pertinente d'une ministre en charge du sujet, qu'on aurait pu ou du appeler aussi « l'économie durable » dans un souci de cohérence politique.

Le texte de loi appelle des transformations de fond dans la gouvernance des entreprises qui devrait se poser des questions à cet effet, sans attendre qu'une jurisprudence fasse le travail pour dire qu'un Conseil d'administration ou une direction générale a mesestimé les enjeux sociaux et environnementaux, définis désormais de façon claire et objective (cf. indicateurs des ODD, incluant l'alignement sur l'Accord de Paris etc.).

L'entreprise dispose de tous les éléments pour établir son niveau de durabilité qui reconnaît cette prise de considération attendue des enjeux communs ; le travail de fond engagé parallèlement en Europe afin de standardiser l'information extra-financière ne pourra qu'encourager les Conseils à débattre et à décider de l'état de leur trajectoire économique au regard de leurs impacts acceptables qui sera la règle en 2025, à n'en pas douter.

Certaines entreprises ont tenu à disposer d'un cadre formel beaucoup plus structuré pour assumer cette responsabilité élargie à la Société, celui de « l'entreprise à mission » ; il constitue une facilité juridique et une aide technique qui a le plus grand intérêt pour accélérer la mutation d'un « capitalisme a-moral » vers « un capitalisme « parties prenantes ». Ce choix implique le vote par les actionnaires, le comité de suivi, l'audit de contrôle etc.. Les actionnaires n'ont pas à craindre pour autant une démission de l'engagement fiduciaire, à leur détriment, car le contrat est explicite, même s'il gagnerait encore à ce que les objectifs de rendement financier soient précisés au regard des objectifs d'amélioration de la création et de la répartition de la valeur globale et de leurs ROI. Ceci afin de ne pas glisser vers « le non profit » : une attention déséquilibrée en faveur de la dimension sociétale de la mission marginaliserait le dispositif, alors que les statuts coopératif, mutualiste ou solidaire sont là pour ça.

Coincé entre le droit général et le cadre précis de « la mission », « la raison d'être » aura du mal à trouver sa place, d'autant que la loi Pacte ne dit rien sur le comment, laissant l'entreprise libre de son engagement, de son inclusion ou non dans les statuts, ce qui en fait un process au mieux pédagogique et au pire de communication ; les parties prenantes ne voient pas les conclusions qu'on en tire sur les conditions nouvelles de production et de répartition de la valeur - objectifs et indicateurs à l'appui-  pour exclure ce qui n'est pas « durable » dans l'offre et équilibrer l'allocation des résultats, voire la négocier, s'il existe un mécanisme ad hoc en amont de « l'arbitraire » des conseils. On voit bien qu'une Raison d'Etre bien posée conduit à terme au mécanisme de l'entreprise à mission et que dans le cas contraire l'entreprise ne fait que s'exposer à des critiques et frustrations qui mettent sa stratégie au défi de la cohérence et de la constance d'une gouvernance qui voudrait avancer sans oser le demander à ses actionnaires...

Cette décantation se fera inévitablement dans le temps, au détriment des entreprises « superficielles » et à l'avantage des entreprises authentiques. Le dispositif de Raison d'Etre va devenir un statut intermédiaire, de transition vers « l'entreprise à mission » ; il pousse à la construction d'un droit des sociétés qui recherche le changement profond de la gouvernance actionnariale, comme vient de le proposer la Commission Européenne dans un rapport très critique sur l'engagement insuffisant des gouvernances qui s'abritent derrière des intentions pour répondre aux pressions, rendant leur projet illisible ! Mais rien n'empêche les gouvernances d'accélérer par elles-mêmes sans attendre un règlement européen et éviter les malentendus autour d'une « raison d'être incantatoire » qui mine  la crédibilité des initiatives sociétales des entreprises ; dans un monde périlleux, les gouvernances doivent « choisir leur camp » !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :