Loi Pacte et « raison d’être » des entreprises : mode d’emploi

 |   |  889  mots
(Crédits : CHARLES PLATIAU)
OPINION. Non, le profit n'est plus la seule et unique raison d'exister des entreprises. C'est ce qu'a réaffirmé la Loi Pacte en mai dernier, permettant aux organisations de toute taille et de toute nature de définir leur « raison d'être » et de se positionner ainsi sur leur vocation sociétale. Comment repenser l'utilité de l'entreprise à l'aune de sa contribution à des enjeux sociaux et environnementaux qui dépassent le périmètre stricto sensu de son activité ? Par Hélène Valade, présidente de l’ORSE, Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises et directrice Développement Environnement chez LVMH.

La loi Pacte a pour ambition de proposer aux entreprises des moyens de se transformer et de se développer. Ses objectifs majeurs : booster la création d'entreprise et la croissance des PME, encourager le financement de l'économie réelle et rendre les entreprises plus justes et responsables. C'est de ce dernier point que la notion de raison d'être de l'entreprise a émergé.

Cette option proposée par cette loi permet de redéfinir la place de l'entreprise au sein de la société. Poussée à dépasser sa vocation, l'entreprise est attendue sur des enjeux sociétaux. Il s'agit d'accompagner l'entreprise dans sa métamorphose pour la rendre plus collaborative, plus écologique et plus équitable. Bien accueilli par les entreprises, le concept de raison d'être commence à faire des émules. Près d'une dizaine d'entreprises du CAC 40 ont commencé à aborder le sujet, certaines l'ont même déjà adopté.

Pourquoi (vraiment) se doter d'une raison d'être ?

Salariés, dirigeants, consommateurs, investisseurs... la majorité des parties prenantes converge vers le souhait d'une entreprise qui contribue à l'intérêt général et la raison d'être s'impose comme l'un des outils pour y parvenir. Élément de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2020 à 9:52 :
La raison première d’une entreprise est de faire du chiffre et des profits ( C’est dans leur statut légal) sauf les associations et établissements publiques .( c’est dans les textes)

Ensuite ne pensez vous pas qu’il faudrait arrêter les amalgames sociétales pour jouer avec «  le cerveau du collectif « ?

Car une raison d’être commence «  par soi-même » d’abord avant l’environnement financier et sociétal.

Ce qui manque aux humains : c’est leur «  raison d’être » pour créer des chaînes «  d’humanité « 

Notre raison d’être est interne et il est communicatif

Ouvrez les yeux : regardez l’évolution autour de vous : les extrêmes s’entrechoquent, nous comprenons qu’il n’y a que «  le profit » car les humains sont «  en mode de survie » et non en «  mode d’emploi”

Société de rupture ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :