Scission d'EDF : Bruxelles a bon dos, c'est Macron qui tient la hache !

 |  | 1088 mots
Lecture 6 min.
(Crédits : REGIS DUVIGNAU)
POLITISCOPE. Le projet Hercule de scission des activités de l'électricien national entre dans ses derniers arbitrages. Voulu par Bruxelles ? Non, c'est bien Emmanuel Macron qui tient la hache, même si la main de Jupiter tremble. Tandis que l'actuel PDG d'EDF, Jean-Bernard Lévy, tente de préserver un groupe intégré, un ex, Henri Proglio, dans son livre, Les Joyaux de la Couronne, dénonce un démantèlement voulu par Bercy pour piller le trésor de guerre du groupe prévu pour démanteler les centrales nucléaires.

Si la ficelle est grosse, elle est régulièrement utilisée par les élites politiques françaises : renvoyer la « faute » à Bruxelles, faire endosser la responsabilité à la Commission européenne des projets en réalité portés à l'origine par Paris. Exemple le plus récent : EDF, l'électricien national. Début octobre, une fuite dans la presse va en effet laisser croire à l'opinion et aux salariés du groupe public que c'est en fait Bruxelles qui réclame son « démantèlement » : selon une note de l'APE, l'agence des participations de l'Etat sise à Bercy datée du 6 mai, et intitulée « régulation économique du parc nucléaire existant : Schéma Hercule et garanties de gouvernance apportées », la Commission européenne privilégierait « une holding sans rôle opérationnel ni contrôle sur ses filiales et une indépendance entre celles-ci ».

Sortie de son contexte, cette note semble donc accréditer l'idée que la scission d'EDF serait à l'origine une exigence européenne. Ce véritable storytelling présente finalement le projet « Hercule » de réorganisation de l'électricien, comme un moindre mal face au diktat bruxellois. Dans ce scénario, l'Etat français privilégierait la conservation d'un groupe intégré contre vents et marées... C'est en tout cas le discours tenu par le gouvernement aux différents syndicats de l'électricien.

Sauf que l'histoire est tout autre. « Il faut tout de même rappeler qu'au départ, c'est la France qui est demandeur de négociations à Bruxelles au sujet d'Electricité de France », souligne un très bon connaisseur du dossier. Et pour cause : la scission d'EDF est en réalité un projet porté dès l'origine par l'Elysée comme La Tribune l'avait rappelé en décembre 2019 (Quand l'Etat reprend en main EDF avec son projet Hercule).  Un projet ancien : quand Emmanuel Macron est ministre de l'Economie, il reçoit les conseils des banquiers d'affaires Jean-Marie Messier et François Roussely (qui fut PDG d'EDF), qui travaillent alors pour l'APE sur le dossier sensible d'Areva. C'est ainsi qu'en mars 2016, l'actuel chef de l'Etat déclare lors d'une audition à l'Assemblée Nationale que « le statut d'objet coté du nucléaire français [n'était] pas satisfaisant » et qu'une évolution pourrait consister à « rompre le lien entre les activités dans le domaine du nucléaire France et le reste du groupe ». À l'époque, il conclue toutefois son intervention de ministre sur la difficulté de mettre en oeuvre un tel schéma qui « impliquerait [...] un démantèlement ».

Une prudence qui n'est plus du tout de mise une fois l'élection présidentielle passée. Ainsi, dès l'automne 2017, et dans la plus grande discrétion, c'est bien Alexis Kohler et Emmanuel Macron à l'Elysée qui travaillent sur un projet de scission d'EDF. L'idée est alors de couper en deux EDF afin de financer la relance du programme nucléaire - une relance récemment confirmée par le président lui-même qui, lors d'une visite au Creusot dans une usine Framatome a expliqué que « notre avenir énergétique et écologique passe par le nucléaire ».

D'un côté, il s'agit ainsi de sanctuariser les activités nucléaires dans un groupe 100 % public, de l'autre, il est envisagé de privatiser les autres activités, notamment les énergies renouvelables. Dans ce schéma, la branche nucléaire sera amené à vendre au même prix l'électricité des 58 réacteurs à toutes les entreprises qui le souhaitent  : Engie, Total (Direct Energie), ainsi que la branche commerciale d'EDF : « la véritable contrepartie de la nationalisation du nucléaire, c'est que cette EDF réorganisée n'aura plus la propriété de la commercialisation de son électricité produite », nous commentait un ancien cadre il y a quelques mois. Vendre à prix fixe l'ensemble de la production nucléaire du groupe signifie élargir le mécanisme de l'Arenh (Accès régulé à l'électricité nucléaire historique) à 400 TWh (contre 100 actuellement).

C'est justement ce mécanisme, proposé par le gouvernement français, qui est actuellement en négociation à Bruxelles. De son coté, la commission souhaite la séparation de l'outil de production nucléaire de la commercialisation, la suppression du tarif réglementé de vente d'électricité (TRVE), et la mise en concurrence des concessions hydrauliques. S'il y a bien un ancien PDG d'EDF qui est vent debout contre un tel projet, c'est Henri Proglio, l'amenant même à écrire un livre, Les Joyaux de la Couronne (Robert Laffont), dans lequel il critique vertement cette scission de l'électricien national, rappelant que « rien ne justifie qu'une magnifique entreprise comme EDF soit désormais reléguée au rang de producteur indépendant sous contrôle étatique », et estimant qu'« en vendant les réseaux, on coupe la production du consommateur et on désoptimise une nouvelle fois le système ».

Et l'ancien PDG d'EDF de mettre les pieds dans le plat : « Se pourrait-il que les actifs dédiés au retraitement du combustible nucléaire au démantèlement des installations, qui s'élèvent dans les comptes d'EDF à 41 milliards d'euros, tentent quelques uns à Bercy ? Avec un parc nucléaire entièrement renationalisé on pourrait par exemple échanger lesdits actifs sonnants et trébuchants contre une garantie d'Etat. Les déficits publics se réduiraient sans douleur et sans réformes, en laissant la facture aux successeurs ». Bref, pour Proglio, c'est entendu, cette sanctuarisation du nucléaire à EDF et le projet Hercule sont avant tout guidés par une logique financière, de banquiers d'affaires, et non le résultat d'une stratégie industrielle.

Dans ce contexte difficile pour EDF, l'actuel PDG, Jean-Bernard Lévy tente par tous les moyens de préserver un semblant de groupe intégré. Le patron plaide ainsi auprès du château pour préserver l'idée d'une holding de tête rassemblant l'ensemble des holdings qui doivent être créées à terme dans le cadre d'Hercule. Un combat qui sera difficile à gagner tant il ne semble pas avoir les faveurs de l'Elysée, malgré les affirmations du gouvernement sur sa volonté de préserver un groupe « intégré ». Une ambiguïté qui n'est pas nouvelle : en avril 2019, quand le projet « Hercule » a été dévoilé dans la presse, les communicants ont alors réussi à faire croire qu'il s'agissait du projet de Jean Bernard Lévy, et non de l'Elysée. Et aujourd'hui, le sort d'EDF dépend toujours du bon vouloir de Jupiter, plus que de Bruxelles. N'oublions pas qu'Hercule dans la mythologie est bien son fils...


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2020 à 13:17 :
le temps où Sarkozy jurait que ce n'était qu'une ouverture partielle au privé du capital de EDF et que JAMAIS il n'y aurait privatisation.

En deux décennies les néo-libéraux, génies auto-proclamés de l'économie, ont réussi à faire de ce fleuron (dé)nationalisé une catastrophe financière et technique qu'on devra tous payer pendant des décennies, puisqu'il est hors de question qu'on laisse les centrales rouiller sur place, comme on l'a fait pour les hauts fourneaux et le tissu industriel.
a écrit le 13/12/2020 à 9:25 :
D'ailleurs les LREM pensent renvoyer la hache parce qu'elle a encore mal fait le boulot ! Incroyable comme ils sont mal outillés les gars...
a écrit le 13/12/2020 à 8:14 :
nous somme devant la réalité que m macron continue malgré certain discourt
qui ne serve qu' a enfumer les francais
a détruire la france et ses points fort
démantelé edf c'est une destruction total du pays
preuve de plus qu'il ne gouverne pas mais suit en aveugle les ordres des technocrates de bruxelles au desir de prendre en compte les idees ecolos il serait plus inspiré
de publier les cahier de doléances qu"il a pris soins de bien enterrer
a écrit le 12/12/2020 à 21:22 :
LES FRANÇAIS RESTENT TRÈS MAJORITAIREMENT INCONSCIENTS DES DANGERS DE CE QUI SE PASSE À LA BCE
Pendant la COVID19, la fuite en avant de la Banque centrale européenne (BCE) se poursuit inlassablement pour "sauver l'euro".
Les européistes préfèrent ruiner les épargnants et aller vers une explosion finale plutôt que de démanteler calmement l'euro. François Asselineau ce jour.
a écrit le 12/12/2020 à 17:00 :
Monsieur Endeweld, avez-vous lu les GOPE une seule fois dans votre vie professionnelle ?
a écrit le 12/12/2020 à 9:38 :
Tout ce qui fonctionnait bien en france est méthodiquement détruit. Cela nous entraîne vers une perte de compétitivité inexorable, pour la plus grande satisfaction de nos concurrents et de la finance. Les privatisations permettent de lier aux abonnements des services inutiles à la plupart des utilisateurs, et d'augmenter ainsi artificiellement le montant des factures. On a des ventes liées pour le téléphone, pour internet, pour l'électricité, et bientôt le gaz. Et cerise sur le pompon, tout le monde ne paye pas le même tarif (à la tête du client) !
a écrit le 12/12/2020 à 8:52 :
Comme d habitude et comme par le passé pour justifier les démantèlements privatisations au bénéfices d intérêts économiques privés, particuliers - copinages, nos responsables politiques se défaussent sur l Europe, n ont pas le courage d’ assumer et expliquer leurs décisions auprès des citoyens payeurs - consommateurs et imposition fiscale diverse-
Chirac et ses autoroutes, Hollande et Alstom etc... l exemple copier coller de la sncf augure mal de l’avenir d edf...( maison mère :coquille vide dont l état est actionnaire unique , filialisation des activités multipliant les fragilités opérationnelles désorganisant les circuits décisionnels et décideurs -baronnies... en vue d être vendue...donc rémunérer des actionnaires dont l intérêt ne sera pas celui des clients .: maintien de lignes, maintien des horaires des trains, maintenances diverses, maintien du nombre de voitures dans un train , hausse des tarifs etc... )
Bref le but étant un désengagement de l état qui ne dit pas son nom et en toute discrétion
A suivre
Réponse de le 12/12/2020 à 9:55 :
La seule responsabilité en revient au suivisme de la feuille de route de Bruxelles depuis Maastricht, pourquoi le cacher plus longtemps aux français? Tant que nous n' imiterons pas les anglais, par le FREXIT, nous resterons sous la dépendance perpétuelle des GOPE jusqu' à l' extinction totale du pays..

Source, "Les GOPÉ, ou comment nos gouvernements sont subordonnés à la Commission européenne (suite) La preuve par l’histoire"
a écrit le 12/12/2020 à 8:48 :
Comme d habitude et par le passé pour justifier les démantèlements privatisation au bénéfices d intérêts économiques privés et particuliers nos responsables politiques se défaussent sur l Europe, n ont pas le courage d’ assumer expliquer leurs décreusions auprès des citoyens payeurs - consommateurs et imposition fiscale diverse-
Chirac et ses autoroutes, Hollande et Alstom etc... l exemple copier coller de la sncf augure mal de l’avenir d edf...( maison mère coquille vide , filialisation des activités multipliant les fragilités opérationnelles désorganisant les circuits décisionnels et décideurs -baronnies... )
le but étant un désengagement de l état qui ne dit pas son nom et en toute discrétion
A suivre
a écrit le 11/12/2020 à 17:45 :
Du Macron pur jus, en somme ...
a écrit le 11/12/2020 à 11:31 :
Macron va encore sévir, le banquier casseur d'entreprises revient au galop, il va bous faire du Tapi , on démantèle par appartement , on cisaille ,on éparpille le groupe façon puzzle.
a écrit le 11/12/2020 à 10:55 :
l escadrille des démolisseurs d un service au public devra bien rendre des comptes a la population ( ..autoroutes- sncf ext .. sous traitances .hopital - un échec de la politique libérale pour le bien d un petit clan qui s enrichit toujours plus.. en méprisant les jeunes (payé en dessous du smic par indemnité...(cash investigation mérite des honneurs)
Réponse de le 13/12/2020 à 8:01 :
la destruction des sévices publics est plus que souhaitable, c'est la seule chance de sauver ce pays avant l'intervention du FMI !!!
a écrit le 11/12/2020 à 10:55 :
l escadrille des démolisseurs d un service au public devra bien rendre des comptes a la population ( ..autoroutes- sncf ext .. sous traitances .hopital - un échec de la politique libérale pour le bien d un petit clan qui s enrichit toujours plus.. en méprisant les jeunes (payé en dessous du smic par indemnité...(cash investigation mérite des honneurs)
a écrit le 11/12/2020 à 10:02 :
EDF va enfin pouvoir obtenir une régulation adaptée pour effectuer sa transition, que c’est beau. La société EDF sera tronçonnée en trois parties, nous passerons du Bleu Blanc Rouge au Azur, Bleu et Vert et tout ce bazar serait décidé, en plein confinement, dans la discrétion d’une autorité supranationale dont les membres sont désignés et soumis au puissants lobbies. Les centrales nucléaires resteront dans une société publique, le marché régulera le renouvelable et la distribution ainsi l’électricité de trois couleurs passera dans un seul câble, la prochaine fois ils privatisent le mouvement perpétuel. Quant aux barrages ils seront soumis à concurrence, l’état ne sera plus propriétaire il subventionnera seulement les contraintes, rien en dessous de remarquable. Qu’en disent nos représentants, au minimum sont-ils consultés, il y aurait matière à enquête parlementaire, conseil scientifique, conseil de défense et peut être même un référendum car c’est quand même l’argent des Français qui est ainsi privatisé. Souvenons nous que la création de la SNCF en 1938 mis un terme aux errements des nombreuses lignes privées « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre » W. Churchill.
Réponse de le 11/12/2020 à 11:05 :
Le gouvernement a prévu de faire passer ça par des ordonnances, afin d'éviter tout débat parlementaire. Vive la transparence ! En même temps, après Alstom, on pouvait s'y attendre.
a écrit le 11/12/2020 à 9:44 :
Pour Macron, la France doit disparaître par "la vente a la découpe" pour construire un nationalisme impérial sur l'Europe!
a écrit le 11/12/2020 à 9:32 :
La société TOTAL est en embuscade, prête depuis longtemps à racheter ED.F...... La bonne affaire luxuriante...........
Réponse de le 12/12/2020 à 1:14 :
la belle affaire avec des centrales qui ne marchent pas parce trop vieille et que leur coût de démantelement sera exhorbitant
a écrit le 11/12/2020 à 9:03 :
Dans un document rédigé en mai dernier à l’issue de discussions avec la direction générale de la concurrence, ,l’Agence des participations de l’État, qui porte la participation publique (83 %) au capital d’EDF, a expliqué au pouvoir politique les exigences de l’Europe. Et elles sont ahurissantes.
Les titres des deux premiers paragraphes donnent le ton de la position extrémiste de la Direction générale de la concurrence. « La position de la Commission européenne consiste à privilégier une holding sans rôle opérationnel ni contrôle sur ses filiales et une indépendance entre celles-ci […] Cette position entraînerait l’impossibilité de maintenir un groupe intégré et irait au-delà des exigences posées par les textes européens » !

Selon l’auteur de la note, la Direction générale de la concurrence justifierait la désintégration juridique, financière, comptable et opérationnelle du groupe par « l’ampleur de l’aide qui serait octroyée à EDF du fait du SIEG (service d’intérêt économique général, le service public dans le jargon bruxellois) […] afin d’éviter que le soutien au nucléaire régulé ne profite d’une quelconque manière aux autres entités du groupe ». En définitive si les demandes de l’Europe étaient acceptées par la France, il s’agirait d’un démantèlement pur et simple d’EDF.La concurrence est déjà la responsable des dernières hausses du tarif grand public d’EDF.
Réponse de le 11/12/2020 à 11:08 :
Ne pas oublier que l'origine de la proposition du projet Hercule est Macron. C'est bien sa demande ! Par contre, encore une fois, on met tout sur le dos de l'Europe (qui je suis d'accord est aussi à la masse sur l'affaire), pour pouvoir dire à la fin, vous voyez, on a sauvé les meubles (le deal final sera un peu moins pire que ce qui est dans la note de l'APE), alors que finalement, l'Etat a de lui même saboté l'entreprise
Réponse de le 14/12/2020 à 13:10 :
Attention, le projet Hercule trouve son origine du côté de l'Elysée. L'UE fait juste en sorte d'avancer ses pions de la concurrence "libre et parfaite". Cette fuite d'un document de l'APE est suspecte pour moi et donne à penser que l'Etat veut tout mettre sur le dos "de la méchante UE". Ca permettra aussi de montrer que l'Etat a obtenu un projet moins pire que prévu et qu'il s'est battu pour la France !
a écrit le 11/12/2020 à 8:29 :
c'est aux francais de decider il faut un referendum
le démantèlement du pays cela suffit
edf n'appartient ni au president et encore moins
aux technocrates de bruxelles
que bruxelles demande la fermeture des central a charbon oui
a écrit le 11/12/2020 à 8:26 :
Macron et bruxelles sont de la même veine, à savoir germanique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :