Seuls le dialogue et le consensus permettront de rénover la gare du Nord

 |   |  509  mots
(Crédits : Valode & Pistre)
TRIBUNE. Les gares ne sauraient se résumer à des centres commerciaux et leur rénovation doit se faire en partenariat avec la ville et les habitants et non pas contre eux. Par Alexandra Cordebard, maire du 10ème arrondissement de Paris, et Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris chargé de l'urbanisme, de l'architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l'attractivité.

La commission d'enquête a donné un avis favorable pour la gare du Nord et le gouvernement s'apprête à passer en force et à délivrer le permis de construire de manière imminente, juste après, voire même avant les élections municipales, négligeant ainsi le nécessaire dialogue avec la population et la ville de Paris. Comment peut-on imaginer mener la transformation d'un lieu aussi important que la Gare du Nord contre l'avis de la Mairie de Paris, des élus locaux et des habitants ? Cette méthode inacceptable débouchera sur des conditions catastrophiques de chantier, rendant impossible une concertation à l'échelle du quartier sur les travaux et un travail en bonne intelligence.

Depuis plusieurs mois, la Ville de Paris se mobilise aux côtés de riverains, d'associations d'utilisateurs des transports, de protection du patrimoine et de l'environnement, pour revoir le projet Gare du Nord 2024 porté par la SNCF et Ceetrus. Nous en appelons à une refonte du projet afin qu'il respecte les voyageurs, les riverains et l'environnement.

La mobilisation collective autour du projet gare du Nord 2024 a révélé des problèmes majeurs : l'allongement du temps de trajet pour les voyageurs, la construction d'un centre commercial surdimensionné, la non prise en compte des voyageurs du quotidien, l'atteinte au patrimoine, la création d'embouteillages supplémentaires dans le quartier. Des rapports d'experts de l'urbanisme et des systèmes ferroviaires ont souligné un allongement des durées d'accès aux quais pouvant aller jusqu'à 8 minutes, des « problèmes de congestion et des risques de sécurité ».

La SNCF et Ceetrus n'ont pas répondu à l'appel au dialogue lancé par la Ville de Paris et refusent d'apporter des modifications au projet, tout comme la Commission d'enquête qui n'a pas pris en compte les remarques des différentes parties prenantes.

Nous rappelons les demandes raisonnables portées par la Ville de Paris à l'occasion du Conseil de Paris, par voie de presse, dans les commissions d'Aménagement Commercial et dans l'avis sur le Permis de Construire et demandons leur prise en compte dans le projet final : la dé-densification du projet, l'ouverture du projet vers le Nord, et vers le quartier, notamment sur la rue du Faubourg-Saint-Denis, l'abandon de la séparation des départs et des arrivées qui rallonge les trajets, crée des problèmes de congestion et de sécurité, l'amélioration du confort pour les voyageurs du quotidien qui se déplacent majoritairement dans les sous-sols alors que ceux-ci ne sont pas concernés par la rénovation, l'intégration dans le projet de la dépose taxi et VTC pour ne pas emboliser la rue du Faubourg Saint Denis, une réelle protection du patrimoine, une modification du programme commercial et l'abandon de la salle de spectacle, l'augmentation des surfaces végétalisées et la création d'un parc d'un seul tenant.

Les gares ne sauraient se résumer à des centres commerciaux et leur rénovation doit se faire en partenariat avec la ville et les habitants et non pas contre eux.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/03/2020 à 19:34 :
Le projet de transformation était validé par l'ancien pdg de la SNCF, guillaume Pepy, puis par son successeur depuis novembre dernier, Jean-Pierre Farandou . Lequel a engagé pour prendre la direction des gares, Marlène Dolveck, ex-Banque Postale puis HSBC. Mission : la transformation partielle de certaines gares en centres commerciaux .Clairement une stratégie de rentabilité en vue de l'ouverture à la concurrence à des trains privés dans les prochains mois. Le projet se heurte depuis son début, à une très forte opposition, et l'on peut se demander quelle représentativité réelle pour l'enquête publique (comme pour d'autres grands projets inutiles et ruineux). Pour la filiale immobilière du groupe Auchan, Ceetrus, partenaire du projet, une sorte de compensation à l'abandon récent d'Europacity ? L'usager d'une gare publique devenu client-consommateur devra s'adapter.
a écrit le 09/03/2020 à 17:41 :
Les politiciens sont trop soumis aux lobbys et s'imposent de ce fait d'énormes contraintes qu'ils ne devraient logiquement pas avoir au détriment une fois de plus de la réflexion et la démocratie.

Regardez par exemple à Bordeaux, ville construite sur un marécage, dans lequel ce même lobby pousse à un aberrant métro...
a écrit le 09/03/2020 à 17:20 :
Y a des galeries marchandes avec la 'moitié' des emplacement fermés (partis, pas ou pas assez de clients), ne pas toujours croire au miracle, même en tant que gare. Si les loyers sont censés rendre le truc autofinancé, ça nécessite une activité suffisante (Lapalisse). A moins que ça ne devienne la seule zone de chalandise du quartier, y aura là ou rien. Certains cinémas sont devenus des boutiques (Vème) pour leur donner une 2nde vie.
Plus tard, on se rend compte que les décideurs se sont trompés, "ça aurait du fonctionner, c'était estimé, calculé, ", ben non, c'est plus compliqué que ça.
Avant de lancer des travaux peut-être éloigner/déplacer la gare, penser au Grand Paris (et aux espaces verts, une forêt serait bien, là, non ? :-) ).
a écrit le 09/03/2020 à 17:00 :
de tout ce que fait ce gouvernement arrogant et méprisant: passage en force, pas de négociation, eux "savent" et le tout-venant n'a qu'à s'adapter. Mais la colère gronde
a écrit le 09/03/2020 à 16:41 :
priorité au commerce avant tout... pour que les gares ne coûtent plus....
étant acté que de toute manière le voyageurs prendra le train....on "organise" son trajet intérieur à la gare de telle manière qu il passe par la case prote monnaie ouvert....
c 'est aussi simple que celà....
un peu comme les aéroports qui sont devenus des usines à cash...(tant qu il y a des passagers s entend, car en ce moment ça doit ramer sec dans les commerces)...

car que faire quant on a deux heures à perdre avant de monter dans l avion si ce n 'est trainer dans les boutiques...
a écrit le 09/03/2020 à 16:23 :
"Seuls le dialogue et le consensus " Franchement, si il y a bien quelque chose qui n'existe pas en France, surtout actuellement !

Mais c'est fort !

Cela va du coup assez bien avec l'histoire du pays, entre croire ce qu'il en est et ce qui se passe....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :