"Soft power" : jusqu'où ira le Qatar en France ?

 |   |  861  mots
(Crédits : Jonathan Ernst)
L'argent étranger a toujours joué un rôle dans la conduite dans les affaires françaises. Les Qataris l'ont bien compris ! Par Bruno Alomar, économiste, ancien auditeur de la 68e session de l'IHEDN

Dans une formule demeurée célèbre, Georges Pompidou, évoquant le financement de la vie politique française, se serait exclamé : « pas les étrangers ! ». Le message était clair : si les vicissitudes de la vie politique française doivent conduire à des liaisons dangereuses entre le monde politique et le monde de l'argent, l'indépendance nationale impose de refuser catégoriquement l'argent étranger.

Disons-le tout net : l'argent étranger a toujours joué un rôle dans la conduite de nos affaires. Au Moyen-Age, les banquiers lombards ont exercé une forte influence sur les destinées du Royaume. L'Abbé Dubois, ministre des Affaires étrangères de la Régence, rétorquait à ceux qui l'accusaient d'une politique trop favorable à l'Angleterre, que le Royaume avait besoin d'argent, et que l'argent était protestant et non catholique. Plus près de nous, le ruissellement de l'argent dont a été le théâtre la « Françafrique » est un secret de Polichinelle. On pourrait continuer, et, après avoir porté un regard sur beaucoup de nos voisins démocratiques, s'apercevoir que l'herbe n'y est pas nécessairement plus verte...

Comme souvent, tout est question de mesure. La raison d'État, au sens que lui donnait Richelieu, le réalisme dans la conduite des affaires, s'exprime. À ce titre, une hiérarchie des priorités existe quand il s'agit par exemple de traiter avec un pays qui dispose d'une matière première vitale pour notre économie, ou d'un partenaire commercial essentiel. Plus généralement, les relations d'influence entre États que Joseph Nye a synthétisées sous le nom de Soft Power sont un fait de l'histoire. Qu'il soit permis de présenter ici deux situations dans lesquelles des lignes rouges pourraient être franchies.

Au niveau européen d'abord. Que l'Europe se soit construite à l'initiative d'une puissance étrangère, l'Amérique, est un truisme, dont il faut sans doute se réjouir après les deux suicides du continent qu'ont été les deux guerres mondiales. Pour autant, la constitution progressive d'une nation européenne indépendante n'entraine pas chez les fédéralistes d'appel visant à limiter les influences extérieures. Elles sont pourtant essentielles. Influence américaine, d'abord, qui innerve les institutions européennes, et dont les relais majeurs sont l'Otan et les chancelleries des pays anglo-saxons et scandinaves. Influence russe, ensuite, qui joue un rôle majeur dans la définition de la politique énergétique allemande - et donc de l'embryonnaire politique énergétique européenne - et qui atteint des sommets dans un pays tel que la Bulgarie, qui reste en réalité largement sous influence de Moscou. On pourrait continuer.

Au niveau français également. À cet égard, comment ne pas s'interroger sur l'influence si exagérée qu'elle en est devenue un objet de controverse lors de l'élection présidentielle d'un pays comme le Qatar ? Ce petit pays du Moyen-Orient a en effet développé une politique de soft power extrêmement poussée au cours des vingt dernières années. La pénétration européenne a commencé avec Al Jazeera au Royaume-Uni dans les années 1990 dans une stratégie média ciblant les pays anglophones. Puis, dans les années 2000, le Qatar s'est tourné vers la France, en partie pour toucher les pays africains francophones. Il a ensuite commencé à grignoter des parts dans le sport (football, équitation, handball, avec le PSG comme navire amiral) et investi dans les groupes médias français (Lagardère, dont il possède via Qatar Holding 13% du capital, et qui détient une participation dans EADS), l'hôtellerie de luxe, etc. Côté financier, le fonds souverain QIA a pris des parts dans des entreprises françaises stratégiques comme Total.

Le résultat doit interroger : le Qatar, pays vis-à-vis duquel la France n'est pas dépendante (le gaz qatari représente moins de 3% du mix gazier français) et avec lequel elle a peu de relations stratégiques, puisque le pays de la région qui lui sert de base arrière est les Émirats Arabes Unis, a acquis une place démesurée en termes d'influence. Cette influence ne se limite pas à un entrisme systématique auprès de quantités de décideurs politiques français, d'aujourd'hui ou de demain, éminemment malsain. Elle a acquis une influence délétère à travers une stratégie de pénétration déterminée des banlieues françaises, frappées part un chômage de masse chez les jeunes, que le Qatar utilise comme levier d'Archimède pour y faire prospérer une vision néo wahhabite de l'Islam en contradiction majeure avec les principes autour desquels s'est construite la laïcité à la française.

De tout ceci une conclusion émerge. Qu'il s'agisse du niveau européen ou du niveau national, il est illusoire de prétendre maintenir à la porte les intérêts étrangers, sauf à choisir un modèle autarcique dont personne ne veut. Pourtant, plus que jamais, il est utile de savoir ce que l'on veut vraiment : coopérer amicalement est une chose, laisser tel ou tel pays acquérir une influence excessive sur nos décisions en est une autre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/11/2017 à 19:39 :
Article à rebours , Les Qatariens en Français....Sont tombés dans l' isolationnisme dans leur région , déjà F.H avait pris des distances avec eux au profit de l' Arabie Saoudite .Macron mène la même stratégie.Quant aux financements ils sont inférieurs à l' Allemagne et l' Angleterre et leur terrain de jeu est plutôt l' Afrique ou l' on constate une explosion d' attentats dans plusieurs pays . L' arrivée de la fée électricité va changer la donne dans très peu de temps .
a écrit le 01/11/2017 à 17:08 :
A une heure d'avion du Qatar, le Soudan, l’Éthiopie, le Yémen etc... ces pays crèvent de misère. Les aider , plutôt que de d'acheter des hôtels particuliers, des clubs de foot , serait
plus normal. Mais ce petit pays riche en pétrole , préfère faire la fête et faire du ski en plein désert.
a écrit le 01/11/2017 à 15:58 :
Honte à nos élites qui se laissent acheter et sont prêtes à fouler nos valeurs contre des pétro-dollars!
a écrit le 01/11/2017 à 13:56 :
Alors ça c'est la meilleure, le Qatar finance et radicalise les mosquées françaises !? Alors que tout le monde sait que c'est prioritairement l'argent saoudien qui est derrière cette sale besogne. Article douteux et vide...
a écrit le 01/11/2017 à 13:07 :
Alors, je résume... La france est inféodée à son suzerain états-unien. La france est complètement dirigée par le Bundestag allemand. La france dépend financièrement des investissements du Qatar et de la Chine. La france ne trouve de réelles compétences que dans les travailleurs immigrés. La france ? Un pays parasite qui ne parvient à survivre que parce que les autres la dirigent ou lui font l'aumône. Vive la grandeur de la france ! Vive la souveraineté nationale !
Réponse de le 01/11/2017 à 14:38 :
2015 la france a cree 570 000 emplois en Chine contre 45 000 pr les chinois.
la source étant tresor.gouv.fr
Quand nos entreprises fermeront la bas les chinois ne seront pas content oui. Mais par contre concernant le Qatar c pas La meme à part le gaz et un peu de pétrole y'a rien ...eux achètent et nous????
Réponse de le 01/11/2017 à 15:22 :
Sauf que vous n'y connaissez rien et manipulez les chiffres. Ce n'est pas la france qui a créé plus de 500.000 emplois en Chine et ce ne sont certainement pas les franchouillards qui sont capables (ou pas...) de maintenir ces emplois. Et si vous vous fiez aux données annoncées par les sites officiels français, c"'est que vous êtes vraiment un gogo. Quant au puissant Qatar qui, comme vous dites, " a du gaz et un peu de pétrole", c'est tout de même le pays le plus riche du monde. Bien loin donc d'une france en pleine déconfiture du fait de sa population fainéante et incompétente, comme de ses politiciens incapables. Comme vous le dites, "eux achètent, et nous ?" Et la france, donc ? Waarf, waarf : faites-nous rire !
Réponse de le 02/11/2017 à 4:58 :
Pour quelqu'un qui travail que Hong Kong et qui se rend régulièrement en Chine je pense connaître un minimum le sujet. Donc l'interprétation des chiffres c'est pas le gouvernement qui les fait mais les chiffres. Exemple: décathlon en 2015 c 51 ouvertures de magasin en Chine en un an. Alors oui les produits sont fabriqués en Chine pour la plupart mais tous les bureaux de design sont en france comme wedzee dans la vallée de Chamonix. Ca fait vivre du monde. Et dire que le francais est fainéant va falloir sortir le bout de son nez un minimum. On peut dire quon a des gouvernements incompétents et ce depuis 40 ans, mais on vit pas d'amour et d'eau fraîche. De toute façon c'est simple au fond si les quataris n'investissent pas chez nous ils le feront ailleurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :