Faut-il surcotiser ou investir dans un produit d'épargne ?

1 mn

Pour toutes les professions dans lesquelles il est possible de surcotiser (c’est-à-dire cotiser une ou plusieurs tranches au-delà du minimum), il faut donc se livrer à de savants calculs. Une règle reste néanmoins valable : mieux vaut opter pour la capitalisation (assurance vie, Madelin etc.) jusqu’à l’âge de 40 ans et pour la répartition (en surcotisant) au-delà de 50. Le cabinet Optimaretraite a calculé pour La Tribune le rendement une fois à la retraite, pour un versement unique, d'un produit de retraite (Perp, assurance vie, Madelin...) transformé en rente. Nos experts ont pris comme hypothèse une rémunération de 4% l'an, un départ à 65 ans, et ont fixé le taux de rente en fonction de la table de mortalité actuelle. Grâce aux intérêts cumulés, les gains sont bien supérieurs. Pour savoir s'il est préférable de surcotiser ou d'investir, regardez la rentabilité affichée selon votre âge. Si ce chiffre est supérieur à celui de votre caisse de retraite (voir palmarès), mieux vaut épargner. Dans le cas contraire, mieux vaut surcotiser si vous en avez la possibilité. Pour un départ à 65 ans: Si vous avez 48 ans, la rentabilité du placement est de 9,38% Si vous avez 49 ans, la rentabilité du placement est de 9% Si vous avez 50 ans, la rentabilité du placement est de 8,67% Si vous avez 51 ans, la rentabilité du placement est de 8,33% Si vous avez 52 ans, la rentabilité du placement est de 8,01% Si vous avez 53 ans, la rentabilité du placement est de 7,71% Si vous avez 54 ans, la rentabilité du placement est de 7,41% Si vous avez 55 ans, la rentabilité du placement est de 7,13%

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.