FIP (2/2) : une bonne solution pour les investisseurs ?

 |   |  243  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters

Les FIP sont-ils de bons placements ? Il existe plusieurs niveaux de réponse. Premièrement, et contrairement à une idée reçue, le Capital Investissement français (l'investissement dans les entreprises non cotées) reste une valeur sûre et offre une alternative séduisante au traditionnel investissement boursier. Selon une récente étude (publiée en juin 2011 par l'AFIC et Ernst & Young), le TRI annuel sur 10 ans du Capital Investissement français s'élève à 8,6 % alors que sur la même période, le TRI du CAC 40 n'est que de 0,86 % et celui du SBF 250 de 2 %.

Par ailleurs, en période de forte volatilité des marchés, le Capital Investissement est, par nature, décorrélé des performances boursières. Toutefois, il serait parfaitement erroné de considérer l'investissement dans des fonds non cotés comme une réponse unique à l'incertitude des marchés. Le Capital Investissement, moins volatile qu'un investissement boursier, reste naturellement impacté par l'état de santé de l'économie. En période d'éclaircie, comme ce fut le cas en 2011, les cessions de portefeuille se multiplient, faisant croitre la valeur liquidative des fonds. Inversement, en période de récession, les provisions viennent grever leurs performances. C'est ainsi que, sur le seul exercice 2011, Midi Capital a cédé 6 entreprises de son portefeuille, générant à cette occasion une plus-value sur cession de 4,2 M?, soit un retour sur investissement supérieur à 2 fois l'investissement initial (20 % de taux de rendement annuel).
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :