Plan de relance : Corden Pharma Chenôve augmente sa capacité de production de lipides pour Moderna

Dans le cadre d’une visite d’entreprise, Corden Pharma Chenôve a présenté deux projets d’investissements soutenus par le plan de relance. Ils représentent près de 25 millions d’euros pour conquérir le marché international.

6 mn

Matthieu Giraud, Directeur mondial CordenPharma de la Plateforme Lipides, expert des lipides pour vaccins ARNm.
Matthieu Giraud, Directeur mondial CordenPharma de la Plateforme Lipides, expert des lipides pour vaccins ARNm. (Crédits : Amandine IBLED)

« Notre entreprise fabrique ces lipides complexes qui composent la couche de protection de l'ARN messager », explique Matthieu Giraud, directeur mondial Corden Pharma de la Plateforme Lipides, expert des lipides pour vaccins ARNm. Ces lipides ont deux rôles fonctionnels : permettre à l'ARN messager de voyager en toute sécurité jusqu'à la bonne cellule puis de libérer l'ARN messager une fois à l'intérieur de la cellule afin qu'il puisse remplir son rôle (donner l'information à la cellule de produire la fameuse protéine Spike). Corden Pharma est un sous-traitant historique de Moderna. Elle réalise de la chimie à façon pour l'industrie pharmaceutique au travers de cinq plateformes technologiques, dont les deux premières concernent le site de Chenôve (Côte-d'Or) : chimie des petites molécules, chimie des lipides et des glucides, chimie des peptides, produits hautement actifs et produits injectables.

Un effet déclencheur

Comme de nombreuses entreprises françaises de la chimie fine, le site de Chenôve, à proximité de Dijon, a été en difficulté ces dernières années. « Les principes actifs se sont beaucoup échappés en Asie, en Chine, depuis un an ou deux. Et le mot « principe actif » revient dans la communication depuis le Covid : réinternalisation, relocalisation », souligne Yves Michon, dirigeant de Corden Pharma Chenôve. En 2011, le site était proche de la cessation d'activité. Yves Michon et son équipe ont redressé la barre avec un retour aux bénéfices dès 2012. Depuis 2017, les ventes ont doublé pour atteindre un chiffre d'affaires de 57 millions d'euros en 2020 dont 90% à l'export. Le site chenevelier emploie 200 personnes, dont 30 dédiées à la recherche et au développement (soit 15% de l'effectif). « Le plan de relance a eu un effet déclencheur. Sans cet apport, nous n'aurions pas investi », explique ce dernier. Corden Pharma a élaboré deux projets : Conti sur la chimie continue et Licorne autour de la purification de lipides spécifiques. Ces investissements devraient générer une vingtaine d'emplois supplémentaires.

Licorne : la purification de lipides spécifiques

« C'est la plus importante subvention publique de l'état sur un projet en région », assure Fabrien Sudry, le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté. Pour le projet Licorne, sur un investissement global de 39,6 millions d'euros, l'état verse une avance remboursable de 23,7 millions d'euros, « dont 11 millions pourraient faire l'objet d'une subvention directe en fonction de l'avancement du projet », précise Fabrien Sudry. Corden Pharma Chenôve a répondu à l'appel à manifestation d'intérêt Santé - Capacity Building qui s'inscrit dans la stratégie française et européenne de renforcement des capacités de production dans le domaine de la santé afin d'assurer dans le contexte de l'épidémie de COVID, la résilience sanitaire française et européenne. Concrètement, Corden Pharma augmente sa capacité de production des lipides en modernisant d'une part, son parc d'outils pour analyser les lipides, et d'autre part, en créant une ligne de purification des lipides avec une technologie innovante de chromatographie. À cela s'ajoute la modernisation de l'environnement technologique du site et l'extension des laboratoires de développement. Pour Moderna, le site de Chenôve réalise les lipides spécifiques. Dans l'ensemble du processus, l'étape de purification est cruciale. Souvent réalisée par cristallographie, la méthode n'était pas applicable aux lipides complexes destinés au vaccin. L'équipe de Corden Pharma Chenôve a investi dans d'importantes capacités de purification, utilisant la chromatographie haute performance à CO2 liquide (super critical fluid chromatography en anglais, SFC), qui n'étaient pas disponibles dans le réseau européen de Corden Pharma. « Cette méthode SFC permet de purifier les lipides de manière efficace, avec une pureté élevée et des avantages écologiques », souligne Matthieu Giraud. Le CO2 liquide vient remplacer des solvants. Il est recyclé jusqu'à 98%. « De quoi économiser l'équivalent du volume d'une piscine olympique de solvant chaque année », précise Yves Michon.

.

Une partie des investissements du projets LICORNE

Autre opportunité pour Corden Pharma : le Botanicol. L'industrie pharmaceutique utilise du cholestérol d'origine animal. Mais la tendance vise à supprimer ce type de cholestérol. Corden Pharma a synthétisé des lipides à partir de plantes, appelés Botanicol. Un brevet unique a été déposé. Grâce au projet Licorne, le Botanicol pourrait atteindre une commercialisation « en quelques mois ». « Le premier à mettre au point un tel produit pourrait rafler le marché tandis que le second n'aurait que « des miettes », selon Yves Michon. Le marché est très prometteur puisque le produit répond déjà aux critères américains, japonais et européens.

À ce jour, l'équipe de Corden Pharma Chenôve est au stade de la commande du matériel destiné au projet Licorne. La mise en service du laboratoire interviendra au dernier trimestre de l'année prochaine et celle de l'unité industrielle de purification SFC à la toute fin 2022. L'extension de la production est prévue pour début 2023.

Conti : des procédés plus efficaces

Le projet Conti a été soutenu dès le mois d'octobre 2020 par le fonds « Territoires d'industrie » à hauteur de 800.000 euros pour un investissement total de 1,73 million d'euros. Ce dernier est destiné à relocaliser la production de principes actifs pharmaceutiques par l'utilisation d'un procédé de fabrication innovant : la chimie continue. Concrètement, l'entreprise a investi dans un laboratoire « preuve de concept » et une unité de production automatisable. La chimie continue se veut être une « nouvelle approche de la synthèse chimique », non plus en associant ponctuellement des composés pour former un nouveau produit, mais en établissant une fluidité dans le processus afin de mélanger de façon stable et en continu les composés. « C'est une nouvelle manière de mettre en œuvre les composés : On ne voit rien, les tuyaux sont tout petits et on fait cinq tonnes par an ! », s'exclame Yves Michon. Économie, sécurité, maîtrise de la qualité... tels sont les avantages de la chimie en continue selon le président de Corden Pharma Chenôve.

Fabien Sudry, prefet de la BFC aux côté d'Yves Michon, directeur du site, devant le module autonome du projet CONTI

Corden Pharma en quelques chiffres

Corden Pharma Chenôve appartient au groupe ICIG (International Chemical Investors Group). Ce dernier emploie 2.000 personnes dans le monde sur 8 sites de production. Son chiffre d'affaires est en nette progression, passant de 500 millions d'euros en 2020 à plus de 750 millions d'euros pour les prévisions 2021. ICIG travaille avec le top 20 des groupes pharmaceutiques mondiaux mais aussi avec de nombreuses biotech.

6 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.