Avec 54 millions de nuitées, la Bretagne sauve son été grâce aux touristes français

Avec 82% de professionnels satisfaits, le bilan touristique de l’été en Bretagne fait quasiment jeu égal avec celui de 2019. Deuxième de France pour l’accueil derrière La Nouvelle Aquitaine, la région a enregistré 54 millions de nuitées en juillet et août. Une bouffée d’air frais avant un automne en demi-teinte ?
La Bretagne intérieure et les grands espaces du littoral Manche ont davantage conquis les touristes
La Bretagne intérieure et les grands espaces du littoral Manche ont davantage conquis les touristes (Crédits : DR)

En matière de vacances, les Français entendent bien les consignes du gouvernement : ils sont effectivement partis en congés. De quoi rassurer 82% des professionnels bretons du tourisme. Avec 54 millions de nuitées enregistrées en juillet et août, la Bretagne a figuré parmi les destinations plébiscitées par les Français cet été. Selon une étude de Tourisme en Bretagne, dévoilée vendredi et réalisée par le Comité Régional du Tourisme de Bretagne (CRT), auprès de 12.000 professionnels bretons, la Bretagne a accueilli 12% des séjours (10 % en 2019) des 53 % de Français partis en vacances en juillet et en août (70 % en 2019).

« L'été 2020 devrait afficher des résultats relativement voisins de ceux de l'été 2019, un des meilleurs millésimes des dix dernières années », se félicite d'ailleurs Tourisme en Bretagne.

Sans surprise, ces premiers résultats montrent le soulagement du secteur. Plus de quatre professionnels du tourisme de Bretagne sur cinq se déclarent satisfaits, voire très satisfaits de ces deux mois.

« 94% des séjours des vacanciers français se sont déroulés en France, un chiffre bien supérieur à celui habituellement constaté (74%) » relève Tourisme en Bretagne. « La Bretagne a su rassurer les Français et a bénéficié d'une véritable attractivité. Au coude à coude avec l'Occitanie, elle finit seconde derrière la Nouvelle Aquitaine, au classement des régions françaises plébiscitées par les touristes ». La fréquentation française est bien venue compenser l'absence notable des clientèles étrangères habituelles. Si les Belges sont revenus, les Britanniques, Espagnols et Italiens affichent les plus forts reculs.

Succès des hôtels, locations meublées et loisirs de plein air

Le respect des gestes barrière et des règles de distanciation ont sans doute contribué au succès des hôtels et des locations meublées. 86% des hôteliers et 89% des propriétaires de meublés se sont déclarés satisfaits de la fréquentation. La situation s'est avérée plus compliquée pour les professionnels de l'hôtellerie de plein air (60% de satisfaits) et des hébergements collectifs (66% de satisfaits).

Dans le secteur des loisirs, qui a en parallèle bénéficié d'une fréquentation locale, 80% des professionnels affichent leur satisfaction. Les loisirs de plein air (nautisme, randonnée, vélo...) enregistrent même un regain d'activité, forts de niveaux de fréquentation souvent bien supérieurs à ceux des années précédentes (88% de satisfaits). L'enthousiasme est moins partagé par les professionnels des activités et sites de visites couverts (74% de satisfaits) et par les restaurateurs (73% de satisfaits).

De la même manière, les zones urbaines (77% de satisfaits) ont moins attiré les visiteurs que la Bretagne rurale (80% de satisfaits) ou que celle du littoral.

C'est vrai, il y avait du monde sur les plages de Saint-Malo et de Dinard cet été !

Les grands espaces de la Côte d'Emeraude et du littoral Manche ont particulièrement conquis les touristes (89% de professionnels satisfaits), note l'étude.

Inquiétudes pour la suite de la saison

Pour autant la saison n'est pas terminée et la Bretagne attend beaucoup de l'arrière-saison. Deux excellents mois d'été ne permettent pas de compenser les pertes du printemps. Entre le 15 mars et le 30 juin 2020, la perte de chiffre d'affaires pour le secteur du tourisme en Bretagne est estimée entre 1,3 et 1,5 milliard d'euros.

« Le retard de l'avant saison n'a pas été rattrapé et les perspectives pour les mois à venir ne permettent pas aux professionnels de retrouver la sérénité », relève Tourisme en Bretagne qui indique que fin août, la fréquentation s'est arrêtée rapidement. « La reprise de la circulation du virus en France a stoppé les envies de vacances tardives » ajoute le Comité régional du tourisme.

Selon les sondages réalisés, 10% des Français (16% des retraités) déclarent avoir prévu de partir en vacances en septembre et 9% aux vacances de la Toussaint. « L'activité touristique des mois à venir est généralement dopée par les voyages de groupes ou encore par le tourisme professionnel, deux secteurs fortement impactés et sans signaux de reprise aujourd'hui » indique l'étude.

Lire aussi : Pour leurs vacances, les Français limitent kilomètres et budget

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 31/08/2020 à 10:17
Signaler
Moi je veux bien mais se faire envoyer paître à l'hotel des rochers à Perros-Guirec qui refuse de vous servir sur sa terrasse "Bar" à 14 heures parce que : "sinon on va devoir le faire pour tout le monde, c'est pour cela que la terrasse ouvre à 15.00...

à écrit le 29/08/2020 à 12:00
Signaler
l'hôtellerie française s'en sort mieux que ses voisines cet été (Les Echos, 22/08/2020). pour l'Europe, c'est en France que les réservations avaient le mieux redémarré en juillet (MarketWatch, 22/07/2020). France (Nice et Paris), destination la p...

le 30/08/2020 à 9:42
Signaler
dans la région de st tropez de surcroit aux yeux de tout le monde ils font le plein( ( au black pour certains pour toucher l des aides !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.