Rennes Métropole : les habitants apprécient le vélo longue distance

 |   |  908  mots
Entre 2007 et 2018, la part d'utilisation du vélo par les habitants de la métropole de Rennes a augmenté de 34%.
Entre 2007 et 2018, la part d'utilisation du vélo par les habitants de la métropole de Rennes a augmenté de 34%. (Crédits : Reuters)
Les premiers résultats d’une vaste enquête sur les déplacements des habitants de Rennes Métropole ont été dévoilés en septembre. En dix ans, la part de la voiture a baissé pour représenter moins de la moitié des déplacements. Adeptes des transports en commun, dont l’offre a augmenté de 33% sur la période, les Rennais plébiscitent aussi la marche et le vélo pour les distances plus longues.

Pour Rennes Métropole, le passage à l'électrique est un enjeu fort de la mobilité durable. Mais ce n'est pas le seul. Identifiée au plan national pour sa politique ambitieuse en matière de transports publics et de déplacements (premier poste de dépenses), la métropole, qui accueille 6.000 nouveaux habitants par an, affiche sa détermination à susciter et à accompagner la révolution des usages, notamment celle de la voiture solo. Abandon des bus thermiques à horizon 2028-2030, promotion du covoiturage et réduction du trafic routier de 10% en 2030, ouverture d'une deuxième ligne de métro à l'automne 2020 : Rennes réfléchit aussi à l'ouverture de voies dédiées aux bus et aux covoiturages, au prolongement de la future ligne B du métro ou encore au décalage des horaires d'école et de travail pour fluidifier le trafic.

En matière de transition écologique, Rennes Métropole qui a lancé un plan climat de 350 millions d'euros pour diviser par deux les gaz à effet de serre à l'horizon 2030, cherche surtout à s'inscrire comme « le territoire de référence sur la mobilité de demain ». En mars dernier, lors du premier événement InOut sur les mobilités intelligentes, Emmanuel Couet, président de Rennes Métropole, soulignait « qu'innover aujourd'hui, inventer et proposer de nouvelles manières de se déplacer dans des véhicules plus propres, plus partagés, moins nombreux, c'est se mettre à l'abri de devoir contraindre demain. »

Réalisés à l'échelle de Rennes Métropole, les premiers résultats de l'enquête 2018 des déplacements des ménages en Ille-et-Vilaine, dévoilent les premiers effets de cette politique. Dix ans après la précédente, l'étude indique que les habitants de Rennes Métropole, qui réalisent 1,5 million de déplacements par jour, plébiscitent la marche, le vélo et les transports.

Quatrième métropole pour l'usage du vélo

Après Strasbourg, Grenoble et Bordeaux, Rennes est devenue la quatrième métropole où l'usage du vélo est le plus important. Mais cette pratique connaît une évolution. La part modale du vélo reste stable à Rennes, mais elle baisse légèrement sur la métropole. L'enquête souligne cependant que « les distances parcourues à vélo par les métropolitains augmentent de manière significative (+34% entre 2007 et 2018) ».

Rennes, déplacements 2007-2018, infographie, transports en commun,

Sur les distances entre 3 et 10 km, le nombre de déplacements à vélo a doublé depuis 2007, en lien avec le développement de l'usage du vélo à assistance électrique. En revanche, sur des distances inférieures à 3 km, les habitants délaissent le vélo au profit de la marche à pied (+ 11% sur Rennes, + 56% dans la métropole). Pour 11% des Rennais et 7,1% des métropolitains, l'usage du vélo s'affirme également sur les déplacements domicile-travail.

Plus de transports en communs, la voiture reste au garage

Plus globalement, dans un contexte de stabilité du nombre des déplacements (+ 6% de hausse sur dix ans mais augmentation de 8% de la population), la part modale de la voiture a diminué significativement au profit des transports collectifs. Autant pour les Rennais que pour les métropolitains. L'étude évalue ainsi la baisse des déplacements motorisés à 32.000 par rapport à 2007. Rennes se place même dans le peloton de tête des métropoles où l'utilisation de la voiture représente désormais moins de la moitié des déplacements. Les Rennais réalisent plus de 40% de leurs déplacements à pied.

Rennes, part modale des déplacements

« Malgré la hausse de population, le nombre de déplacements réalisés par les habitants de la métropole a baissé entre 2007 et 2018 » rapporte l'enquête. « En moyenne, un habitant de Rennes Métropole effectue davantage de déplacements à pied et en transports en commun qu'un habitant du reste du département. »

Le choix de laisser ou pas son automobile au garage a été facilité par l'augmentation de 33% de l'offre de bus et de métro sur dix ans. En conséquence, la part modale du transport collectif a progressé à la fois pour les Rennais (+ 1.3 points) et pour les métropolitains (+ 0.2 point). Cela représente 26% de voyages supplémentaires effectués chaque jour sur le réseau Star par les métropolitains hors Rennes. Entre Rennes et les autres communes, plus d'un déplacement sur cinq est ainsi réalisé en transports collectifs (21,9% en 2018 contre 17,4% en 2007).

Ambition XL de Rennes en faveur du vélo

Pour Rennes Métropole, cette enquête offre de précieux éléments d'évaluation des dispositifs et des politiques menées en matière de transports et de mobilité douce ou durable. « Deux ans avant la mise en service de la ligne B du métro, ils laissent préfigurer la continuité d'une dynamique positive bien installée », s'est d'ailleurs félicité Jean-Jacques Bernard, vice-président de Rennes Métropole délégué aux transports et aux déplacements, lors d'une rencontre avec la presse en septembre.

L'étude va aussi contribuer à alimenter les réflexions de la métropole dans le cadre du nouveau plan de déplacements urbains qui sera arrêté en fin d'année. La collectivité étudie notamment les futurs aménagements cyclables et les alternatives à la voiture solo. Quant à la ville de Rennes, elle a pour sa part exprimé son « ambition XL en faveur du vélo », et son souhait de se doter d'un réseau Réseau express vélo de 16 km qui permettra de relier les quatre coins de la ville en 15 minutes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2018 à 8:33 :
Le vélo c'est chouette. Mais rennes métropole n'a toujours pas compris que tout le monde ne peut pas utiliser son vélo ou les transports en commun pour venir travailler à Rennes.
Quand le bus met 40 mn et la voiture 20 mn, il faut vraiment ne rien avoir à faire pour prendre le bus.
Ne parlons pas des embouteillages continuels grâce au "magnifique" plan de circulation, du blocage du trafic automobile par les bus par la systématisation des arrêts passagers sur les voies de circulation.
Ne parlons pas des parkings relais métro qui sont systématiquement saturés et en plus situés à l'intérieur de Rennes.
Quant au plaisir de vivre à Rennes, je vous laisse le soin de découvrir la saleté du centre ville, les bandes de SDF avec chiens, le trafic de drogue en plein centre... Il n'y a pas une nuit sans agression...
a écrit le 14/10/2018 à 16:33 :
L'écologie avant tout c est dès impots en plus est la pollution restes la vrais écologie
a écrit le 14/10/2018 à 10:52 :
Rennes, meilleure ville ou il fait bon vivre et 2e meilleure ville pour le boulot (L'Express, 02/2018). trafic aérien en forte hausse.
il y a du boulot dans tous les secteurs ("Emploi à Rennes. 'on peine à recruter dans tous les secteurs d'activité' ", Ouest France, 19/09/2018).
L'Ouest a le vent en poupe.
a écrit le 14/10/2018 à 9:37 :
D'accord avec l'article, mais une donnée a été oublié "bizarrement" :

La crise ? Les gens perdent leur boulot et le prix de l'essence grimpe. Vous pensez pas que c'est un facteur majeur de cette tendance à utiliser le vélo ou le transport en commun ? Noooon faudrait déjà penser par soi-même pour ça^^

A quand un article parlant des finances de l'Etat dans 15 ans ? Quand on aura vendu toutes les entreprises (pardon, "offert") rentables publiques aux potes financiers, que yaura plus les rentrées fiscales faramineuses des taxes carburant (J'ai pas souvenir qu'un seul chiffre sur ça ait été publié dernièrement, "étrange" non ? :)) ?

Aller merci et consommez heureux tant que vous le pouvez.
Réponse de le 15/10/2018 à 8:18 :
Je me suis mis au vélo pour aller au travail pour trois raisons :

- la santé pour pas trop cher
- les économies d'essence et l'IKV
- participer à un mode de vie moins polluant

Il n'y a aucune contradiction entre toutes ces motivations. Le résultat en économie est assez limité jusqu'à présent car le vélo, c'est aussi des frais (à commencer par le vélo). En revanche, pour la forme physique, c'est spectaculaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :