Le gouvernement veut convertir les entreprises au vélo

En déplacement à Angers ce 14 septembre, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé une série de mesures visant à réhabiliter la bicyclette dans l'espace public, dont un forfait mobilité durable pour les salariés.
César Armand

5 mn

Le bonus de 200 euros pour tout achat de véhicules électrique a disparu de la circulation.
Le bonus de 200 euros pour tout achat de véhicules électrique a disparu de la circulation. (Crédits : Pixabay)

De 3 à 9% d'ici à 2024. En six ans, le gouvernement veut tripler la part des déplacements à vélo.

« Cet objectif est quelque chose que l'on retrouve périodiquement, explique Simon Labouret, porte-parole de Paris en selle. C'est un premier pas pour mettre en selle l'ensemble des Français. »

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé ce 14 septembre à Angers qu'un fonds national doté de 350 millions d'euros sur sept ans soutiendrait les projets de création d'axes cyclables dans les collectivités. C'est la première fois qu'un gouvernement présente un tel plan de financement.

« L'ingénierie se fera à travers un appel à projets de l'Agence de l'environnement et de maîtrise de l'énergie (Ademe), assure à La Tribune Bernadette Caillard-Humeau, vice-président de la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB). Les communes ont besoin de cette ingénierie qu'elles n'ont pas toujours dans leurs services. C'est une chance unique pour celles qui ont du retard. »

50 millions d'euros par an pour les infrastructures

A la question de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV le 12 septembre : « 200 millions d'euros par an, c'est cela ? », le ministre d'État chargé de la Transition écologique et solidaire François de Rugy avait pourtant répondu « Même plus que ça, vous verrez ! » Sur les réseaux sociaux, des cyclistes font aujourd'hui remarquer que les 50 millions d'euros annuels équivalent à la construction de trois kilomètres de tramway.

Dans un communiqué, la Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l'homme (FNH) compare, elle, cet investissement à la création de 50 km de pistes cyclables :

« C'est pourquoi, pour un Plan vélo efficace, les associations ont estimé les besoins à 200 millions d'euros par an, soit 3 euros par habitant et par an... Ce montant semble tout à fait atteignable si l'on considère l'annonce, la semaine dernière par le gouvernement, d'un plan total des investissements dédiés aux infrastructures de 27 milliards d'euros sur 10 ans. »

Par ailleurs, 300.000 foyers étant victimes, chaque année, d'un vol de vélo, l'État veut systématiser « le marquage des vélos par les vendeurs » avec « un identifiant unique infalsifiable ».

« Beaucoup de vélos volés sont retrouvés par la police, mais elle a beaucoup de difficultés à dire à qui ils appartiennent. Peut-être aussi que cela permettra d'assécher les motivations de certains », veut croire Simon Labouret de Paris en selle.

Un forfait mobilité durable... facultatif

Le gouvernement va également créer pour les salariés un forfait "mobilité durable" en substitution de l'indemnité kilométrique. « Les employeurs pourront contribuer aux frais domicile-travail de leurs salariés jusqu'à 400 euros en franchise fiscale et sociale », mais a souligné Edouard Philippe, « on n'est pas dans une logique d'obligation ».

« L'indemnité kilométrique était au maximum de 200 euros. Ce plafond est doublé aujourd'hui, ce n'est pas mal », estime Aymeric Weyland, directeur général du salon Autonomy, consacré aux nouvelles mobilités.

Les frais engagés par les entreprises devraient être déduits de l'impôt sur les sociétés dès 2019, mais tout cela restera encore à vérifier dans le détail lors de la présentation du budget le 24 septembre prochain. Quoi qu'il en soit, l'administration mettra, elle, en place dès 2020 un forfait de 200 euros pour les agents de la fonction publique d'État .

Au contraire, les ONG du réseau Action Climat regrettent que la démarche soit « malheureusement toujours pas systématique dans le secteur privé ». Elles  appellent les instances patronales « à prendre leur part de responsabilité dans la transition écologique »,  « en rendant la prime vélo accessible à tous dans les entreprises, au travers d'un forfait mobilité durable rendu obligatoire, (...), c'est-à-dire à hauteur de 35 euros par salarié par mois. »

Quid des trottinettes électriques ?

Aymeric Weyland, d'Autonomy regrette par ailleurs l'absence de législation sur les « engins de déplacement personnel » comme les trottinettes électriques qui se trouvent actuellement dans un flou juridique.

« Leur part modale va dépasser les 3%. C'est trois fois moins cher et ça prend dix fois moins de place que les vélos. Énormément d'entreprises misent déjà dessus », avance l'expert des mobilités actives.

Seront-elles éligibles au forfait mobilité durable ? Rien n'est sûr à ce jour. En revanche, l'État entend donner « les outils nécessaires aux collectivités pour encadrer l'implantation de nouveaux services sur les voiries publiques » dans le projet de loi d'orientation des mobilités, portée par la ministre des Transports Élisabeth Borne.

Parmi les autres annonces, le Premier ministre invite les agglomérations à créer des « sas vélo » devant chaque feu tricolore installé à partir du premier semestre 2019. Il veut aussi généraliser le dispositif « Savoir rouler » afin que chaque enfant sache pédaler à son entrée en collège, de même qu'il entend déployer des plans de « mobilité scolaire » pour les trajets domicile-école. Les 200 euros de bonus, un temps octroyés par l'État pour tout achat de vélo électrique, ont, en revanche, disparu.

Pendant ce temps, la ville de Paris, qui propose toujours une prime de 400 euros pour ce type d'acquisition, a annoncé ce 14 septembre la réservation du centre de Paris aux mobilités douces et transports collectifs un dimanche par mois.

« Cette promesse deviendra réalité à partir du 7 octobre prochain, avec la mise en place d'une zone Paris Respire dans les 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements », a déclaré Anne Hidalgo.

César Armand

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 32
à écrit le 17/09/2018 à 14:03
Signaler
Ben déjà qu'on est en plein retour dans les années 30 d'un point de vue politique, dans le XIXè siècle d'un point de vue social, il ne manquerait plus qu'on soit de retour dans les années 40 au niveau transport (à quand le retour du gazogène ?).

à écrit le 17/09/2018 à 7:14
Signaler
Remarquez, si on est pas trop loin de son lieu de travail et pas trop chargé, on peu aussi aller à pied, ça économise l'achat d'un vélo électrique, et ce sera bon pour la planète en économisant l'énergie...

à écrit le 16/09/2018 à 21:20
Signaler
ces donneurs de leçons feraient bien de balayer devant leurs portes, alors pourquoi ne montrent-ils pas l'exemple, ils aiment mieux prendre des héllico ou des avions pour faire 100, 200,300 kilomètres

à écrit le 16/09/2018 à 9:34
Signaler
Petit micron à maman a investi dans les vélos et veut rentabiliser sa mise de fonds ? Encore une gadgetisation bobïde pour des raisons idéologiques.

à écrit le 16/09/2018 à 9:25
Signaler
Bravo a nos élus. Je suis abasourdi par ceux qui affirment que le vélo est un retour en arrière. J'invite tous les commentateurs à faire quelques mètres en vélo électrique. ESSAYEZ EN UN, ne restez pas ignorants ! J'ai investi dans un de ces peti...

le 17/09/2018 à 11:13
Signaler
Le VAE est tout sauf donné. 2000 € à l'achat, 50€ d'entretien annuel, une batterie de 500 € tous les 4-5 ans et une surprime d'assurance de l'ordre de 50-100 € par an. En général on ne parle que de la charge, qui est effectivement donnée (2 cen...

à écrit le 15/09/2018 à 19:25
Signaler
Le vélo pour les gentils cadres qui habitent au centre-ville et la voiture diesel d'occasion pour les méchants banlieusards. Sinon, certains banlieusards, soucieux de préserver la planète, prennent les transports en commun même si avouons-le , c'est ...

à écrit le 15/09/2018 à 18:59
Signaler
un moyen de draguer les fonctionnaires d'Etat majoritairement résidents de grands centres urbains qui bénéficient déjà de moyens de transports publics (largement subventionnés par la collectivité nationale ) qui les préservent de l'obligation d'utili...

à écrit le 15/09/2018 à 13:09
Signaler
Objectif incompatible avec la centralisation des emplois et le "grand pari".

à écrit le 15/09/2018 à 11:12
Signaler
Pour prendre son vélo, faut-il encore être assez proche de son lieu de travail pour cela. ça concernera jamais 50% de la population, si ça touche au final 5-15% ce sera bien. Les gens de part les loyer ou l'envie de maison, partent en 2/3e couronne...

à écrit le 15/09/2018 à 10:45
Signaler
Après le retour des bus a gasoil pour la masse, les vélos pour les classes populaires... A quand le retour des calèches pour les présidents de région et les porteurs pour les ministres???

à écrit le 15/09/2018 à 10:20
Signaler
Tripler le nombre de Français se déplaçant à vélo, c’est presque une utopie et en tous cas très loin de devenir un transport de masse !!! Il vaudrait mieux se concentrer sur ces derniers que de s’eparpiller en pensant que l’on va avoir trois fois pl...

le 17/09/2018 à 7:18
Signaler
Surtout s'il y a des côtes sur le trajet. Quoi que à Paris, à part le butte Monmartre et la Montagne Sainte Geneviève ça devrait aller, oui, la Butte aux Cailles aussi...

à écrit le 15/09/2018 à 10:17
Signaler
est ce que c'est pour ca qu'ils prevoient deja des immatriculations obligatoirse, et certainement bientot un permis velo........ a defaut d'ecologie, avec des controles techniques obligatoires, et des amendes a gogo, avec obligation d'assurance ( ce...

le 15/09/2018 à 11:01
Signaler
il y'a déjà des obligations d'équipement à avoir sous peine d'amende, avoir casques, feux,...

à écrit le 15/09/2018 à 9:43
Signaler
Je me suis engueulé un jour par un troupeau de cyclistes d'un âge certain qui prenaient la moitié de la route en se foutant royalement des voitures qui étaient derrières eux.Au feu rouge ,je leur ai dit d'aller sur la piste cyclable que la commune av...

à écrit le 15/09/2018 à 9:32
Signaler
Je ne comprends pas pourquoi on présente systématiquement le vélo comme quelque chose de positif et les cyclistes comme des bienfaiteurs de l'humanité. La plupart ne décollent pas des trottoirs où ils gênent les piétons et les mettent en danger, car ...

le 15/09/2018 à 10:59
Signaler
affabulation, impossible d'être "tué" par un vélo par percutions. Il faudrait qu'il aille à plus de 35km/h, ce qui est impossible en ville et en vtt, au mieux la vitesse est de 18 en pointe. Donc en moyenne, pour l'avoir vu sur mon compteur, est en ...

à écrit le 15/09/2018 à 6:37
Signaler
Bref, la France tourne à l'envers: les français vont retrouver l'heureuse époque de la fin de la deuxième guerre mondiale.... et du démarrage de l'envol chinois. Je remercie le contributeur "je dirai même plus" qui a rappelé le but fiscal - un de plu...

à écrit le 14/09/2018 à 23:17
Signaler
Oui, c’est ça, faisons ça...créons également un ministère du vélo et un sous-secrétariat à la trottinette.

le 15/09/2018 à 10:56
Signaler
Mdr, merci pour ce post humoristique!

le 17/09/2018 à 7:20
Signaler
Et le skate, rien pour le skate...

à écrit le 14/09/2018 à 22:54
Signaler
La France continue d’avoir 20 ans de retard: on sait qu’il faut enlever les voitures des villes et favoriser le déplacements en vélos et transports en commun et le premier ministre refuse de rendre l’allocation vélo obligatoire. Mais quel courage! Qu...

le 15/09/2018 à 10:31
Signaler
vous avez besoin d'une allocation pour vous acheter un velo? ca coute 200 euros chez decathlon, et bcp moins en occasion pas besoin d'allocation quand on veut prendre le deux roues, juste de la bonne volonte! mais merci de rappeler que l'ecologie ...

à écrit le 14/09/2018 à 21:15
Signaler
Je viens de conduire dans le centre de Toulouse pendant une heure. Un vrai cauchemard grâce aux vélos : pas de casque, pas de gilet ou autres outils pour se signaler, aucun respect du code de la route, ... Il y avait des vélos partout qui doublaien...

le 14/09/2018 à 22:36
Signaler
@septic : à 20h15 il fait encore jour à Toulouse pas besoin de gilet jaune qui n'est obligatoire qu'hors agglo en cas de mauvaise visibilité et la nuit, le casque n'est obligatoire que pour les enfants. Ces équipements sont utiles et pour ma part je ...

à écrit le 14/09/2018 à 21:01
Signaler
En Suède, on voit par endroits des forêts de vélos, près des gares, des universités, ... mais la ville semble plus orientée vélos et piétons (passages divers, rues terminées par des blocs, seuls piétons et vélos passent. Les piétons étant prioritaire...

le 15/09/2018 à 8:29
Signaler
A Paris, qui n'est pas la ville la plus dense au monde, il y a quand même trois fois plus d'habitants au Km2 qu'à Stockholm, ça rend les choses pas simple. Il paraît qu'à Strasbourg, ville-vélo s'il en est, la circulation aux premiers temps était ...

le 15/09/2018 à 11:08
Signaler
A paris les conducteurs roulent comme des marseillais, doublement n'importe comment, pointes de vitesse hors limite, se gare en double de double file en plein milieu de la route, s'arrête pour discuter dans une ruelle alors qu'il y'a 10 voitures dérr...

à écrit le 14/09/2018 à 19:16
Signaler
Bref, comme les ouvriers dans les années 50 qui allaient au boulot, le nouveau monde surement.

le 14/09/2018 à 20:45
Signaler
Qui dit immatriculation, dit plaque de vélo, laquelle a existé jusqu'en 1958, les plus anciens se souviennent du macaron sur la cadre du vélo de grand papa. et ça nous ramène à....la loi du 28 avril 1893. http://plaque.free.fr/f_v.html ...

le 14/09/2018 à 23:10
Signaler
C'est vrai ! il y avait des parcs à vélo un peu partout ! Waooo la grande révolution, des transports est en route :-)))

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.