Fin du made in France pour Rosières

LUNERY (18). Le fabricant d’appareils de cuisson et d’électroménager Rosières, filiale de Candy Hoover, va fermer sa dernière unité de production près de Bourges dans le Cher début 2021 si elle ne trouve pas de repreneur. Le groupe promet en revanche de renforcer Candy Hoover Services, sa branche logistique également basée sur le site de Lunery.
Après l’annonce de 72 suppressions de postes, Vincent Rotger (photo), président de Candy-Hoover, se heurte au mécontentement des salariés de l’usine de Lunery. Ces derniers organisent une nouvelle manifestation de soutien samedi 25 juillet, soutenue par le président de la région Centre Val de Loire, François Bonneau.
Après l’annonce de 72 suppressions de postes, Vincent Rotger (photo), président de Candy-Hoover, se heurte au mécontentement des salariés de l’usine de Lunery. Ces derniers organisent une nouvelle manifestation de soutien samedi 25 juillet, soutenue par le président de la région Centre Val de Loire, François Bonneau. (Crédits : Reuters)

L'ex-groupe italien d'électroménager, racheté en 2019 par le géants chinois Haier (30 milliards de recettes), a l'intention d'arrêter au second semestre la fabrication des cuisinières Trio (un combiné de four, de plaques de cuisson et de machine à laver la vaisselle) encore effectuée à Lunery. Le site du Cher réalise aussi l'assemblage des autres appareils électroménagers de la gamme Rosières. Déjà fabriquées dans l'usine du groupe basée à Eskisehir en Turquie, les pièces y seront également assemblées à court terme. Rosières s'est par ailleurs mis en quête d'un repreneur pour reprendre la plate-forme industrielle dédiée aux cuisinières Trio. Ce produit de niche vendu à 7.000 exemplaires par an s'adresse essentiellement aux fabricants de caravanes et de bateaux de plaisance. « Il pourrait intéresser un petit opérateur du secteur, assure Vincent Rotger, président de Candy-Hoover et CSO d'Haier en Europe. Dans ce cadre, nous sommes prêts à accompagner le projet de reprise, y compris en rachetant une partie de la production sous la marque Rosières ».

De la recherche de ce repreneur éventuel dépend en partie l'impact social de l'arrêt des chaines de fabrication de Rosières qui emploient 72 salariés à Lunery. Dans le cadre de la procédure d'information consultation des élus, le groupe a annoncé vouloir créer parallèlement 26 nouveaux postes chez Candy Hoover Services, qui leurs seront proposés en priorité. Candy Hoover assure également vouloir faciliter les reclassements des salariés sur d'autres sites du groupe.

Maintien de la compétitivité de Candy Hoover

L'appel au maintien, voire à la relocalisation de l'industrie sur le territoire, réaffirmé et largement soutenu par l'Etat français depuis le début de la crise sanitaire, n'a pas été entendu par Candy Hoover pour des questions de compétitivité. Le groupe avance dans ce cadre le caractère ultra-concurrentiel marché de l'électro-ménager en France et à l'échelle mondiale. 16 fabricants, sans compter les distributeurs, opèrent ainsi dans l'Hexagone. Dans ce contexte, Rosières, qui était légèrement dans le rouge en 2018 (500.000 euros de déficit pour 20 millions d'euros de recettes) aurait perdu 40% de ses volumes de vente en 2019. La crise sanitaire du Covid 19 a encore aggravé les difficultés de la marque haut de gamme. Conséquence, Candy Hoover, qui exploite quatre enseignes (Candy, Hoover, Haier et Rosières) et a réalisé 350 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019, a vu son excédent brut d'exploitation chuter de 85% en trois ans. En tablant sur des coûts de main d'œuvre trois fois moindre en Turquie, le groupe espère retrouver un taux acceptable de profitabilité dès l'année prochaine.

Avec Brandt, détenu depuis 2014 par le conglomérat algérien Cevital, Rosières était le dernier fabricant d'électroménager hexagonal après la délocalisation complète de cette industrie à partir des années 1980. L'ancienne fonderie, créée en 1869, n'était déjà plus que l'ombre d'elle-même. Dans les années 1970, l'usine de Lunery employait environ 1.300 salariés.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 22/07/2020 à 16:12
Signaler
Dans la lignée de la destruction de l'emploi industriel en France.

à écrit le 22/07/2020 à 15:59
Signaler
Encore une boite au nom à consonance Française mais qui ne l'est pas. Au moindre problème, l'arbitrage se fait au détriment de la France. Pendant ce temps, 450 Milliards d'Euros dorment sur les livrets défiscalisés sans risques mais aussi avec une ré...

le 22/07/2020 à 17:22
Signaler
On a le choix ?????!!!!!! Première nouvelle

à écrit le 22/07/2020 à 15:41
Signaler
Un combiné de four, de plaque de cuisson et de machine à laver sans rire ? Et ils s'étonnent que ça se vende pas alors qu'avec internet jamais le client n'a eu autant le choix sur tout eux ils veulent lui imposer une combinaison de produits de consom...

le 22/07/2020 à 16:15
Signaler
c'est effectivement bizarre comme choix, lave vaisselle serait plus adapté que lave linge. :-) Avoir les feux gaz (ou plaques électriques) au dessus du four j'ai toujours connu ça. Quand les gens ont peu de place, une machine qui fait tout rend servi...

à écrit le 22/07/2020 à 14:19
Signaler
un peu de protectionisme ne ferait pas de mal.Mais des que l'on en parle ,on est traité de populiste et j'en passe.

à écrit le 22/07/2020 à 13:41
Signaler
Et dire que ça veut faire revenir des industries en France... LOL !!!

le 22/07/2020 à 15:54
Signaler
Vous prenez une exception pour en faire une généralité !

à écrit le 22/07/2020 à 13:12
Signaler
Étant du"coin", je suis allé une ou deux fois acheter des produits en solde à l'usine, produits avec quelques chocs. Ce qui m'avait "choqué" aussi était la "main-mise" des syndicats gauchistes, un peu comme celui syndicat du livre CGT dans la presse...

à écrit le 22/07/2020 à 12:59
Signaler
notre premier sinistre veut relocaliser ça commence mal !

à écrit le 22/07/2020 à 12:22
Signaler
Si ces crétins de dirigeants avaient robotisé à outrance (au lieu de courir le guilledou) la situation actuelle ne serait pas si obérée

le 23/07/2020 à 7:19
Signaler
dirigeants qui sont avide de profit créer par la fiscalité européenne ou chaque pays tire la couverture et aidé par les écolos avide eux de déconstruction industriel pour toute prochaine élection demandé aux verts leur programme sur les entrepris...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.