La quarantaine imposée par Londres met le port de Calais sous tension

REPORTAGE. Le port de Calais est en ébullition après que le gouvernement de Boris Johnson a décidé de placer en quarantaine toute personne arrivant de France. Si le grand rush se fait encore attendre, l’afflux des vacanciers britanniques précipitant leur retour ne cesse de s’intensifier.
Les compagnies de ferries du port de Calais vont augmenter leur capacité d'accueil à 750 passagers pour faire face à l'affluence prévue.
Les compagnies de ferries du port de Calais vont augmenter leur capacité d'accueil à 750 passagers pour faire face à l'affluence prévue. (Crédits : Franck Crusiaux/REA)

« On a annulé nos vacances et on rentre à la maison ! » Au port de Calais, les files de véhicules commençaient à gonfler vendredi après la décision du gouvernement britannique d'imposer une quarantaine, liée à l'épidémie de Covid-19, à toute personne venant de France.

En début d'après-midi, le trafic s'était certes densifié dans le premier port français pour le trafic passagers, sans pour autant déborder sur la rocade portuaire ni provoquer de bouchon sur les autoroutes aux alentours.

« Nous nous attendons à beaucoup de retours au cours des prochaines heures, de nombreux Britanniques qui ne devaient rentrer que lundi ou mardi ayant décidé de rentrer précipitamment pour ne pas avoir de souci avec leur employeur », dit Jean-Marc Puissesseau, le président du port.

Lire aussi : En cas de Brexit dur, Calais, Douvres et Dunkerque s'attendent au pire

Pas de vente au guichet

Ici et là, des passagers piétons, sac à dos sur les épaules, se voient contraints de rebrousser chemin : depuis la crise sanitaire, les compagnies ne leur vendent plus de ticket, mais ils ont tenté leur chance.

« C'est un peu comme si on recommençait l'opération dynamo de mai 1940 avec notre retour précipité at home... », sourit avec flegme Ken, voyageur londonien qui se présente au volant de sa voiture avec sa femme et ses trois enfants, billets en main pour embarquer à bord d'un ferry de la compagnie DFDS. « On avait prévu de rentrer avant le rush du 15 août... On ne le regrette pas », ironise-t-il, conscient d'être passé entre les gouttes.

Paul Trower, retraité britannique, a pu trouver son sésame : « quand je me suis levé ce matin vers 6 heures, j'ai regardé mon téléphone et tout le monde m'écrivait que nous allions être en quarantaine, donc on a réservé un ferry, annulé nos vacances et on rentre à la maison pour éviter cela, parce que ma femme travaille et que je dois m'occuper de ma petite-fille. »

Fermées en raison de l'épidémie, les salles d'embarquement des compagnies ont rouvert exceptionnellement. Pas pour la vente aux guichets : seules les réservations par internet fonctionnent. Mais pour informer les passagers et gérer les flux, une tâche assurée par le personnel du port, chasuble orange sur le dos, alors que les compagnies ont augmenté les capacités de 500 à 750 passagers par ferry.

Lire aussi : Brittany Ferries s'ancre à Saint-Malo mais louvoie face au Brexit

Des annulations en série

La nouvelle de cette quarantaine imposée par Londres suscite aussi la surprise: « Je crois que c'est très soudain. Cela aurait pu être un peu plus graduel, et en prévenant un peu plus à l'avance », relève Tony Samson, un ingénieur britannique.

Elle nourrit aussi les doutes: « Cela en vaut-il vraiment la peine? Cela va-t-il vraiment nous protéger de ce genre de virus cycliques? Je ne le crois pas personnellement. Cela va surtout provoquer beaucoup de dommages. Une quarantaine de deux semaines, c'est une grosse atteinte aux libertés, non ? », s'inquiète Louis Katson, manager britannique.

« On sait que le nombre de nouveaux cas augmente en France, mais il augmente partout ! J'ai dû tout annuler pour venir ici », abonde Igor Ivanickig, un Britannique, devant un magasin de vins et spiritueux à proximité du terminal ferry.

Près de la gare TGV de Calais-Fréthun, le gérant d'un autre magasin du même type, Olivier Versmisse, se désole lui aussi : « C'est une très mauvaise nouvelle. Les Anglais ne sont de retour que depuis quelques mois. On sentait qu'ils avaient besoin et envie de revenir sur le continent pour les vacances, pour faire plein de choses qu'ils avaient l'habitude de faire. Là, malheureusement, les gens ne vont plus venir. On a déjà des annulations de commandes... »

Lire aussi : Le PIB trimestriel du Royaume-Uni s'effondre de 20,4%

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 15/08/2020 à 18:50
Signaler
brexit + Covid + quarantaine... Dieu sait ce qu'il va encore inventer pour punir les français et les européens de na pas vouloir accepter un brexit à SES conditions. Je pense que l'UE devrait appliquer la réciproque stricte. l'UE n'a pas besoin du...

le 16/08/2020 à 23:08
Signaler
Le RU n'a pas besoin de l'UE.

à écrit le 14/08/2020 à 23:55
Signaler
Et pas de tests qunad on rentre en Angleterre (ou la France) pour demontrer qu'on n'est pas infecte?

le 15/08/2020 à 10:20
Signaler
Seul compte la rapidité du résultat d'un test ,de 3 à 7 jours ,c'est trop tard ,on peut être contaminé de nouveau pendant ce délai.Bref, cela ne sert a rien, sauf à avoir un document dans la poche pour se rassurer.Sans oublier les asymptomatiques ou...

à écrit le 14/08/2020 à 22:14
Signaler
Nos londoniens ferons de plus longue vacances dans l’hexagone, c'est là où l'on voit un rapprochement de "point du vue"!

à écrit le 14/08/2020 à 19:09
Signaler
C'est peut-être le moment de revoir le tracé (physique, s'entend) de la frontière, non ?

à écrit le 14/08/2020 à 17:53
Signaler
Pas malins les british ; qu'ils aillent en Belgique prendre le ferry à OStende 0

à écrit le 14/08/2020 à 17:37
Signaler
C'est vrai que ça faisait longtemps que nous n'avions pas eu autant de touristes anglais. Maintenant de se précipiter est un peu bête non ? Puisqu'il faudra la faire la quarantaine quoi qu'il en soit... Autant profiter des vacances !

le 17/08/2020 à 5:35
Signaler
Valable que pour les anglais qui avaient prévu de rentrer15 jours avant leur retour au travail et ils doivent être peu nombreux. Les anglais ne sont plus ni moins stupides que les français, ceux qui peuvent rester le savent. Les médias français ont...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.