À Saclay, Emmanuel Macron rêve d’un « MIT à la française »

 |   |  544  mots
A l'heure des débats sur le périmètre et les compétences des uns et des autres en Île-de-France, et devant sa présidente Valérie Pécresse et son confrère François Durovray, patron du conseil départemental de l'Essonne, Emmanuel Macron l'assure : « Le plateau de Saclay doit devenir un campus métropolitain »
A l'heure des débats sur le périmètre et les compétences des uns et des autres en Île-de-France, et devant sa présidente Valérie Pécresse et son confrère François Durovray, patron du conseil départemental de l'Essonne, Emmanuel Macron l'assure : « Le plateau de Saclay doit devenir un campus métropolitain » (Crédits : Reuters)
En visite sur le plateau de Saclay mercredi 25 octobre 2017, le président de la République, qui a promis des annonces sur le Grand Paris en décembre, a confirmé la césure entre l’université de recherche intensive « Paris-Saclay » et un second pôle autour de l’Ecole polytechnique.

Dix ans que le feuilleton agite les départements de l'Essonne et des Yvelines. Saclay et Polytechnique, vaisseaux-amiraux, vont-ils ne faire qu'un ? Mercredi 25 octobre 2017, Emmanuel Macron a tranché :

« Nous devons construire un paysage plus simple, plus attractif, qui offre plus d'opportunités. »

Il ajoutait :

« La question des prééminences s'est posée, mais, à chaque fois que nous mettons trop d'énergies dans des guerres intestines, nous ralentissons l'histoire quand l'histoire s'accélère. Certains ont joué le jeu, d'autres ont montré leur résistance. »

Aussi, après avoir dénoncé « toute tentative d'uniformisation (qui) est vouée à l'échec », le Président a-t-il confirmé l'existence de deux pôles complémentaires aux « éléments transversaux » : d'une part, l'université de recherche intensive « Université Paris-Saclay », concentrée à Orsay et Gif-sur-Yvette, qui regroupera les universités de Paris-Sud, Versailles-Saint-Quentin, Évry, Centrale Supélec, ENS Paris-Saclay et l'IOGS (Institut d'optique Graduate School) ; et d'autre part, une alliance de grandes écoles avec l'X, l'ENSTA, l'ENSAE, Telecom Paris Tech et Telecom Sud Paris.

« Faire éclore une licorne dans quelques années »

Emmanuel Macron entend, en réalité, que la situation « évolue vers un MIT à la française », avec la création de valeurs économiques en lien avec les entreprises, du grand groupe à la startup, et ce, dans l'espoir de « faire éclore une licorne dans quelques années ». Et d'insister sur une condition de la réussite du projet : « la lisibilité et la clarté qui sont essentielles pour l'attractivité de la France auprès des partenaires européens et dans toute la francophonie », et notamment en Afrique où il faudrait « projet notre enseignement supérieur ».

Taclant ceux qui auraient voulu « une unité complète », le président de la République assure que « la marche arrière n'est plus possible. Les cultures doivent irriguer un projet plus ambitieux », et, « en même temps », promet que l'État sera là pour « consolider, clarifier et décupler chacun des efforts ». Outre l'intelligence artificielle, les défis sont en effet nombreux : « Nourrir la planète, éradiquer la misère, dessiner la mobilité de demain... » pour lesquels « une grande partie des réponses » viendra du plateau de Saclay.

Un campus métropolitain

A l'heure des débats sur le périmètre et les compétences des uns et des autres en Île-de-France, et devant sa présidente Valérie Pécresse et son confrère François Durovray, patron du conseil départemental de l'Essonne, Emmanuel Macron l'assure : « Le plateau de Saclay doit devenir un campus métropolitain », promettant des annonces en décembre, mais dont « aucune décision ne viendra réduire l'ambition portée de rayonnement international ».

Juste avant ce discours, lors de l'inauguration du nouveau bâtiment de l'Institut de mathématique d'Orsay, le député de l'Essonne Robin Reda, qui s'apprête à créer un groupe de travail LR sur le Grand Paris à l'Assemblée nationale, confiait justement à La Tribune que « l'hypothèse de "l'arrachement" de Saclay à la Métropole commence à se tarir ».

Lire aussi: Les départements franciliens veulent une métropole à l'échelle de la région

Pour rappel, le plateau comptabilise près de 76.000 étudiants, 11.000 chercheurs et 350.000 emplois, dont 10% dans la recherche et le développement.

Par César Armand,
correspondant Grand Paris/Île-de-France pour La Tribune

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2017 à 18:35 :
Tiens bizarre vous avez dit bizarre, un n-ième projet qui tourne autour de l'X . Excusez moi du peu , j'oubliais que la plupart des conseillers techniques de Macron étaient eux-même issus de cette prestigieuse, extraordinaire institution qui a produit tant de mastodontes dans l'informatique qu'on cherche encore ... . Et bien moi, comme je suis divergent , je mets plutôt une pièce sur le pragmatisme de Xavier Niel car les licornes sont créées pour la plupart par des dropout qui se foutent de la rente du diplôme à des années lumières du côté petit joueur et mesquin du grandzecolier moyen.
a écrit le 26/10/2017 à 17:56 :
C'est simple le classement des Nobels : L’École polytechnique se place à la 6ème position derrière l’École Normale Supérieure (1ère), le California Institute of Technology (2ème), Harvard University (3ème), Swarthmore College (4ème) et Cambridge University (5ème). L’X arrive devant le MIT (7ème), Columbia University (8ème), Amherst College (9ème) et University of Chicago (10ème).
a écrit le 26/10/2017 à 17:40 :
newuni, quel nom "à la con"... ça fait "Nouilles Unies"
a écrit le 26/10/2017 à 17:39 :
MIT a la Française, ca va etre beau: on privilegie l'enseignement du pipot: on forme ds futurs managers rois de l'economie et du pipotage, et non pas de vrais scientifiques et ingenieurs techniques. Notre pays mise sur le management, la gestion de projet, l'économie, et le pipeau, et non pas sur le technique et la vraie recherche scientifique. ce qui fait la grandeur de ces ecoles cest le niveau du concours d'entrée, mais les directions incitent au clientellisme.. "faut que les cours plaisent aux eleves"! et commme les eleves Français n'aiment pas le technique...

Nous allons etre tres vite dépassé par les chinois qui eux raffollent du techniques et mettent le paquet dessus!
Réponse de le 27/10/2017 à 10:06 :
Entièrement d'accord !
La grande force des universités americaines c'est qu'elles enseignent ce qui est, ce qui a été developpé en son sein, du producteur au "consommateur" en quelques sorte, alors qu'on à le droit au telephone arabe en france...
Réponse de le 28/02/2018 à 22:31 :
Non, ça c'est HEC / ESSEC...
a écrit le 26/10/2017 à 15:39 :
Pourquoi l avoir fait a Saclay ?
c etait une bonne occasion de faire une bonne action pour les gens qui vont y travailler et ceux qui voint y etudier: le localiser hors region parisienne !
Réponse de le 26/10/2017 à 23:52 :
Exactement ! Un étudiant à bien du mal à se loger sur saclay, et on vous demande alla plupart du temps deux garants pour un logement !
a écrit le 26/10/2017 à 14:27 :
L'X et ses satellites dans le plus pur jus étatique. De l'autre coté une Université de recherche intensive avec une plus forte ouverture sur le privé.

Bon, bon la licorne on peut faire beaucoup de chose avec sauf s'assoir dessus et pourtant ...
Réponse de le 26/10/2017 à 17:22 :
Combien de prix NOBEL sortis de l'X et combien du MIT ?
Beau ratage témoin de la capacité de nuisance des anciens X soucieux de leurs petits privilèges

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :