Crise au sommet du Grand Paris Express : Thierry Dallard bientôt remplacé

Selon nos informations, le Premier ministre qui souhaitait le départ du président du directoire de la Société du Grand Paris a fini par obtenir gain de cause. En filigrane de ce départ, le décalage des lignes des Jeux Olympiques et sans doute, des interrogations sur la réalisation de l'intégralité du super métro du Grand Paris.
César Armand
Thierry Dallard, l'actuel président du directoire de la Société du Grand Paris
Thierry Dallard, l'actuel président du directoire de la Société du Grand Paris (Crédits : DR)

Article publié le 23.02.2021 à 15h37 mis à jour le 23.02.2021 à 18h19

La rumeur bruissait dans le microcosme grand-parisien depuis au moins octobre dernier et la publication d'un décret équivoque au Journal officiel. Selon nos informations, c'est confirmé: le Premier ministre Jean Castex a obtenu le départ de Thierry Dallard, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP), contre l'avis du président de la République Emmanuel Macron.

Le patron de l'établissement public qui construit le métro du Grand Paris Express aurait été appelé par l'Elysée qui l'en a informé lundi 22 février. "Cela s'est décidé dimanche soir", confirme Pierre Bédier, président (LR) des Yvelines qui siège au conseil de surveillance de la SGP aux côtés des autres présidents de départements, de hauts fonctionnaires, de la maire (PS) de Paris et de la présidente (Libres) de la région Ile-de-France.

"Je sais que Thierry Dallard était sur la sellette depuis la nomination de Jean Castex à Matignon", confie Pierre Bédier. "Manifestement, ça ne s'est pas bien passé entre les deux hommes. C'était de notoriété publique à Paris", poursuit le président des Yvelines.

Un cost-killer à la tête de la SGP

Pour l'heure, Thierry Dallard ne souhaite pas s'exprimer. Un nom circule pourtant déjà pour le poste de prochain président du directoire de la SGP: Jean-François Monteils, actuel président de la chambre régionale de la Cour des Comptes Nouvelle-Aquitaine. Rue Cambon à Paris, un magistrat financier témoigne de son profil de "cost-killer" : Monteils est un "pur produit de la Cour des Comptes jamais passé dans le privé".

Sorti de l'ENA en 1993, Jean-François Monteils a, notamment, été secrétaire général pour les affaires régionales de la préfecture de Corse ainsi que secrétaire général et haut fonctionnaire de Défense et de Sécurité au ministère de l'Ecologie. De même qu'il a été conseiller de François Fillon à Matignon entre 2007 et 2010. C'est sans doute à cette période que Jean-François Monteils a croisé Jean Castex. A l'époque, l'actuel Premier ministre était directeur de cabinet du ministre du Travail Xavier Bertrand, puis conseiller social du président Sarkozy à l'Elysée.

Une nouvelle qui passe mal

Thierry Dallard, lui, avait été nommé en mars 2018 par l'ex-Premier ministre Edouard Philippe, après avoir été "chassé" par une entreprise spécialisée. Sa mission: conduire la réalisation de l'intégralité d'ici à 2030 tout en veillant à trouver 10% d'économie. Une mission qui semble déjà arriver à son terme. A 14 heures, il a annulé à la dernière minute un rendez-vous téléphonique prévu avec un président de département de grande couronne, autre que Pierre Bédier. Parmi les causes évoquées pour son remplacement, le décalage de la livraison des lignes olympiques pour les JO de 2024.

Sans surprise, la nouvelle est très mal accueillie par les responsables politiques et publics. Le président (LR) du conseil départemental de l'Essonne, François Durovray déclare "tomber de l'armoire". Les professionnels du BTP, par la voix de Bruno Cavagné, président de la fédération nationale des travaux publics (FNTP), font, eux, savoir leur "incompréhension".

César Armand

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 24/02/2021 à 3:28
Signaler
Ce projet est a contre courant de tout ce qui s'opere actuellement dans le monde. En Chine et ailleurs, meme Seoul a delocalise une grande partie de ses administrations en peripherie. Les mega cites ne sont plus a l'ordre du jour sauf a .....Paris.

le 24/02/2021 à 11:16
Signaler
Vous connaissez le métro de Pékin ? Hyper étendu, hyper moderne, hyper efficace. Mais avant d'externaliser les administrations, il faut donner les moyens aux employés de se déplacer.... et ne pas faire l'inverse ! Le super métro du Grand Paris perme...

à écrit le 23/02/2021 à 21:13
Signaler
Et Richard d’orange qu’a envoyé 4000 pauvres salariés d’Orange au milieu de ce chantier interminable aux confins de Châtillon à Orange Gardens le temple français du mal être au travail, il reste à son poste, lui ?

à écrit le 23/02/2021 à 19:13
Signaler
Comment le Grand Paris Express pourrait-il être mené à bien, alors que les usagers des transports en commun parisiens ne payent que la moitié, voir le tier du coût de revient de leur voyage ? Le modèle économique est défaillant

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.