Île-de-France : la désillusion au quartier général de Claude Bartolone

Dimanche soir, la déception s'est progressivement installée chez les militants socialistes présents au quartier général de Claude Bartolone, le candidat de la gauche aux élections régionales franciliennes battu par Valérie Pécresse, tête de liste LR-UDI-MoDem.
Mathias Thépot

2 mn

La défaite de Claude Bartolone fut longue à se dessiner dimanche soir.
La défaite de Claude Bartolone fut longue à se dessiner dimanche soir. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau)

« Les Franciliens ont choisi de donner la région à la droite ». Par ces mots, le candidat de la gauche en Île-de-France, Claude Bartolone, a admis la victoire de sa concurrente Valérie Pécresse au second tour des élections régionales. Les chiffres donnés par le ministère de l'Intérieur et résultant du dépouillement des bulletins de vote sont sans appel: la candidate de droite l'emporte avec 43,8 % des suffrages, devant la liste de la gauche unie (PS-EELV-Front de gauche) qui réalise 42,18 % des voix, et le FN (14,02 %).

Une défaite longue à se dessiner

Cette défaite de l'union de la gauche fut lente à se dessiner durant cette soirée électorale. D'une part parce que l'élection était très serrée et incertaine. Et d'autre part parce que l'Île-de-France est la région où l'on peut voter le plus tard. Au quartier général de Claude Bartolone, l'ambiance s'est donc dégradée au fur et à mesure que la soirée avançait.

Elle avait pourtant commencé par une note positive après l'annonce dès 20 heures des défaites du Front national, notamment dans la grande région du Nord, accueillies par un tonnerre d'applaudissements au 23, place Catalogne, dans le 14e arrondissement parisien. L'optimisme des militants socialistes fut même renforcé lorsque, quelques minutes plus tard, des résultats positifs de Seine-et-Marne sont remontés.

L'espoir renaît

Mais peu avant 21 heures, la stupeur s'est emparée des militants présents au quartier général de Claude Bartolone, une fois que les estimations de l'institut Ipsos donnant la candidate de la droite vainqueur avec 44 % des suffrages contre 41,8 % pour la gauche, furent communiquées.

L'espoir revint toutefois chez les socialistes lorsque la grande télévision de la pièce principale du QG afficha les prévisions de l'Ifop, donnant les deux listes au coude-à-coude avec 43 % des voix chacune. Cela, avant les résultats définitifs des dépouillements de Paris intramuros. Ce qui laissait entrevoir une victoire dans le camp socialiste.

Mais ses espoirs ont finalement été douchés par le dernier sondage de TNS Sofres qui a donné Valérie Pécresse vainqueur avec 44% des voix, contre 42% pour Claude Bartolone. La messe était dite et quelques minutes plus tard, Claude Bartolone reconnaîtra sa défaite, laissant à la droite la présidence de la région la plus peuplée de France, et gouvernée depuis 1998 par la gauche.

(Article publié le dimanche 13 décembre à 23:25, mis à jour avec les chiffres du ministère de l'Intérieur le 14.12. à 8h21)

Mathias Thépot

2 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 16/12/2015 à 22:57
Signaler
C'était pourtant imaginable, nonobstant la puissance des camelots de la politique. A ce titre est assez mariole d'entendre la plume élyséenne de Sarko expliquer des Lapalissades, évidemment impossibles d'être une nouveauté. Les 2/3 des Français s...

à écrit le 16/12/2015 à 10:41
Signaler
tapez "maison de Bartolone " et vos découvrirez une "petite résidence "de 380 m2 dans le 93 ! encore un bobo socialiste qui s'accroche à son perchoir malgré sa défaite et ses propos infâmes pour le 3° homme de l'état !

à écrit le 15/12/2015 à 14:35
Signaler
Bonjour, histoire de mettre un peu d'huile sur le feu... J'ai et quelques électeurs ont, un peu de mal à considérer comme sérieuse une liste (et donc des élus potentiels) allant du front de gauche (qui dans sa composante la plus ultra prône la révol...

le 20/12/2015 à 10:11
Signaler
le seul intérêt pour les rares élus du front de gauche et ecolos est de recevoir une indemnité de l’ordre de 2600 euros mois soit plus de 30.000 euros an certains disent qu'ils ont été achetés pour 2017...

à écrit le 15/12/2015 à 8:29
Signaler
C'est un homme de parti, sans aucune vision, seulement un militant quasi-communiste, qui a donc été un " bon " successeur du P.C.F à la tete du 93, l'enfonçant encore à la suite du P.C.F. ceise sur son gateau, EMPRUNTS TOXIQUES souscrits pour son 93...

à écrit le 15/12/2015 à 8:05
Signaler
De toutes façons son avenir est tout tracé il retourne se faire élire (sans complexes) au perchoir de l assemblée nationale !!!

à écrit le 14/12/2015 à 15:43
Signaler
Sans parti pris c'est une raclé mémorable mérité .

à écrit le 14/12/2015 à 11:27
Signaler
Quand on met des parachutés en tête de liste,comme en 95,l'affaire n'est pas gagnée Quand on parle de race blanche,et que l'on est président du sénat,c'est à dire Président de la république par intérim,si défaillance du titulaire!!!! Quand les fin...

le 14/12/2015 à 12:28
Signaler
il est pas sénateur, il est député

à écrit le 14/12/2015 à 7:15
Signaler
C'est maintenant que vont commencer à apparaître au grand jour les combines, petits arrangements, abus de biens sociaux, emplois de convenance, détournements et gaspillages en tous genres... On peut comprendre que la gauche soit bien embêtée!

le 14/12/2015 à 10:03
Signaler
Le PS avait emporté cette région grâce aux combines, petits arrangements, abus de biens sociaux... du RPR. L'affaire des marchés truqués des lycées d'Ile-de-France pour financer ce parti avait bien aidé le PS. Donc changer n'a pas changé grand chose...

à écrit le 14/12/2015 à 6:48
Signaler
Le sortant, Huchon, avait un bilan, ni mirobolant ni infamant. Il était donc le mieux placé. Bartolone a joué à "ôte toi de là que je m'y mette" en surestimant largement sa popularité, inexistante. En plus il est perçu comme l'élu du département auqu...

le 14/12/2015 à 7:25
Signaler
Beaucoup de déception sans doute. Mais beaucoup d' enseignements à tirer de ce cas typique de dysfonctionnement concret et reel de la démocratie en 2015. Quand un poissonnier se sent fondé et fort au point d' insulter cette fois les clients qui s' ...

le 14/12/2015 à 8:23
Signaler
Huchon, c'était quand même des condamnations pour emploi fictifs, aux frais de la région île de France ! 6 mois de prison avec sursis ! mais réélu quand même en 2010 ! c'est çà la gauche ! Si le CV n'est pas un peu épicé, çà fait mauvais genre...

le 14/12/2015 à 16:57
Signaler
on voit que vous ne voyagez pas en transport en commun en Ile de France. Depuis 3 mandat la gauche n'a rien fait pour l'amélioration et l'augmentation du trafic des transports en commun tout en restreignant la circulation des voitures (les francilie...

le 15/12/2015 à 21:57
Signaler
@jeanot3 : ben si quand même, au niveau transports en IdF il y a eu des choses de faites depuis 1998 : le remplacement des antédiluviens p'tits gris des lignes banlieues par les transiliens qui offrent enfin des prestations acceptables au XXIè siècle...

à écrit le 14/12/2015 à 5:53
Signaler
bonjours à tous,je pense que le comportement de Mr Bartolone pendant la campagne est pour beaucoup dans son échec.Une prise de conscience de l'attente des Français en politique semble être comprise.C'est la derniere chance pour notre démocratie.A bo...

le 14/12/2015 à 10:04
Signaler
Il sera intéressant de suivre le devenir des personnes composant les listes PS à qui il a été demandé de s'écarter notamment les têtes de liste... Il vont certainement grossir la liste de conseillers divers dans des ministères ou institutions

le 14/12/2015 à 11:58
Signaler
Malheureusement, les commentaires des ténors dès hier soir montraient qu' ils n' avaient rien compris. Ils se débrouillent toujours pour dévaloriser ce que dit le contradicteur, plutôt qu' apporter un supplément d' information ou un éclairage ou une...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.