Municipales à Paris : ce que contient la proposition choc de Griveaux pour le logement

 |   |  740  mots
(Crédits : POOL)
En annonçant la création d'un organisme qui apportera jusqu'à 100.000 euros pour l'achat d'une résidence principale, le candidat officiel de la République en marche à Paris en a surpris plus d'un. D'ores et déjà, son équipe de campagne évacue tout risque de renchérissement des prix de vente dans la capitale.

Trois ans après la baisse des APL de 5 euros par un gouvernement dont il était le porte-parole, la proposition de Benjamin Griveaux a surpris plus d'un Parisien. Hier, dans le journal du même nom, le candidat officiel de la République en Marche dans la capitale a proposé la création d'un "organisme qui apportera jusqu'à 100.000 euros pour un achat en résidence principale". "C'est l'équivalent d'une chambre pour une famille qui s'agrandit", a-t-il ajouté, sans doute en référence au prix moyen du mètre carré, supérieur à 10.000 euros.

Une foncière publique portée par la Ville et des tiers-financeurs publics

A peine exprimée, cette idée est déjà décriée par des professionnels de l'immobilier et par les rivaux du candidat. "Nous cherchions un dispositif qui permettait d'aider les classes moyennes", justifie aujourd'hui Sylvain Bogeat, conseiller logement de Benjamin Griveaux, qui renvoie à une initiative similaire prise par le gouvernement canadien.

"Nous sommes convaincus que chaque Parisien ressent une contrainte budgétaire sur son logement qui pèse sur sa capacité à s'installer ou même à rester", souligne ce marcheur de l'ombre. "A deux, on peut vivre dans un studio, mais avec un enfant, on campe dans le salon. Avec deux enfants, on décampe, on quitte Paris."

Le dispositif est pensé "pour environ 20.000 logements pendant le mandat", "ce qui correspondra à un investissement de 2 milliards d'euros", a également déclaré à nos confrères du Parisien Benjamin Griveaux. En réalité, l'organisme créé ex-nihilo prendra la forme d'une foncière publique, abondée à un tiers par la Ville - environ 700.000 euros - et aux deux tiers par les tiers-financeurs traditionnels du logement, type Caisse des Dépôts "qui ont l'habitude du long terme", relève Sylvain Bogeat. "La foncière sera garante qu'il n'y ait aucune dérive", prévient-il d'ores et déjà.

Un crédit immobilier qui ne dit pas son nom ?

Dans le détail, elle apportera une aide à l'acquisition de 100.000 euros maximum qui ne pourra pas dépasser 20% de la valeur du bien. "Ce sera un financement complémentaire en plus de l'apport potentiel et de l'apport bancaire", assure Sylvain Bogeat. "Il s'agit de permettre à des ménages qui n'ont pas de famille aisée d'accéder à la pièce en plus et d'arriver à boucler le financement de leur projet immobilier", insiste-t-il.

Benjamin Griveaux a d'ailleurs martelé que "ce n'[était] pas un prêt, mais un apport et [qu']au moment de la revente, la Ville prendra[it] une part de la plus-value qui sera plafonnée autour du 20% du prix du bien."  Si la foncière publique se rembourse lors de la vente du bien, cet apport serait-il un crédit immobilier qui ne dit pas son nom ?

"C'est un prêt mezzanine", rétorque le conseiller du marcheur. "L'organisme apportera la somme [pour l'achat, Ndlr] et ne demandera pas ni remboursement ni intérêt pendant la durée de détention. A la revente, la foncière sera remboursée de l'apport et captera une fraction de la plus-value."

Un risque de renchérissement des prix de vente ?

Si la foncière publique capte une fraction de la plus-value, cela ne risque-t-il de renchérir des prix de vente qui n'ont pas attendu cette promesse de campagne pour atteindre des sommets ? Non, promet Sylvain Bogeat : "Nous ne pourrons pas financer des projets à des prix supérieurs à celui du marché de même que la plus-value captée à la sortie limitera la spéculation." Des seuils acceptables du mètre carré à l'entrée et à la sortie sont d'ailleurs en cours d'élaboration, précise-t-il encore.

Quid par ailleurs du droit de propriété ? Le Parisien qui passe par cet organisme sera-t-il propriétaire à part entière ou deviendra-t-il copropriétaire aux côtés de la Ville ? "C'est une solution de co-investissement où le ménage est propriétaire, et non une indivision", réplique le conseiller du candidat marcheur. "Tout cela sera contractualisé."

Hier, Benjamin Griveaux a aussi annoncé que la Ville prendrait en location les 100.000 logements vacants recensés dans la capitale. Comment compte-t-il faire concrètement s'il est élu maire ? "Nous proposerons que la Ville fasse de l'intermédiation directe, c'est-à-dire que le bail soit signé entre la Ville, le propriétaire et le locataire au prix du marché."  Dans ce domaine, ce sont les agents immobiliers qui risquent de bouder.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2020 à 13:15 :
Un type arrogant et insultant. Non, on ne votera pas pour vous. Que cette petite frappe aille faire son cirque ailleurs.
Et en plus, ce qu’il propose est stupide.
a écrit le 06/02/2020 à 9:21 :
Je vais payer des impôts pour le qui emprunte et moi je ne peux pas acheter à Paris!

En Marche dans toute sa splendeur qui réédite la taxe pour payer la voiture nucléaire aux bobos parisiens grâce à l'impôt sur les gilets jaunes!
a écrit le 05/02/2020 à 4:20 :
Mais quel idiot.... Les prix sont trop chers donc... solvabilisons l'offre… bien vu ! A un tel niveau d’inculture économique il n’y a plus rien à faire, ces gens vivent dans un monde parallèle.. J’ai voté Macron en 2017 mais on ne m’y reprendra plus, quitte à élire des teubés autant voter pour le RN, au moins avec un peu de chance ils nous débarrasseront des clandestins et des criminels.
a écrit le 04/02/2020 à 19:44 :
Encore des solutions à la godille !!! La p&énurie de logements ne se résout pas à des primes des blocages de loyers (on peut revenir à la loi 1948 créatrice de squats!!) et autres idioties!!
Personne ne pose la vraie question: comment construire plus de logements à Paris et en péripherie il manque des logement s en oragnisant la pénuire on reste dasn un cercle vicieux de l'augmentation des prix
Les candidaits devraient aller à Rennes où E? Hervé et ses successeurs ont multiplié les constructions de logements l'offre est importante les prix sont stables
C'est assez bête mais intelligent!!
a écrit le 04/02/2020 à 15:29 :
Heureusement qu'il n'a aucune chance d'accéder au fauteuil de maire. Quoique Hidalgo y est assise depuis des années, prisonnière des zécolos; faut se méfier...
Macron a quand même un don pour se planter dans les candidats... Mitterrand, lui, accordait sa confiance à des personnages peu recommandables; mais souvent (hormis quelques "nanards") sans incidence (forte) sur les finances publiques. Là, vouloir se charger d'une dette de 2MM sans aucun espoir de rentabilité, faut vraiment être à côté de ses pompes...
a écrit le 04/02/2020 à 15:04 :
Autre solution "ubuesque" : vider la région parisienne de la moitié de sa population en 10 ou 15 ans en créant des emplois ailleurs.
La France est un petit pays, et il n'est pas si difficile de s'y déplacer.
a écrit le 04/02/2020 à 11:08 :
C'est bien un marcheur. Une mesure qui a l'air aussi bien conçue que la réforme des retraites. Quel est le budget annuel pour la ville pour cette aide ? On parlera vite de plusieurs dizaines de millions d'Euros. Et c'est pour aider les classes moyennes ? Les classes moyennes ne peuvent déjà plus acheter à Paris, et ce n'est pas cette aide qui changera quelque chose... Quant aux prix de l'immobilier, c'est une évidence que cela les fera monter encore plus... Le mec est tellement mauvais qu'il va faire réélire Hidalgo !
a écrit le 04/02/2020 à 10:39 :
Proposition de niveau 0 . Encore et toujours des assistances et du clientelisme de bas etage
a écrit le 04/02/2020 à 8:48 :
decidement le concours des porpositions debiles continue. Non seulement ca va faire gonfler les prix (si le vendeur sait que vous pouvez payer 100 000 e de plus il va pas se gener pour augmenter son prix de 100 000 €) mais en plus c est prendre le probleme par le mauvais bout. Si les prix sont tellement eleve que les gens ne peuvent se loger, c est pas en jetant de l huile sur le feu qu on le resoud ... Il faut augmenter l offre (aka construire des tours), baisser la demande (faire que les gens ne soient pas oblige d aller a paris pour trouver du travail) et refroidir le marche (supprimer le PTZ et toutes les subventions, plafonner les durees d emprunt a 15 ans), voire inciter les gens qui n habitent pas a vendre (augmenter la taxe fonciere).
Sinon question bete, comment va se remunerer la mairie qui a pretee 100 000 € si au jour de la vente il y a une moins value ??? car avec des prix bullesque, c est quand meme une hypothese a prendre en compte non ?
a écrit le 04/02/2020 à 6:20 :
La pêche aux électeurs a démarré avec une bonne dose d’incohérence, à chaque jour une annonce irréaliste au financement scabreux.
Quand on achète un logement, la logique de l’ancien monde c’est de se constituer un capital et d’emprunter ensuite, cette logique à été appliqué pendant des décennies elle a fait ses preuves
a écrit le 03/02/2020 à 21:01 :
Une aide au logement qui ne soit pas à fonds perdus, cela change. Par contre, il faut se rappeler des HLM et des baux de 1948 avec leurs locataires ventouses. Que les gens restent à vie dans leur appartement, ok, si elle reste leur habitation principale, ils sont chez eux. Par contre, pas si c'est pour sous-louer en habitation principale ou en logement meublé type de tourisme ou airbnb, dans ce cas, qu'il rende le financement.
a écrit le 03/02/2020 à 20:30 :
Le démagogie mérite elle un article ?
a écrit le 03/02/2020 à 20:24 :
Pourquoi seulement 100 000 euros ? Pourquoi ne pas offrir l'intégralité du logement ? Comme ça, les accédants pourraient utiliser leurs apport pour le placer en bourse ou en investissant dans le logement locatif ... Après tout, on est gilet jaune ou pas, démagogue ou pas, petit bras ou pas ... L'important c'est d'être élu !
a écrit le 03/02/2020 à 18:59 :
Cela va générer de l'attentisme sur le marché avant la mise en place du dispositif et aux prochaines échéances électorales pour savoir s'il est reconduit. Et ça va bouchonner fort, car aux primo-accédants va s'ajouter des acquéreurs qui voudront franchir le périph' ou des acquéreurs des régions qui voudront assurer le coup pour leur enfant, etc... 100 K€, c'est bon à prendre...
a écrit le 03/02/2020 à 18:41 :
On pourrait financer ça en obligeant les beneficiaires a mettre des plantes vertes chez eux, ça ferait de la compensation carbone.

Je suis un genie. Pourquoi n'ai je pas fait de la politique?
a écrit le 03/02/2020 à 16:55 :
C'est pas un peu dément cette proposition ? Ils ne reculent devant rien les Lrem pour sauver leurs fesses aux prochaines élections !
Bérézina ? Va falloir trouver un mot plus fort!
Réponse de le 03/02/2020 à 23:00 :
C'est une forme travestie de prêts à taux zéro.... que le gouvernement préconise par ailleurs de supprimer à partir de 2022.

Ces gens sont totalement incohérents, ils disent tout et son contraire à partir du moment où ils pensent que ca peut leur faire gagner des voix.
a écrit le 03/02/2020 à 16:11 :
Les bonnes vieilles recettes socialistes (Griveaux membre du PS il y a encore trois ans), on distribue l'argent que l'on n'a pas pour acheter des voies, les riches (ceux qui gagnent plus de 4000€ par mois) paieront l'addition et surtout ils ont l'avantage de la fermer, eux!
a écrit le 03/02/2020 à 15:56 :
Ce n'est pas aux contribuables (ceux qui restent après la suppression de la TH) à payer les logements des familles.
De toute façon, le prix du M2 est inabordable même avec 100 000 euros de plus. Un 4 pièces de 100 M2 , c'est 1 million d'euros qui veut aider le candidat LREM ? Les familles modestes, les classes moyennes ? Peu probable .
La solution va résider dans le grand Paris qui va doubler la surface de la ville et permettre de dégager des centaines de milliers de M2 pour loger les franciliens d'ici 5 ans.
a écrit le 03/02/2020 à 15:39 :
pourquoi il ne propose pas 1 million, ou 2 meme?
de la generosite, que diable!
un bon pret de plusieurs millions, remboursable dans plusieurs siecles, ca ca serait de la bonne generosite payee par personne!
a écrit le 03/02/2020 à 14:38 :
Ils suppriment 5 euros d'APL pour offrir 100000 euros à la spéculation immobilière !

De véritables génies dont nous sommes les otages quand même hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :