[3/6] Municipales : ce que proposent les rivaux d'Hidalgo sur le logement

S’ils veulent redonner les clés de Paris aux Parisiens, les candidats, à condition d’être élus, devront négocier avec le Parlement et les communes limitrophes de la Métropole.
César Armand
Cédric Villani et Benjamin Griveaux
Cédric Villani et Benjamin Griveaux (Crédits : Mathilde Mazars / SIPA)

Rachida Dati est prête à mettre 20 millions d'euros sur la table. Invitée du Grand Jury RTL le 19 janvier dernier, la candidate (LR) à la mairie de Paris a annoncé sa volonté de créer un chèque « Paris d'avenir » de 1 200 euros par an pendant trois ans « pour toutes les familles qui souhaitent s'agrandir ». Concrètement, sous condition de revenus, il s'adressera aux classes moyennes qui ont besoin de déménager à la naissance d'un enfant. Selon nos informations, 16 500 familles sur 27 000 concernées chaque année devraient en bénéficier.

Pour lutter contre la pénurie, Gaspard Gantzer, tête de liste de Parisiennes, Parisiens, espère, lui, créer 30 000 logements supplémentaires : un tiers de logements sociaux, un tiers de logements intermédiaires, et un tiers de logements libres et 5 000 logements étudiants à horizon 2026.

Réguler les loyers par encadrement ou blocage

De son côté, Cédric Villani s'appuiera sur l'Assemblée nationale. Une maison que le candidat dissident d'En Marche! devra quitter s'il est élu maire de Paris du fait de l'interdiction de cumuler un exécutif local et un mandat parlementaire. Il propose ainsi de réduire de 120 à 60 jours par an la durée de location sur les plateformes comme Airbnb. Lors de l'examen du projet de loi Engagement et proximité, censé redonner davantage de pouvoir aux maires, le député de l'Essonne avait déposé un amendement en ce sens, jugeant qu'il était « naturel » pour les villes en tension d'avoir « des standards plus stricts », mais ce dernier a été rejeté par la majorité.

Il se dit également prêt à évaluer l'encadrement des loyers dans le parc privé - en vigueur depuis le 1er juillet 2019 en cas de nouveau bail ou de renouvellement jusqu'en 2024 - et à ajuster les plafonds « en fonction des réalités de chaque quartier ». De même qu'il souhaite instaurer une fiscalité incitative portant à 100 % la surtaxe d'habitation sur les résidences secondaires - que les communes peuvent majorer en conseil municipal -, contre 60 % aujourd'hui - l'augmentation maximale prévue par la loi -, « afin de les remettre sur le marché locatif ». Là encore, cette compétence relève du pouvoir législatif, et non de la Ville.

En matière de régulation des loyers, David Belliard sollicitera aussi le Parlement. L'élu parisien, candidat d'Europe Écologie-Les Verts, rêve d'instaurer le blocage des loyers pour cinq ans, ce qui, selon lui, fera baisser à échéance les loyers d'environ 7 %.

« Si nous ne faisons rien, la spéculation ne fera que s'accentuer avec l'accueil des JO et l'arrivée des rapatriés du Brexit, à très fort pouvoir d'achat », écrit-il dans son programme.

Penser à l'échelle du Grand Paris

Toujours pour lutter contre la spéculation, l'écologiste mise sur l'organisme de foncier solidaire (OFS), voté en décembre dernier par le Conseil de Paris, pour créer 5 000 logements à moitié prix pour les classes moyennes dans les six ans, en plus des 1 000 en cours de réalisation. L'OFS repose sur le principe de la dissociation du foncier - le terrain - et du bâti - les murs -, la Ville restant propriétaire des sols.

En réalité, les candidats pensent à l'échelle du Grand Paris pour résoudre la crise. Les Verts souhaitent en effet créer 20 000 logements abordables pour les jeunes travailleurs et les étudiants d'ici à 2020, dont la moitié réalisée dans Paris et l'autre dans la Métropole.

Tout en voulant réserver du logement social intra-muros pour les fonctionnaires de l'éducation, de la police ou de la santé, le marcheur officiel Benjamin Griveaux entend, pour sa part, construire une politique de l'offre au niveau métropolitain.

Idem pour son rival dissident Cédric Villani, qui veut se coordonner avec les maires des communes limitrophes. Dans le cadre d'un Conseil du Nouveau Paris, qui semble faire fi de la Métropole actuelle, seraient en outre cofinancés des projets d'investissements pour « renforcer ou créer » des services publics locaux.

___

Retrouvez notre DOSSIER SPÉCIAL dans La Tribune Hebdo n°318 du 24 janvier 2019 :

- -

H318 LT2 Logement

César Armand

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 27/01/2020 à 13:23
Signaler
Villani a eu le courage exemplaire que les Parisiens et les Français attendent d'un Homme politique au sens noble ; Griveaux a craché son venin sur les membres de sa propre famille en les insultant, c'est du macronisme arrogant tout cru, sanctionn...

à écrit le 27/01/2020 à 13:11
Signaler
Marre de ce parigocentrisme permanent !

à écrit le 27/01/2020 à 12:56
Signaler
Heureusement que les médias sont là pour nous informer de notre décision mais sachez que nous n'avons pas une deuxième chance au grattage!

à écrit le 27/01/2020 à 12:23
Signaler
Ce Monsieur est une déception. Il ne vaut pas plus que les politicards rejettés par la population. Il est mon député. J'ai voté pour lui. Et c'est la première fois en trente ans que je regrette un tel choix. Qu'a t'il fait depuis deux ans comme dép...

à écrit le 26/01/2020 à 18:53
Signaler
A étudier ! exo totale de la Taxe Foncière sur le Foncier Bati dans le 93 selon revenus. et quotient familial. Compensée par taxe sur Taxe Foncière, des biens valorisés à plus de 3000 eur le m2 Paris à 10000 eur/minimum ce n'est plus possible C...

à écrit le 26/01/2020 à 18:28
Signaler
faut commencer par degager les garrido, simmonet et autres amis baveux reenchantes, ca fera de la place pour les gens qui travaillent vraiment et en ont vraiment besoin

à écrit le 26/01/2020 à 15:36
Signaler
Une Mairie comme Paris doit se doter d'un Maire digne de confiance, bien élevé, respectueux de tous, Griveaux est irrespectueux, sectaire, mal élevé, invectivant, un piètre exemple pour la jeunesse, INDIGNE de responsabilité, juste digne d'être ma...

à écrit le 26/01/2020 à 15:09
Signaler
Villani ne se retirera jamais, c'est une sorte de forcené illuminé. Macron perd son temps à le recevoir. Maintenant il attend un retour de la part d'Hidalgo pour avoir favorisé sa réélection.

à écrit le 26/01/2020 à 14:14
Signaler
A Paris, c'est Griveaux qui a insulté tout le monde y comprit ses aliés naturels, on ne votera pas pour grivaux, même si Vilani lache prise. Macron n'a aucun ordre à donner à Vilani qui doit se maintenir ou plutôt se maintenir et pour le moins...

à écrit le 26/01/2020 à 9:50
Signaler
A quand le port du "gilet jaune" obligatoire a Paris pour que toute manifestation ne soit pas reconnue comme tel?

à écrit le 26/01/2020 à 9:10
Signaler
"Rachida Dati est prête à mettre 20 millions d'euros sur la table" A plus de 10000 euros le mètre carré ça va pas péter loin. Si nos politiciens pouvaient se taire cela permettrait de polluer beaucoup moins que tout ce qu'ils sont capables de pro...

le 26/01/2020 à 18:04
Signaler
2000m² c'est Versailles. :-) 20 milliards ne ferait pas sérieux.

le 27/01/2020 à 8:52
Signaler
certes mais entre 20 millions et 20 milliards il y a l'embarras du choix.

le 27/01/2020 à 9:24
Signaler
20 millions non plus. ET si je peux pas répondre et-c...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.