Municipales à Paris : Villani promet d'investir 8,5 milliards d'ici à 2026

 |   |  838  mots
(Crédits : BENOIT TESSIER)
Le candidat du Nouveau Paris veut investir dans le logement, les mobilités, l'espace public, les services aux habitants, la propreté et la sûreté, "une meilleure utilisation des ressources" et l'agrandissement de la capitale.

Ce ne sont pas 7 milliards d'euros, comme l'avait énoncé Benjamin Griveaux avant de  retirer sa candidature, ni 8,7 milliards, comme l'a annoncé hier dans Challenges le candidat écologiste David Belliard, mais 8,5 milliards dont 5 pour le climat. Cette somme, c'est celle qu'investira Cédric Villani, s'il est élu maire de Paris, d'ici à 2026, date de la fin du prochain mandat. Ses priorités sont le logement, les mobilités, l'espace public, les services aux habitants, la propreté et la sûreté, "une meilleure utilisation des ressources" et l'agrandissement de la capitale.

1 milliard pour un métro automatique et accessible

Au premier poste, figurent 2,6 milliards d'euros pour "une ville au service des Parisiens", dont 1 milliard pour la rénovation thermique des bâtiments de la Ville (écoles, ...). Suit le plan pour "des mobilités pour tous fluides et propres"  doté de 1,37 milliard d'euros, et notamment 1 milliard pour "le métro du XXIè siècle: automatique, dépollué et accessible". Cédric Villani songe en effet à rendre davantage accessibles les lignes 1, 2 et 6 et automatiser les lignes 7, 8, 13. L'autorité organisatrice IDF Mobilités travaille déjà sur cette dernière pour un horizon 2030.

A ce chapitre, le candidat du Nouveau Paris rêve également de 50 millions d'euros pour une "logistique post-carbone", expliquant que la Seine et les voies ferrées sont aujourd'hui "sous-exploitées". Au carrefour du fleuve et des rails, la ZAC de Bercy-Charenton, dont le futur aménagement principalement en bureaux et logements voté par la majorité sortante est décrié par tous, pourrait servir à cela. Cédric Villani et son équipe misent sur l'amélioration du dernier kilomètre. Ils veulent par exemple développer l'usage du vélo-cargo et même recourir à la ligne de tramway T9 pour expérimenter le tram-fret entre Rungis et Paris.

1 milliard pour 25.000 logements

Outre ces quelques 4 milliards d'euros, il faut ajouter 1,63 milliard pour un "espace public apaisé", dont 400 millions pour développer et sécuriser le vélo et les micro-mobilités. Comme ses concurrents, le candidat du Nouveau Paris aspire à réaliser le "Vélopolitain", un réseau cyclable à l'échelle de la Métropole, et notamment en créant des passerelles au-dessus du périphérique.

1,52 milliard d'euros pour les logements abordables complètent le dispositif. Sur ce montant, Cédric Villani entend notamment flécher 1 milliard vers la production de 25.000 logements pour les classes moyennes et populaires, et en priorité dans les 10è, 11è, 12è, 13è, 14è et 15è arrondissements.

Sur cette enveloppe, il promet aussi de consacrer 212 millions d'euros à la rénovation de 40.000 logements par an d'ici à 2026. Dans son livre Le Nouveau Paris (Flammarion), le candidat écrit que la Mairie pourrait jouer le rôle de "coordinateur de travaux d'isolation à l'échelle d'un quartier ou d'une rue avec les grands opérateurs du marché immobilier".

300 millions pour le Grand Paris

850 millions d'euros seront, par ailleurs, orientés vers "une meilleure utilisation des ressources", dont 250 millions pour municipaliser les réseaux de chaleur, c'est-à-dire "racheter les parts d'Engie", et 100 millions pour les énergies renouvelables, particulièrement l'hydrogène. Cette énergie serait utilisée "pour les mobilités quotidiennes, pour les véhicules lourds, pour les péniches ou pour les camions-bennes", explique Cédric Villani.

Sans oublier 300 millions pour financer des projets d'équipements dans le Nouveau Paris, cette capitale agrandie aux 22 communes limitrophes. Objectif: co-investir dans des crèches, des équipements sportifs, des logements... Enfin, 270 millions d'euros seront dédiés à une "ville propre et sûre", dont 50 millions au profit d'outils d'intelligence artificielle pour la propreté et l'espace public.

"Que ce soit des dépôts sauvages ou des salissures, les agents renverront à la centrale des captures en temps réel", assure le candidat"Cela permettra d'objectiver et d'optimiser les déplacements des équipes."

Dégager 25 millions d'euros dès 2020

Pour financer tous ces projets, Cédric Villani s'engage à "revenir au droit commun et à mettre fin aux anomalies et irrégularités", c'est-à-dire appliquer la loi en matière de temps de travail, étudier une mutualisation de certaines fonctions et mener des audits en interne et chez les partenaires externes.

Il promet en outre de limiter le nombre de collaborateurs pour le maire et les maires d'arrondissement, de responsabiliser les directions en leur décentralisant la gestion de la masse salariale, et de systématiser l'évaluation indépendante des politiques publiques. En définitive, il considère que cette "transformation" de l'administration permettra de réduire des effectifs dans certains secteurs, et de dégager ainsi 25 millions d'euros dès 2020.

En parallèle, s'il est élu par le Conseil de Paris fin mars, le candidat du Nouveau Paris voudra maîtriser la dette et garantir une stabilité fiscale. Cela passera par une cession d'actifs immobiliers "les moins stratégiques" pour augmenter les recettes et diminuer le recours à l'endettement, à un moment où la taxe d'habitation sera bientôt intégralement supprimée.

"Dans ce contexte, mon hypothèse consiste à raisonner à prélèvement fiscal constant", déclare-t-il encore. Et ces projections, martèlent-il, lui permettront de financer le programme de 8,5 milliards "sans augmenter l'endettement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/02/2020 à 10:14 :
Avant d’investir il faudrait restaurer l’existant :
Rappel : les explosions dans les immeubles à Paris .
Avant de construire , restaurer l’ancien , attribuer aux propriétaires une aide pour rénover les anciens bâtiments à Paris
Et établir par zone des «  tarifs immobiliers réels « ( pas gonflé car c’est Paris)
D’ailleurs question : pourquoi en 5 ans beaucoup de citoyens Parisiens ont quitté Paris? ( j’avais lu ça dans un article )
L’urgence a Paris ( la circulation ,la pollution ainsi qu ‘une meilleure organisation du nettoyage )
L’investissement devrait se faire sur les dossiers au- dessus.
Utiliser les ressources : est maintenir ce qui est existant et renforcer ( isoler , mise aux normes ...)
L’économie ne peut se faire que sur les fonctionnements des ministères en baissant les frais ( salaires inutiles , frais inutiles... )
a écrit le 25/02/2020 à 9:52 :
Légende de la photo : zéro + zéro = la tête à griveaux
a écrit le 24/02/2020 à 18:31 :
Les mots "promesse et réforme" devraient disparaître du vocabulaire politique pour être remplacé par "adaptation"!
a écrit le 24/02/2020 à 17:17 :
Facile de pondre des équations avec les milliards des contribuable. Que des solutions et zéro inconnue, c'est le pays de Candy. Cédric reviens sur terre et prépare-toi à un kiss landing à 5% grand max.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :