Municipales à Paris : Hidalgo veut transformer le périphérique en boulevard urbain et végétal

 |   |  736  mots
La porte de Gentilly demain ?
La porte de Gentilly demain ? (Crédits : Céline Orsingher)
Covoiturage, 100.000 arbres sur les talus, hubs de mobilité... La maire-candidate veut transformer l'infrastructure routière parisienne.

Anne Hidalgo l'avait évoqué dans La Tribune en novembre dernier. La maire-candidate (PS) l'a confirmé ce 14 février 2020: si elle est réélue, une voie de chaque côté du périphérique sera dédiée au covoiturage, aux transports collectifs, dont les taxis, et aux véhicules propres à horizon 2023. "L'intérêt des JO 2024 est que cela serve d'accélérateur", a-t-elle déclaré.

En réalité, elle ne fait que reprendre la position commune des quatre équipes finalistes des Routes du Futur, un travail collectif impulsé par la Ville aux côtés de l'Etat, de la Région, de la Métropole et d'autres collectivités franciliennes dans le cadre du Forum métropolitain du Grand Paris, un syndicat mixte qui réunit toutes ces institutions.

"Qualifier les véhicules qui pratiquent le covoiturage"

Cette voie devra être "signalée de manière extrêmement claire", a promis le maire-adjoint (apparenté PS) de la capitale chargé, notamment, de l'urbanisme et du Grand Paris, Jean-Louis Missika. Une discussion devrait être ouverte avec l'autorité organisatrice des transports en Île-de-France, IDF Mobilités, qui dépend de la Région, pour "qualifier les véhicules qui pratiquent le covoiturage". Sur les parties où le périph' compte quatre voies de chaque côté, une voie supplémentaire pourra même être végétalisée et réservée aux piétons et aux cyclistes, a-t-il ajouté à l'issue de la conférence de presse.

La Ville s'appuiera sur des capteurs "détectant le nombre d'occupants" et sur des caméras de vidéo-verbalisation qui s'assureront que seuls les véhicules autorisés y circulent. L'installation de ces caméras est déjà prévue depuis le 1er juillet dernier, date de l'instauration de la zone à faibles émissions (ZFE) qui interdit la circulation aux véhicules Crit'5, c'est-à-dire ceux roulant au diesel d'avant 2001 et à l'essence d'avant 1997, à l'intérieur de l'A86 francilienne.

Lire aussi : Patrick Ollier : "ZFE métropolitaine : il n'y aura pas de PV avant 2021"

Suivront en juillet 2021, le bannissement des véhicules Crit'4 (diesel datés entre 2001 et 2005, ndlr), en juillet 2023, celui des véhicules Crit'3 (diesel datés entre 2006 et 2010, près de la moitié du parc d'après les assureurs, ndlr). L'année 2024 sera celle de la fin du diesel, et 2030, celle de la fin de tous les véhicules thermiques.

100.000 arbres sur les talus

En matière de végétalisation, Anne Hidalgo veut planter 100.000 des 170.000 arbres déjà annoncés sur les talus de l'infrastructure routière. "Une condition sine qua non du rafraîchissement et de l'amélioration de la qualité de l'air", a insisté la maire. Tissant la métaphore verte, elle a également promis la création du réseau "Fil Vert", pour permettre aux piétons et vélos de "franchir le périph' de façon efficace".

A la question de savoir qui réglera les factures, l'Etat, les territoires concernés et Paris payeront l'aménagement et le contrôle des voies réservées, mais seule la capitale mettra à la poche pour la plantation des arbres. Le périphérique coûte déjà près de 16 millions d'euros annuels à la Ville, a rappelé l'adjoint EELV aux Transports, Christophe Najdovski.

Enfin, pour relier les communes séparées par cette "barrière", Anne Hidalgo veut transformer les portes de Paris en places du Grand Paris. 59 chantiers sont déjà en cours, a d'ailleurs précisé son adjoint Jean-Louis Missika. Dans ce domaine, "des propositions pourront émaner du privé", ont-ils affirmé.

Des "hubs de mobilité" à horizon 2030

La méthode diverge déjà de celle employée pour la fermeture des voies sur berge: la maire-candidate a ainsi organisé deux premiers Ateliers du périphérique, l'un à Malakoff et l'autre à Neuilly. Elle travaille de même avec le préfet d'Île-de-France, Michel Cadot, pour "définir un calendrier de transformation de l'ensemble des infrastructures routières" franciliennes (A1, A3, A4, A6...)

Dans le même temps, la Ville se projette déjà à horizon 2030. D'ici à dix ans, elle veut créer aux portes de Paris des "hubs de mobilité" pour faciliter l'intermodalité et permettre de passer d'un moyen de transport à un autre. Là encore, il s'agit d'une proposition commune des quatre groupes de travail planchant sur les Routes du Futur du Grand Paris.

Lire aussi : Grand Paris : l'avenir des infrastructures routières s'invite aux municipales

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2020 à 18:06 :
Pour un provincial se déplaçant en voiture, Paris est devenu un véritable coupe-gorge. Cela faisait 10 ans que je n'étais pas venu et je ne suis pas près de revenir. Un RER en panne, un train à prendre par une personne en détresse, une dépose passager d'urgence, pas même une minute, devant la gare Montparnasse et hop ! 35€ d'amende par un robot bien placé pour ça et à l'intelligence artificielle calibrée. Et si vous protestez, c'est 75€! Aucun agent humain de la force publique n'aurait sorti son carnet à cette occasion. Un pouvoir inhumain servi par des robots ou quasi, c'est ça l'avenir que l'on nous réserve.
Réponse de le 19/02/2020 à 19:22 :
Va vivre à Nantes ou Avignon ou Carcassonne ou Grenoble, tu verras c'est bien pire question insécurité. Reste dans ta province, Paris n'a pas besoin de toi. C'est facile de critiquer. N'y va pas, comme ça tout le monde est content et les vaches sont bien gardées.
a écrit le 17/02/2020 à 14:13 :
Le périf' c'est comme Facebook; ce n'est pas le support qui crée le problème; mais l'usage qu'on en fait. Y rencontrer de camions immatriculés à Lille et qui partent vers Lyon+ par l'A6, alors qu'ils ont la possibilité de prendre l'A86, l'A104, voire d'autres itinéraires secondaires, c'est un non sens. Et utiliser des caméras pour leur demander des comptes n'est pas choquant. Instituer des voies prioritaires (à droite !!!...), alors que ça existe (par ex aux USA) depuis un bon demi siècle, ça tient de la proposition électoral-iste à plein nez. Quant à couvrir l'axe ce n'est pas possible partout; et pour ce qui est des arbres, là où il y a de la terre, la nature s'en est déjà chargée; pas de place pour des nouveaux... Donc globalement, elle est à la chasse aux voix des écolos; alliés sans lesquels (et ils la lobby-isent en conséquence) elle ne serait pas maire de Paris. Le buzz, il n'y a que ça qui lui importe. Et le fait qu'elle aborde un sujet qui ne concerne pas ses électeurs (les parisiens intra periph usent assez peu de cette voie), n'est rien d'autre que de la poudre... aux oreilles. Reste à espérer que l'abandon du mauvais Griveaux fasse que l'alternative à Hidalgo ne soit pas l'autre... Comment disaient ils les romains ? de Charybde en Dati...
a écrit le 17/02/2020 à 13:23 :
C'est vrai qu'on n'a vraiment rien d'autre à foutre que d'aller planter des salades sur le périphérique. Quand la politique s'attache à l’accessoire, le reste se délite.
a écrit le 16/02/2020 à 10:59 :
certaine personne veulent enlever les arbres au bord des routes pour la sécurité
( voir la sécurité routières) accorder vos paroles
ou est l'espace vert qui devais a l'origine entourer le periph
mais le fric a été plus fort ou la l'appat du gain
Réponse de le 16/02/2020 à 23:50 :
Faux. Les arbres sur les bords des routes ne sont pas un danger de sécurité routière. C'est l'alcool et les virages dangereux et la vitesse excessive qui sont un danger.
Et le danger, c'est le manque de glissière de sécurité et quand les arbres sont trop proches de la route, mais à part ça, ils ne sont pas gênants.
Ils faut surtout limiter les vitesses et faire des controles à l'alcolémie.
Et planter des arbres , ce n'est pas une question de fric, mais une question de lutte contre la pollution, car les arbres absorbent les particules polluantes et rejettent de l'oxygène et sont bons pour la santé des humains. Les arbres en ville font diminuer la pollution de plusieurs pourcents.
a écrit le 16/02/2020 à 6:48 :
Connectez les trains de banlieue en installant des rails sur le periph.
Deux voies reservees aux transports en communs y compris les tacos.
Construction de parkings hors les murs.
Hop le tour est joue. Pas belle la vie de parigo ?
a écrit le 15/02/2020 à 21:57 :
La forteresse Paris sans l'apport de la banlieue, il n' aura aucun échange entre les deux entités. Plus de livraison de nourriture, par exemple. J'attends la suite. Et on dit que Marine Le Pen fait dans le populisme, que fait Hidalgo ?
a écrit le 15/02/2020 à 14:28 :
"la Fée Verte" : c'est ainsi qu'on surnommait l'absinthe au XIXème siècle...l'un des plus grands fléaux de son temps !
a écrit le 15/02/2020 à 13:13 :
L'irruption des caméras pour déterminer un droit à rouler dans tel ou tel endroit... Bienvenue dans le contrôle social à la chinoise ! Cette société, par le biais d'un écologisme punitif, devient de plus en plus à vomir ! ...
a écrit le 15/02/2020 à 12:49 :
Pourquoi n'y a-t-il que des fous à prétendre être élu à Paris ? Entre ceux qui veulent fermer les gares pour les rejetter en banlieue et celle qui veut transformer le périphérique en parc et en promenade....
Réponse de le 15/02/2020 à 22:24 :
Une hypothèse comme ça : parce que les électeurs y sont fous aussi ?
a écrit le 15/02/2020 à 9:54 :
Paris by night est devenu un coupé gorge ... le jour , ça mendie de partout et on le parle d’écologie ... je pense que les milliers de migrants dans leurs tentes quechua à Aubervilliers et La Chapelle s’en tape...j’aime bien l’entre soit ... cette villa courre à sa perte il ne restera plus rien en 2030 ... sauf des musées pour les retraités ...
a écrit le 15/02/2020 à 9:05 :
Le périphérique parisien n'appartient pas à Paris : c'est une route nationale et même le noeud central du réseau routier français. Le maire de Paris n'a pas compétence extra muros. Il est urgent de terminer la construction du periphérique pour le Grand Paris.
a écrit le 15/02/2020 à 0:27 :
Avant de tout d'un coup vouloir planter des arbres il aurait surtout fallu éviter d'en couper des centaines pour tous les travaux parisiens depuis des années (tramway, maillot, samaritaine, etc.). Densification à outrance jusqu'à la place Mazas et ensuite Mme Hidalgo se sent proche des (voix) écologistes... Si M. Missika veut une ville verte qu'il aille à Moscou voir ce que c'est que des parcs avec des arbres. Il y a en devant tous les immeubles. Et pourtant là-bas les voitures ont aussi leur place et sur plusieurs files de front !
a écrit le 14/02/2020 à 19:11 :
L'imbécile.
a écrit le 14/02/2020 à 19:07 :
Hidalgo et ses arbres qui cachent la forêt de l'endettement abyssale, de l'insécurité grandissante, de la saleté des rues, des rats qui envahissent les espaces verts, des travaux inutiles et coûteux, du clientélisme envers une communauté, des effectifs municipaux pléthoriques...Elle pourrait entrer au livre des records de la candidate réélue avec le bilan le plus catastrophique.
a écrit le 14/02/2020 à 15:52 :
j'adore les campagnes electorales.... et pouvoir faire une promenade bucolique sur une voie amenagee le long du perih me fait rever comme creer une usine a gaz pour fliquer les automobilistes.enfin soyons rassure Paris restera la capitale la plus crade d'Europe.
a écrit le 14/02/2020 à 15:21 :
La priorité est à droite, sur le périph, les entrants passent avant les autres, si la voie "covoiturage" est à droite, ça va être compliqué.
"mais seule la capitale mettra à la poche pour la plantation des arbres." voulant en planter 170 000 en six ans (1 par naissance) c'est normal que ce soit Paris qui achète les arbres (y a une pépinière vers Ermenonville, mais en France les pépiniéristes paient un impôt annuel sur les arbres qui poussent, sans attendre la vente, on s'étonne ensuite que ce soit moins cher ailleurs (Allemagne, des arbres à Versailles viennent de la bas, suite à une grande tempête)). Pourquoi ne pas couvrir le périph (grand tunnel) et faire du vert par dessus ? Sentiers, arbres, plantes diverses, eux ont besoin de soleil. Trop cher ? Si c'est pas Paris qui paie, quel problème ? :-)
Ah, ça verdit, ça verdit, ça verdit.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :