Grand Paris : les six tours se feront bien à Bercy-Charenton

 |   |  570  mots
Adopté ce 2 juillet 2018 à 81 voix pour et 76 contre, le programme est en concertation depuis 2009.
Adopté ce 2 juillet 2018 à 81 voix pour et 76 contre, le programme est en concertation depuis 2009. (Crédits : Ville de Paris)
Le projet d'aménagement controversé de Bercy-Charenton (Paris XIIème), prévoyant six tours dont un gratte-ciel, a été adopté de justesse lors du Conseil de Paris du 2 juillet 2018.

« Une nouvelle preuve de notre capacité à innover pour l'attractivité de Paris et l'amélioration du cadre de vie des Parisiens » (Anne Hidalgo, maire de Paris) contre « un projet de surdensification et de bétonisation qui ne respecte pas le plan climat de la Ville » (David Belliard, président du groupe écologiste).
C'est peu dire que le projet de six tours « écologiques » dont un gratte-ciel de 180 mètres à Bercy-Charenton, situé à la frontière du XXIIème arrondissement de Paris et de Charenton-le-Pont, a divisé les élus du Conseil de Paris. Lorsque la municipalité a défendu « un projet ambitieux » créant « un morceau de ville », l'opposition de droite (LR) a en effet dénoncé un projet « anachronique » et « contraire aux exigences environnementales ».

Transformer les portes de Paris en places du Grand Paris

Concrètement, il s'agit d'aménager 18 hectares coincés entre les voies ferrées des gares de Bercy et de Lyon ainsi qu'entre le périphérique et l'échangeur de l'autoroute A43 pour y accueillir, à horizon 2030, 4.000 nouveaux habitants (dont 57 % dans des logements sociaux), des équipements publics, des bureaux, des commerces, des hôtels, un jardin de deux hectares et 12.600 emplois.
Dans la continuité des deux futures tours Duo de Jean Nouvel rive gauche et de la tour Triangle dans le XVème arrondissement, Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris chargé de l'urbanisme, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l'attractivité, a défendu un « très grand projet [transformant] les portes de Paris en places du Grand Paris, réparant la blessure » des infrastructures routières à proximité.

Absence de transports en commun

Les centristes d'Agir, par la voix de leur député Pierre-Yves Bournazel, ont, eux, demandé « une votation citoyenne pour donner la parole aux Parisiens » comme ceux de l'UDI-MoDem, représentés par leur président Eric Azière, qui ont pointé « un quartier enclavé géographiquement et socialement ». Danielle Simonnet, élue La France Insoumise, a, elle, fustigé « une mini-Défense », ironisant sur un « devenir [de la ZAC] en ZAD ».
Seuls les communistes, qui soutiennent la création de logements sociaux comme les macronistes de gauche (Démocrates et Progressistes) et de droite (Parisiens Progressistes Constructifs et Indépendants), ont voté le programme avec la majorité municipale. En revanche, quelle que soit leur sensibilité politique, tous les conseillers de Paris ont relevé l'absence de transports en commun...

Des espaces "adaptés aux mobilités douces"

Adopté ce 2 juillet 2018 à 81 voix pour et 76 contre, le programme est en concertation depuis 2009. S'y sont ajoutées des réunions publiques entre 2011 et 2015 ainsi qu'une étude d'impact en 2016. La capitale défend un nouveau quartier « métropolitain, équilibré et harmonieux » dans un cadre de vie « agréable » concentrant toutes les fonctions urbaines : logements, équipements publics, bureaux et activités.
La délibération votée confirme aussi le protocole foncier avec la SNCF, la mise en compatibilité du plan local d'urbanisme (PLU), la réalisation de la zone d'aménagement concerté (ZAC) ainsi que le contrat de concession qui confie cet aménagement à la société d'étude, de maîtrise d'ouvrage et d'aménagement parisienne (SEMAPA).
De nouvelles liaisons, notamment une passerelle entre Paris et Charenton-le-Pont par-dessus les rails, sont également prévues pour améliorer la circulation des usagers. Le lieu devrait aussi accueillir de nouveaux espaces publics « adaptés aux mobilités douces » ainsi que de nouveaux espaces verts, promet la municipalité.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2018 à 18:05 :
Bonjour
J'habite au 13ème. Je regarde la photo, elle n'est pas correcte.
Merci
a écrit le 04/07/2018 à 12:57 :
4000 nouveaux habitants , 12 600 emplois, et pas de transport en commun ...
Tour le monde à vélo ?
Et J.L. Missika qui présente ce superbe projet comme "le signal de nouvelles centralités" (un beau discours fumeux)
a écrit le 03/07/2018 à 20:24 :
Espérons de nombreux recours; afin qu'elle ait débarrassé le chantier avant que ces travaux aient commencé. Pour qui connaît les lieux, ce projet tient du délire; mais peut être "fume" t on à la Mairie de Paris (note à l'auteur: laquelle municipalité ne comporte pas de 22° arrondissement, ni d'autoroute A43...) ? Entre les maréchaux et le périph' !!! Peut être un bon plan pour descendre la vitesse du périph' à 50 pour pollution sonore ???
a écrit le 03/07/2018 à 16:05 :
Hallucinant la lenteur de cette prise de décision en France. 10 ans! Et c'est pareil pour le moindre projet.
Et après on s'étonne que notre croissance soit si molle et faiblarde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :