Officiellement réélue en Île-de-France, Valérie Pécresse joue sur les scènes régionale et nationale

Réélue par les 125 conseillers régionaux de sa majorité, la présidente (Libres!) de la région Île-de-France a livré un discours aux résonances franciliennes et françaises, avant de dévoiler son nouvel exécutif.
César Armand

6 mn

Réélue par les 125 conseillers régionaux de sa majorité, la présidente de la région Île-de-France a dévoilé son nouvel exécutif.
Réélue par les 125 conseillers régionaux de sa majorité, la présidente de la région Île-de-France a dévoilé son nouvel exécutif. (Crédits : DR)

Après avoir abordé, en creux, l'élection présidentielle de 2022 dans son discours de candidate victorieuse, la présidente (Libres!) du conseil régional, officiellement réélue ce 2 juillet 2021 par les 125 élus de sa majorité, a-t-elle récidivé ? N'a-t-elle parlé que des enjeux nationaux ou a-t-elle également évoqué les problématiques régionales ?

Sans surprise, Valérie Pécresse a commencé par tirer les leçons de la Covid-19 pour réaffirmer sa posture de décentralisatrice en cheffe. Comme en ouverture du congrès des régions à l'automne 2020 dans son hémicycle de Saint-Ouen-sur-Seine, la patronne de la région-capitale a exhorté l'Etat à "lâcher prise".

Lire aussi 3 mnPécresse: "Julien Bayou avance masqué sur ses prises de position décroissantes"

"La région n'est ni l'adversaire ni l'auxiliaire de l'Etat"

Pour la conseillère municipale de Vélizy (Yvelines), les régions pourraient être plus "percutantes" sur l'emploi si Pôle Emploi était décentralisé. Une vieille rengaine des présidents de conseils régionaux à qui cela a toujours été refusé par les gouvernements successifs. De la même manière qu'elle a rêvé de placer l'agence régionale de santé, la fameuse ARS, sous sa responsabilité. Là encore, un vœu pieux pour l'heure.

"J'appelle à une France nouvelle, irriguée par ses territoires, oxygénée par ses provinces, une France vraiment décentralisée et libérée (...) Je respecte l'Etat, mais il ne peut pas tout. Notre région n'est ni son adversaire, ni son auxiliaire", a-t-elle poursuivi.

Investir dans les transports, la santé et la transition écologique

Valérie Pécresse s'est en outre réaffirmée comme une présidente pro-business, promettant d'aller "chercher la croissance avec les dents" et annonçant la création d'une agence "Cap Rural" pour "accompagner les petites communes dans le montage de leurs projets". "Ensemble, nous allons rallumer tous les moteurs de la croissance (...) Je serai toujours aux côtés des entrepreneurs (...)" a-t-elle ajouté.

Comme promis pendant la - courte - campagne, la présidente de la région a enfin déclaré vouloir investir dans les transports, la santé et la transition écologique, maniant le sens de la punchline: "La croissance sans écologie serait une folie ; l'écologie sans croissance serait un suicide".

Lire aussi 9 mnValérie Pécresse : « Nous effacerons la dette Covid pour les TPE-PME en difficulté »

Changement dans la continuité pour le nouvel exécutif

La présidente de la région Île-de-France a également dévoilé son nouvel exécutif. Le directeur de campagne Jean-Didier Berger, maire (Libres!) de Clamart (Hauts-de-Seine), est nommé premier vice-président chargé des finances, de l'évaluation des politiques publiques et des fonds européens.

Deuxième vice-président, le Trappiste Othman Nasrou, ex-premier vice-président et ancien président du groupe LR, Libres! et indépendants au conseil régional, hérite de la jeunesse, de la promesse républicaine, de l'orientation et de l'insertion professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Troisième vice-présidente Alexandra Dublanche, vice-présidente (Libres!) sortante chargée de l'attractivité et du développement économique, se déleste de l'agriculture et de la ruralité, mais prend la relance et l'innovation en plus. Selon nos informations, elle devrait présider l'agence d'attractivité Choose Paris Region.

Quatrième vice-président, le maire (UDI) de Mennecy (Essonne) Jean-Philippe Dugoin-Clément, déjà vice-président lors de la dernière mandature, s'occupera du logement, de l'aménagement durable du territoire et d'un schéma directeur de la région Île-de-France désormais écologique. Selon nos informations, il devrait également présider l'Etablissement public foncier d'Île-de-France et Grand Paris Aménagement.

Cinquième vice-présidente, la maire (LR) de Sucy-en-Brie (Seine-et-Marne), Marie-Carole Ciuntu perd les lycées, mais conserve l'administration générale, à laquelle elle adjoint le dialogue social et la transformation digitale.

Sixième vice-président, Patrick Karam (LR) garde les sports et y ajoute les Jeux olympiques, les loisirs, la citoyenneté, la politique de la vie et la vie associative.

Septième vice-présidente, Farida Adlani (LR) ne change pas de portefeuille et continue de s'attribuer des solidarités, de la santé et de la famille.

Huitième vice-président, Yann Wehrling (ex-MoDem, ancien EE-LV), viré le 9 juin dernier par le président Macron de sa fonction d'Ambassadeur à l'Environnement, est chargé par Valérie Pécresse de la transition écologique, du climat et de la biodiversité.

Neuvième vice-présidente, la maire de Taverny (Val-d'Oise), Florence Portelli (Libres!) défendra, encore et toujours, la culture, le patrimoine et la création.

Dixième vice-président, Frédéric Péchenard (LR) pilote, une fois de plus, la sécurité et l'aide aux victimes.

Onzième vice-président, Sylvie Mariaud (UDI), passe de déléguée spéciale à vice-présidente chargée de l'économie sociale et solidaire et aux achats responsables.

Douzième vice-président, Stéphane Beaudet (LR); maire d'Evry-Courcouronnes (Essonne) et président de l'association des mairies d'Île-de-France, s'occupera, une nouvelle fois, des Transports.

Treizième vice-présidente, Valérie Lacroute (LR), maire de Nemours (Seine-et-Marne), aura affaire avec l'agriculture et à l'alimentation.

Quatorzième vice-président, James Chéron (UDI), supervisera la construction, l'entretien et la gestion des lycées.

Quinzième vice-présidente, Marie-Dominique Aeschlimann (LR) gérera l'emploi et la formation professionnel.

Suivent de nombreuses délégations:  Grégoire de Lasteyrie (Mobilités durables), Hamida Rezeg (Tourisme), Pierre Deniziot (Promesse républicaine, handicap et accessibilité), Babette de Rozière (Gastronomie), Frédéric Valletoux (Ruralité, commerce et artisanat), Sophie Deschiens (Région circulaire et amie des animaux), Laurent Jeanne (Rénovation urbaine et politique de la ville), Marianne Duranton (Bio et circuits courts), Jérémy Redler (Grands événements internationaux et salons), Nelly Garnier (Smart region), Anne Louise Mésadieu (Développement solidaire), Olivier Blond (Lutte contre la pollution de l air), Yasmine Camara (Jeux olympiques et paralympiques), Charlotte Baelde (Egalité femme-homme), Ludovic Toro (Lutte contre la désertification médicale), Faten Hidri  (Décrochage scolaire), Daniel-Georges Courtois (Évaluation des politiques publiques, certification des comptes et gestion des fonds européens), Pascal Pelain (Relations avec la Métropole du Grand Paris) et Geoffroy Didier, Ambassadeur de la région en charge des relations internationales et des affaires européennes.

César Armand

6 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 05/07/2021 à 13:55
Signaler
Et je dirais sur la scène internationale Valerie Pécresse a tous les atouts pour se présenter aux élections présidentielles

le 06/07/2021 à 18:46
Signaler
Elle ne serait pas fausse blonde ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.