À Lille, "Nos ETI sont avant tout familiales"

 |   |  605  mots
Hervé Allard, PDG du groupe Trenois-Decamps et initiateur du club des entreprises de taille intermédiaire du Nord-Pas-de-Calais.
Hervé Allard, PDG du groupe Trenois-Decamps et initiateur du club des entreprises de taille intermédiaire du Nord-Pas-de-Calais. (Crédits : DR)
Interview de Hervé Allard, PDG du groupe Trenois-Decamps et initiateur du club des entreprises de taille intermédiaire du Nord-Pas-de-Calais.

La Tribune - Comment est né votre club des ETI du Nord-Pas-de-Calais ?

Hervé Allard - Nous sommes plusieurs dirigeants d'ETI à avoir participé à sa création. Je l'ai lancé fin 2013 avec Damien Debosque d'API Restauration, Gérard Meauxsoone de Fichaux-Méo, Franck Monoyer de Provost et Frédéric Motte, de Cèdres Industries, qui est aussi président du Medef Nord-Pas-de-Calais.

LT - Votre club regroupe une cinquantaine d'ETI. Il s'agit essentiellement d'entreprises familiales. Pourquoi ?

HA - C'est une des particularités du Nord-Pas-de-Calais, qui vient de son passé industriel et de la capacité des entreprises familiales à traverser les nombreuses crises que ce territoire a connues. Dans notre club, la plupart des dirigeants d'ETI sont également actionnaires de leur entreprise. Ils sont attachés à leur indépendance et ont une vision à long terme. Leur implication donne un supplément d'âme à leur projet entrepreneurial. Les salariés connaissent le dirigeant de leur entreprise. Ce n'est pas une puissance financière venue d'ailleurs. Cette proximité crée un sentiment d'appartenance extrêmement mobilisateur pour les équipes. C'est plus facile de se développer dans ce contexte.

LT - Les entreprises familiales de la région ne sont pas toutes des ETI. Certaines gardent la taille de PME. Comment l'expliquez-vous ?

HA - Le dirigeant doit être habité par une volonté très forte de faire croître son entreprise. Cette volonté doit le transporter au-delà des peurs. Une entreprise qui grossit passe des seuils qui l'obligent à revoir son organisation et sa stratégie. Quand certains dirigeants vivent ces difficultés comme des freins au développement, d'autres y voient des challenges à relever. Au lieu de les paralyser, ces difficultés les dynamisent. Nous pensons aussi au sein du club que nos entreprises réussissent car elles ont concentré leurs activités sur un métier et y cultivent l'excellence. Chacune cherche à être le champion dans son domaine au niveau national et international, quand cela s'y prête.

LT - En quoi le territoire profite-t-il de la présence de ces ETI familiales sur ses terres ?

HA - Celles-ci sont très attachées au territoire où elles sont nées. Surtout dans le Nord-Pas-de-Calais. La grande majorité d'entre elles y ont leur siège et n'envisagent pas de le déménager ailleurs. Les activités de services à valeur ajoutée qui gravitent autour en bénéficient. Toute l'économie de la région profite de cet ancrage. C'est dommage qu'il n'y ait pas suffisamment d'échanges constructifs entre les entreprises et les élus de ce territoire. Il faut que cela change. Notre club a un rôle à jouer dans ce sens. Nos ETI sont innovantes, dynamiques et créatrices d'emplois. Quand OVH se développe dans le monde, Roubaix en profite. Les élus ont tout intérêt à nous connaître et à nous entendre. C'est une des ambitions du club de faciliter les échanges entre ses membres et le monde politique.

LT - La réunion fondatrice du club s'est faite sous le parrainage de Gérard Mulliez. Pourquoi ?

HA - C'est instructif d'échanger avec des patrons emblématiques comme lui. Il a su faire d'Auchan un grand groupe de dimension internationale. Son exemple nous pousse vers le haut. Nous pouvons tirer des enseignements de son histoire. Pour la même raison, nous venons d'inviter Marie-Christine Coisne à témoigner sur son parcours. Elle est à la tête de Sonepar, le leader mondial de la distribution de matériel électrique. C'est un groupe familial. À ce titre, leur parcours nous parle. Nous nous sentons plus proches d'eux que d'une ETI détenue par des actionnaires financiers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :