"Seules les politiques d'innovation apportent de la croissance" (Christian Estrosi)

Pour les élections régionales, le programme du député-maire de Nice est d'appliquer à la Région la politique de développement économique qu'il mène sur son territoire, la Métropole Nice Côte d'Azur. Faire grandir les PME en leur apportant de l'oxygène financier, accélérer la promotion du territoire à l'international, créer des pôles d'intérêt général... tout en éliminant les "machins", synonyme de dysfonctionnement.

4 mn

Christian Estrosi
Christian Estrosi (Crédits : Reuters)

Quel diagnostic faites-vous de l'économie régionale ?

L'économie régionale est endormie. Mais le potentiel est énorme. PACA dispose de 9 pôles de compétitivité (*), pôles que j'ai créés en tant que ministre et qui accompagnent 3.500 PME, représentant 52.000 emplois, et en lien avec les Universités de Nice Sophia-Antipolis et Aix-Marseille. Nous sommes leaders dans les solutions communicantes, dans l'industrie nautique, l'aéronautique, les énergies avec Iter à Cadarache que j'ai personnellement installé. Nous avons la filière santé avec France Silver Economie à Nice, l'Eco-Vallée qui est leader des éco-technologies. Et puis il y a les trois labels French Tech à Marseille, Nice et Avignon.

Vous plaidez pour un soutien aux start-ups qui doivent émerger et aux PME qui doivent devenir des ETI. Comment ?

L'ETI n'est pas la seule réponse à l'emploi. Je préfère raisonner en terme de filières. Les seules politiques qui apportent de la croissance sont celles qui portent sur l'innovation. Pour ce qui est du financement, il faut être positionné sur le capital-risque. C'est pour cela que je compte créer un Fonds d'investissement pour les entreprises de la région, appelé FIER, fonds qui entrera au capital des PME avec l'engagement d'en sortir quand celles-ci auront décollé ou qui les accompagnera sur des projets internationaux. C'est aussi encourager les passerelles entre les entreprises et le monde de la recherche afin de créer la première smart région d'Europe. Nous avons provisionné environ 150 millions d'euros de budget par an. Je souhaite que cette somme joue un effet de levier qui permette de générer 400 millions d'euros. C'est la stratégie que j'ai mise en place il y a quatre ans sur mon territoire, et 2015 est l'année où nous en tirons les bénéfices avec une augmentation des recettes supplémentaires sans augmentation des taux d'imposition des entreprises.

Les pôles de compétitivité ont tendance aujourd'hui à se rapprocher. La fusion est-elle une façon d'être plus efficace ?

Face à la concurrence des autres régions françaises, il faut tout faire pour rester leader. Et éviter de se disperser. D'où la fusion en décembre prochain des pôles Risques et Pégase qui s'unissent pour être forts face à la grande région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Le conseil régional a cru bon de créer les Prides par exemple, qui seront supprimés si je suis élu.

Pourquoi vouloir créer une agence de marketing pour promouvoir les entreprises à l'international alors qu'existent deux agences de promotion - Team Côte d'Azur à Nice et Provence Promotion à Marseille - ainsi que l'ARII, l'agence régionale pour l'innovation et l'internationalisation des entreprises ?

Nous sommes dans la redistribution des cartes au niveau régional. Nos deux agences ne sont pas suffisamment puissantes. Il faut une structure unique, qui intègre également les départements alpins. Il faut déterminer de manière pointue des pays cibles, et, là encore, ne pas s'éparpiller. Quant à l'ARII, si l'idée était louable, c'est une usine à gaz qui n'a pas brillé par son efficacité, bien au contraire...

 Que seraient les pôles d'intérêt régional que vous comptez créer ?

Cela concerne douze opérations qui s'articulent autour de filières d'excellence comme la santé, l'agriculture, la défense, l'énergie, le tourisme, les biotechnologies, et qui visent à aider à l'installation d'entreprises sur des territoires équipés de la fibre, où le foncier n'est pas trop élevé, et à faire en sorte que s'y retrouvent incubateurs, pépinières, accélérateurs...

Le Medef PACA a listé ses priorités parmi lesquelles figure le guichet unique. Est-ce un vœu pieux ou une réalité possible ?

C'est une nécessité pour mettre fin à la multiplication et l'opacité des structures orchestrées par la gauche. Je vais même plus loin que le guichet unique. Je m'engage également sur les délais : 15 jours pour instruire un dossier et obtenir une réponse, un mois pour débloquer les fonds si la réponse est positive.

Et je tiens à souligner le non-sens de l'engagement de Marion Maréchal-Le Pen qui ne compte soutenir uniquement les entreprises ayant leur siège social en PACA. Si j'avais appliqué cela, IBM ne serait pas resté à Nice. Ce n'est pas comme cela que l'on attirera les investissements exogènes ni que nos PME, qui sont souvent en sous-traitance ou en partenariat avec les grands groupes, pourront grandir et devenir des ETI.

* Pôles Risques, Pégase, Solutions Communicantes Sécurisées, Parfum Arômes Senteur Saveur, Capénergies, Mer Méditerranée, Optitec, Terralia, Eurobiomed.

Propos recueillis par Laurence Bottero

4 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 01/12/2015 à 23:19
Signaler
Quelle culture , il a du lire La palisse cela va de soit .

à écrit le 01/12/2015 à 19:59
Signaler
Tout d’abord je ne supporte plus de voir ces éléphants qui sont partout, maire, député, dans des bureaux politiques avec des casseroles insoutenables type « big millions » et aujourd’hui envisage la présidence de la région ce n’est plus un éléphant ...

à écrit le 01/12/2015 à 14:57
Signaler
Qu'il passe son baccalauréat d'abord . Mécanicien moto par exemple. Après il pourra nous faire croire qu'il suffit du costard cravate pour faire une politique.

à écrit le 01/12/2015 à 12:24
Signaler
Ce qui compte c'est de laisser les entreprises travailler et les investisseurs gagner le fruit de leur travail, du risque qu'ils prennent. Ce pays de fonctionnaires ponctionnaires inutiles et arrogants se fait hara kiri depuis 40 ans. Il est trop tar...

à écrit le 01/12/2015 à 12:12
Signaler
Je n'ai jamais vu dans LA TRIBUNE, que je lis depuis des années et que j'apprécie beaucoup, un article aussi flagorneur. A quelques jours d'une élection, mais c'est surement un hasard, une telle servilité laisse pantois et son auteur ne n'est pas dig...

à écrit le 01/12/2015 à 11:57
Signaler
Estrosi déclare ( blas blas .... tout en éliminant les "machins", synonyme de dysfonctionnement.) faisons le point depuis fin 90-début 2000, en effet les gouvernements Chirac Jospin Raffarin DeVillepin... puis ...Sarkozy Fillon Estrosi Wauquiez P...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.