Naissance du fonds d'investissement Pays de la Loire Croissance

Créé à l'initiative de six ETI, de partenaires sociaux, de banques et mutuelles et du conseil régional, le fonds d'investissements Pays de la Loire Croissance veut intervenir en fonds propres pour accompagner les PME en phase de croissance ou de rebond.

4 mn

En chantier depuis près de deux ans, le fonds d'investissements Pays de la Loire Croissance réunit, aujourd'hui, six ETI ou grands groupes, des organismes bancaires, les mutuelles AG2R-la Mondiale et Harmonie Mutuelle, le syndicat CFDT, l' Union de l'Industrie et des Métiers de la Métallurgie, BPIFrance et la Région. Ce premier tour de table a permis de lever 20 millions d'euros.
En chantier depuis près de deux ans, le fonds d'investissements Pays de la Loire Croissance réunit, aujourd'hui, six ETI ou grands groupes, des organismes bancaires, les mutuelles AG2R-la Mondiale et Harmonie Mutuelle, le syndicat CFDT, l' Union de l'Industrie et des Métiers de la Métallurgie, BPIFrance et la Région. Ce premier tour de table a permis de lever 20 millions d'euros. (Crédits : Reuters)

C'est une initiative inédite en Pays de la Loire. "Et rarement observée ailleurs", s'accordent les protagonistes du fonds d'investissement Pays de la Loire Croissance. Dotée, dans un premier temps de 20 millions d'euros, la structure va pouvoir intervenir en fonds propres dans les PME industrielles de la région. Une démarche qui fait suite à une étude menée en 2014 par l'association Nantes Atlantique Place Financière, qui mettait en lumière les carences financières de PME, préjudiciables à leur développement, et par extension à leurs donneurs d'ordres et plus largement pour éviter la fragilisation de filières.

Malgré une dizaine de fonds (Ouest-venture 1, 2 et 3, Grand Ouest Capital Amorçage, Sodero Participations, Pays de la Loire Développement, Littoinvest, fonds IDEE...) actifs sur le territoire depuis la crise de 2008, les PME souffraient d'un manque de fonds propres limitant leur capacité investissement. "Il s'agit, cette fois, de les aider à  prendre le tournant des grandes mutations liées aux transitions numériques, énergétiques, écologiques, ou à l'économie sociale et solidaire. Ce partenariat privés et publics va nous permettre de réinvestir dans le tissus industriel et de sauvegarder des savoir-faire ", observe Christophe Clergeau, vice-président de la Région des Pays de la Loire, en charge de l'économie et de l'innovation.

Un partenariat public/privé inédit

En chantier depuis près de deux ans, le fonds d'investissements Pays de la Loire Croissance réunit, aujourd'hui, six ETI ou grands groupes (Terrena, Airbus, Daher, Armor, Sigma, Idea, Eolane) qui ont investi de 100.000 euros à 400.000 euros (1,5 millions d'euros au total), des organismes bancaires (Crédit Agricole, Banque Populaire Atlantique, CIC Ouest) engagés à hauteur de 3 millions d'euros, les mutuelles AG2R-la Mondiale et Harmonie Mutuelle pour 3 millions d'euros, le syndicat CFDT pour 2 millions d'euros, l' Union de l'Industrie et des Métiers de la Métallurgie (UIMM) pour 500.000 euros, BPIFrance pour 3,5 millions et la Région pour 6,5 millions. Ce premier tour de table a permis de lever 20 millions d'euros. L'objectif étant d'inviter d'autres ETI à suivre l'exemple pour atteindre rapidement 30 millions d'euros. Dès lors, BPIFrance doublerait la mise et la région surenchérit d'un million supplémentaire.

"C'est un changement culturel important pour les ETI qui décident, non pas d'investir dans leur propre outil, mais de confier de l'argent à un gestionnaire de fond", reconnait Bruno Hug de Larauze, pdg du groupe Idea, spécialisé dans la logistique. Plus que le programme de relance P2RI qui avait une vocation défensive en intervenant sur la dette des entreprises, Pays de la Loire Croissance veut être offensif.  "Nous sommes convaincu l'investissement industriel permettra de développer l'emploi de PME dont beaucoup interviennent comme fournisseur de Daher", estime l'un des responsables du groupe, spécialisé dans la fourniture d'équipements industriels pour l'aéronautique.

L'autre changement culturel est de voir intervenir au sein du fonds, le syndicat CFDT, qui va de cette manière devenir co-actionnaire de PME. "Un virage qui va sans doute bouger les lignes d'un  syndicat jusque là plutôt habitué à investir dans les placements éthiques et solidaires. Ici, ce fond correspond à nos valeurs et permettra de soutenir et de développer l'emploi", justifie Jacques Bordron, délégué régional CFDT en Pays de la Loire.

Un effet de levier de 1 à 4

Suite à un appel à manifestation d'intérêt, la gestion de ce fonds a été confié au groupe indépendant Siparex, spécialiste du capital investissement dans les PME. Celui-ci affiche des capitaux sous gestion d'1,5 milliards d'euros répartis entre les activités de "Midmarket" pour le ETI et PME, "investissement régional" pour les PME de proximité et innovation sous la marque "Xange". Le fonds Pays de Loire Croissance vise les PME régionales traditionnelles (agroalimentaire, électronique, métallurgie, BTP...) intervenant dans l'industrie, les services à l'industrie ou engagées dans une démarche de mutation (usine du futur, transition énergétique, etc). Celles-ci doivent présenter un chiffre d'affaire compris 3  millions d'euros et 50 millions d'euros, avoir clôturé au moins cinq exercices,  présenter un projet de croissance externe ou interne, ou de redéploiement faisant suite à des difficultés conjoncturelles.

L'intervention pourra se faire par des prises de participations minoritaires ou l'émission d'obligations convertibles. Et ce pour des montants d'investissement compris entre 0,5 à 2,5 millions d'euros pour une durée de 5 à 8 ans. Philippe Oleron, Pdg de Sigma, spécialisée dans les services numériques, estime :

"On parle beaucoup des écosystèmes, de la transformation digitale des entreprises.... Mais la question est de savoir comment on y va? L'intégration de la RSE dans les entreprises remet en cause les modèles économiques, sociétaux, de gouvernance. Et bien ce nouvel outil constitue une opportunité pour intégrer cette dynamique. C'est le moyen de se réinventer pour fixer l'emploi dans la région."

L'objectif de Pays de la Loire Croissance est d'intervenir sur 5 à 6 dossiers par an. Le premier devrait être décidé en novembre. Avec une espérance, un effet de levier de 1 à 4.

4 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.