Brest : 40 hectares dédiés aux énergies marines renouvelables

 |   |  525  mots
À l'horizon 2020, le complexe portuaire de Brest aura fait peau neuve. Avec un objectif : assurer la compétitivité de la Bretagne en privilégiant l'hydrolien et l'éolien offshore.
À l'horizon 2020, le complexe portuaire de Brest aura fait peau neuve. Avec un objectif : assurer la compétitivité de la Bretagne en privilégiant l'hydrolien et l'éolien offshore. (Crédits : Virtualis)
Depuis janvier 2017, les travaux engagés sur le port de Brest doivent consolider l'activité commerciale du site. Ce chantier de 220 millions d'euros accueillera sur un polder de 40 hectares de nouvelles activités industrielles de pointe, notamment celles liées aux énergies marines renouvelables.

Le terminal industrialo-portuaire de Brest, connu pour ses activités commerciales et de réparation navale, a encore un potentiel urbain et maritime à exploiter. Et le développement économique de la métropole, dont les activités maritimes constituent le premier gisement d'emploi, passe par son port.

Depuis janvier 2017, date de démarrage d'un chantier d'une rare envergure, initié par la Région Bretagne pour 220 millions d'euros, les machines sont à l'oeuvre. La création d'un nouveau terminal, les travaux de dragage et l'aménagement de nouvelles infrastructures, dont une plateforme de manutention de 100 mètres de profondeur, profiteront aux activités commerciales du port (2,5 millions de tonnes par an) pour l'accueil de navires de 80.000 tonnes contre 60.000 aujourd'hui. À l'horizon 2020, le port aura donc déjà fait peau neuve. Mais c'est l'aménagement de 40 hectares sur un polder grand comme 50 terrains de football qui en sera sans doute la zone la plus spectaculaire. Pour Brest, c'est un nouveau terrain de jeu industriel qui s'ouvre, consacré à l'accueil d'activités (stockage, assemblage...) liées aux énergies marines renouvelables (EMR).

La métropole concentre à elle seule 50% de la recherche maritime française, et les EMR, y compris l'éolien offshore, filière à laquelle la Région a réaffirmé son soutien, font partie d'un des dix secteurs d'avenir identifiés pour assurer la compétitivité de la Bretagne. Avec l'objectif de 1,5 GW sur l'éolien en mer, 500 MW sur l'hydrolien.

Face à la concurrence active de Cherbourg, Saint-Nazaire ou du Havre, déjà fortement axés sur l'accueil des industriels spécialisés dans les EMR, l'ouverture du port brestois sur ces activités du futur serait susceptible de créer 400 à 500 emplois directs (voire plus selon certaines sources) dans le seul secteur des EMR, notamment pour l'éolien flottant.

Quai "colis lourds" pour l'hydrolien et l'éolien flottant

Sur ce marché émergent, Brest cible plus précisément la filière "colis lourds" ou "colis très lourds", et les gros donneurs d'ordre de type DCNS et STX. Plus largement, ce sont tous les acteurs sur les filières de l'hydrolien et de l'éolien flottant, qui sont visés : fournisseurs de rang 1, 2 et 3 et PME innovantes, spécialisées dans le stockage de l'énergie ou les réseaux intelligents. La société quimpéroise Sabella prépare l'implantation d'un site d'assemblage d'hydroliennes sur le polder brestois d'où sortiraient 30 à 50 unités à l'horizon 2022-2024. En arrivant avec une spécificité sur ces deux filières de pointe, Brest entend en maximiser les retombées sur son tissu économique et industriel.

Plus globalement, les EMR mobilisent les compétences bretonnes dans une approche régionale. En avril, la Région a rappelé au gouvernement que « le développement des emplois EMR en Bretagne, sans les champs d'éoliennes en mer, est impossible ». Pour exister au niveau mondial, la première région en sciences et technologies de la mer s'est dotée d'un nouvel outil de développement, le Bretagne Ocean Power. Cette association vise à réunir et accompagner l'écosystème breton, et a fortiori brestois, lié aux EMR.

___

Par Pascale Paoli-Lebailly,
correspondante de La Tribune pour la région Bretagne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :