Les mégapoles devront faire face à des besoins gigantesques

A l'occasion du Forum Smart City du Grand Paris, organisé par La Tribune les 26, 27 et 28 novembre prochains à l'hôtel de ville de Paris, experts, politiques et entrepreneurs ont pris la parole dans un numéro spécial consacré à la ville intelligente. Dans les villes, la croissance vertigineuse de la population et de la métropolisation imposeront l'efficience énergétique comme un élément-clé pour satisfaire aux besoins de 6 milliards d'urbains en 2045. Par Didier Houssin, président de l'Ifpen (IFP Energies nouvelles).

2 mn

Les enjeux énergétiques induits par l'urbanisation représentent des investissements considérables et un marché potentiel évalué à plus de 40 000 milliards de dollars sur les vingt prochaines années pour les pays occidentaux.
Les enjeux énergétiques induits par l'urbanisation représentent des investissements considérables et un marché potentiel évalué à plus de 40 000 milliards de dollars sur les vingt prochaines années pour les pays occidentaux. (Crédits : AFP)

La transition énergétique n'est plus une option mais une nécessité face à l'urgence écologique. Les voies d'actions sont désormais bien identifiées. Elles passent par l'efficacité énergétique pour optimiser la consommation, la sobriété visant des comportements plus vertueux, les énergies renouvelables et la substitution des énergies fossiles par des énergies décarbonées. Ces chemins, divers suivant les pays, seront au coeur des discussions de la COP21. Les bâtiments et les transports font partie des secteurs qui devront se repenser à l'aune de cette ambition nouvelle visant à mieux consommer. Il faut le rappeler : ces deux secteurs représentent, au niveau mondial, environ 60 % de la consommation finale, 33 % pour les bâtiments, 28 % pour le transport. La transition doit donc à l'évidence les intégrer dans une vision globale et articulée.

En 2014, on recensait 28 mégacités dans le monde, hébergeant 453 millions de personnes (environ 12 % de la population urbaine mondiale). En 2030, l'ONU estime que l'on comptera 41 villes de cette taille. La population urbaine mondiale a augmenté rapidement, de 746 millions en 1950 à 3,9 milliards en 2014 et pourrait être de 6 milliards en 2045. Quatre-vingt-dix pour cent de cette croissance démographique urbaine serait concentrée en Asie et en Afrique. Avec un taux d'urbanisation qui pourrait atteindre les 70 % en 2050, l'enjeu réside dans la capacité des villes à repenser leur modèle de fonctionnement tout en conservant le tissu économique et social historique.

Favoriser une optimisation globale

Ces quelques chiffres mettent en évidence les enjeux énergétiques induits par cette urbanisation pour les pays occidentaux, mais aussi et surtout pour les nouveaux pays industrialisés et émergents. Ces enjeux représentent des investissements considérables et un marché potentiel évalué à plus de 40 000 milliards de dollars sur les vingt prochaines années. Cela inclut l'ensemble des solutions envisagées : gestion « intelligente » des réseaux, développement des énergies renouvelables et des solutions de stockage, innovation dans les services autour de la mobilité et les véhicules urbains, etc.

La réflexion en matière de déploiement des villes s'inscrit de plus en plus dans une vision systémique permettant d'articuler au mieux urbanisation, mobilité et consommation d'énergie. Il s'agit de favoriser une optimisation globale par des systèmes de contrôle-commande en temps réel, d'optimisation de la distribution de l'électricité produite, de solutions de stockage, de transmission d'informations en temps réel et d'équilibrage quasi instantané de l'offre et la demande au niveau des équipements... Ifpen s'inscrit dans une démarche visant à imaginer un futur énergétique plus propre et plus performant. Des recherches sont conduites pour développer des « briques » technologiques qui pourront s'intégrer dans ces voies nouvelles.

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 26/11/2015 à 17:26
Signaler
Est ce que les mégacités sont une fatalité, une finalité à l'heure d'internet et de l'économie digitale ? Est ce que les agglomérations à taille humaine sont condamnées ? La prospectives c'est étudier plusieurs scénarios pas un seul et unique fond...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.