La smart city doit aussi répondre aux défis climatiques

 |   |  722  mots
Les chefs d'État réunis à paris pour la Cop 21 ne sont pas les seuls à pouvoir agir. Les citoyens bien sûr, mais aussi les entreprises, acteurs importants des écosystèmes urbains.
Les chefs d'État réunis à paris pour la Cop 21 ne sont pas les seuls à pouvoir agir. Les citoyens bien sûr, mais aussi les entreprises, acteurs importants des écosystèmes urbains. (Crédits : Décideurs en région)
[#ForumSmartCity] Le climat est aussi une question sociale. Dirigeants, citoyens, entreprises doivent agir ensemble sous peine de catastrophe annoncée.

Susan Georges, présidente d'honneur d'Attac France est revenue sur la création de l'ONG en 1999, née pour imposer une taxe sur les transactions financières.

« La jonction était faite entre l'écologie et le social. Nous sommes dans un monde devenu exponentiel : les menaces sur le climat sont toujours plus rapides qu'on ne le pense.»

Etat d'urgence climatique

Serge Orru, conseiller auprès de la Mairie de Paris et ex président du WWF, est revenu sur les attentats qui ont secoué la capitale :

« Ce drame a montré qu'il est temps de montrer de la bienveillance vis-à-vis de tous les habitants. 98 % de la finance mondiale va vers une économie casino qui créé un mode de vie du gaspillage. Le climat est aussi une question sociale. Même le Pape le dit. On est en état d'urgence climatique ! Il y aura des réfugiés climatiques par millions. C'est un combat contre un monde qui détruit la santé humaine, l'emploi, etc.. Quand il s'agit de faire la guerre, on se mobilise. Mais a-t-on mesuré l'empreinte écologique d'une guerre ? Or c'est considérable et ça dure longtemps ».

Le conseiller de Paris rappelle que « la Ville de Paris va passer à 100 % d'énergies renouvelables pour tous ses nouveaux contrats électriques au premier janvier 2016 et Anne Hidlago va inviter mille maires pour lutter contre le péril climatique avec des engagements concrets ».

Les entreprises, parties prenantes de la lutte contre le réchauffement climatique ?

Les chefs d'État réunis à paris pour la Cop 21 ne sont pas les seuls à pouvoir agir. Les citoyens bien sûr, mais aussi les entreprises, acteurs importants des écosystèmes urbains.

Pour la présidente d'honneur d'Attac France :

« On invite des grands pollueurs à être sponsors de la Cop 21, c'est incohérent. Sur les 90 sociétés responsables de 63 % du CO2 émis depuis 1864, 50 sont privées ! Il faut subventionner les renouvelables et la transition verte. La commune pauvre de l'Île-Saint-Denis a réduit de 28 % ses émissions de CO2 avec les citoyens. C'est comme cela que l'on doit faire. Améliorer le climat et accroître la cohésion sociale, c'est la même chose. Ceux qui seront dépossédés par les changements climatiques sont les plus vulnérables. On ne peut pas continuer comme ça. La croissance viendra des PME ».

Serge Orru met en cause ces « décideurs endormis, désinvoltes, cupides, qui mettent en danger des milliards d'êtres humains. Comment ringardiser ces personnes qui ne croient pas aux chiffres ou tournent la tête quand on leur parle de CO2 ? ».

Un coeur, un arbre

L'artiste Naziha Mestaoui a présenté son projet One Heart One Tree (un coeur un arbre).

« Dimanche 29 novembre, la Tour Eiffel va s'habiller de vert. Mon œuvre veut associer l'art et l'action en affichant un message positif sur la Tour Eiffel sous formes d'arbres virtuels projetés sur la tour. Tous les arbres virtuels seront réellement plantés sur les cinq continents.  Chacun doit se sentir responsable de l'avenir qu'on construit ensemble. L'appli gratuite One Heart One Tree permet de donner naissance a un arbre virtuel avec son rythme cardiaque en plaçant son doigt sur le capteur photo de son smartphone, plus dix euros pour le plantage de l'arbre sur sept sites que je vais suivre pendant trois ans. La Tour Eiffel sera filmée en streaming et on recevra une photo avec son arbre. En Inde, j''ai rencontré un berger de l'Assam qui plante des arbres depuis trente-six ans tout seul. Chacun peut passer à l'action. Chaque année, je passe un mois par en Amazonie dans les tribus. Ils se pensent comme part intégrante de la forêt, sans hiérarchie, dans un rapport horizontal avec les autres espèces vivantes. À cause de cette crise, on voit qu'on fait partie de la nature, on ne la possède pas ».

Objectif de l'artiste : planter des millions d'arbres. Une initiative saluée par Susan Georges :

« J'adhère a 100 %. Mais ce n'est pas la somme des gestes individuelles qui va faire basculer le climat dans la bonne direction. Il faut que le CO2 ait un prix sur le principe du pollueur payeur. Il faut faire une loi. 80 % des combustibles fossiles doivent rester dans le sol, sinon on est fichu. Si on continue comme ça, on va vers la catastrophe ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :