Transports en commun : l'Ile-de-France se penche sur la gratuité

 |   |  334  mots
En rappelant que les transports en commun relèvent de la compétence régionale d'Ile-de-France Mobilités (ex-Stif), Valérie Pécresse précise avoir demandé à Jacques Rapoport, ancien président de SNCF Réseau, de diriger cette commission qui associera les élus locaux concernés.
En rappelant que les transports en commun relèvent de la compétence régionale d'Ile-de-France Mobilités (ex-Stif), Valérie Pécresse précise avoir demandé à Jacques Rapoport, ancien président de SNCF Réseau, de diriger cette commission qui associera les élus locaux concernés. (Crédits : Région Ile-de-France)
La région a annoncé la mise en place d'un comité d'experts pour étudier "sans parti pris" la proposition de la maire de Paris, Anne Hidalgo. L'exécutif parisien a salué l'"attitude constructive de la Région".

L'idée lancée récemment par la maire de Paris, Anne Hidalgo, sera examinée par la région Ile-de-France. La présidente LR Valérie Pécresse a annoncé jeudi qu'elle allait mettre en place un comité d'experts pour étudier la question de la gratuité des transports en commun.

Après "la demande de la Ville de Paris qu'une réflexion soit lancée", "j'ai décidé de mettre en place un comité d'experts pour traiter cette question qui doit être abordée sans parti pris", indique-t-elle dans une lettre adressée le 30 mars aux huit départements de la Région, dont la Ville de Paris.

3 milliards d'euros par an

En rappelant que les transports en commun relèvent de la compétence régionale d'Ile-de-France Mobilités (ex-Stif), Valérie Pécresse précise avoir demandé à Jacques Rapoport, ancien président de SNCF Réseau, de diriger cette commission qui associera les élus locaux concernés. Elle rappelle par ailleurs que les recettes venant des usagers s'élèvent à 3 milliards d'euros par an, soit 30% des coûts annuels de fonctionnement, et qu'il est donc "indispensable que les conclusions de l'étude n'aient pas pour effet d'amoindrir les recettes d'Ile-de-France Mobilités afin de ne pas condamner les transports à l'obsolescence et à la saturation généralisée".

Une lutte contre la "voiture polluante"

La maire PS de Paris Anne Hidalgo a annoncé le 19 mars le lancement d'une étude sur la gratuité des transports en commun pour les Parisiens, avec notamment experts français et étrangers, élus de toutes tendances, études de modèles économiques, en évoquant la nécessité de lutter contre la "voiture polluante". L'exécutif parisien a salué l'"attitude constructive de la Région" en annonçant que la Ville, pour sa propre étude, allait se "rapprocher des experts nommés par Valérie Pécresse, afin de les auditionner. Ils feront ainsi partie du panel de personnalités qualifiées dont nous recueillerons l'avis", indique un communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2018 à 19:31 :
On paie déjà 80% du coût des transports par nos impôts,taxes et la redevance transport payée par les entreprises(plus la moitié du prix du passé navigo).Rien n'est gratuit.Personne n'a dit que les 20% restants seraient "gratuits". Il faut les financer. Il faut une" gratuité" universelle, on va va pas faire des transports non payants sous conditions de ressources ( comme aiment faire les socialistes),comme a fait Hollande pour les allocations familiales. Les personnes qui ont des ressources,n'accepteront jamais l'interdiction de la voiture thermique à Paris,sans transports gratuits,eux aussi. On vient de le voir avec tout le tapage orchestré contre Hidalgo, sur l'interdiction de la circulation automobile sur les berges de Seine. Il vaut mieux que les gens aisés paient par l'intermédiaire d'une augmentation des impôts et en améliorant la lutte contre l'évasion fiscale et non en les faisant payer le ticket de métro.
a écrit le 08/04/2018 à 19:20 :
Dans un temps où la France est couverte de dettes, la productivité faible, les investissement encore insuffisants, nos burlesques politiciens réfléchissent et débattent entre eux, dans la perspective des élections locales et régionales, de la gratuité des transports en commun. C'est absurde, de la politique de sapeur camembert.
a écrit le 08/04/2018 à 9:51 :
La gratuité est imbécile. Autant elle est légitime pour les plus défavorisés autant elle est incompréhensible quand elle profite aux gens aisés !
a écrit le 08/04/2018 à 8:47 :
......Arrètez ces intox !
La gratuite N'EXISTE PAS !!!
Il y a toujours des pigeons en bout de chaine : les contribuables !
a écrit le 08/04/2018 à 8:47 :
......Arrètez ces intox !
La gratuite N'EXISTE PAS !!!
Il y a toujours des pigeons en bout de chaine : les contribuables !
a écrit le 07/04/2018 à 22:29 :
Oui Berthold.la région IDF et Paris est la région la plus riche de France. Elle peut parfaitement financer les 2 milliards d'euros de la gratuité totale. Mais avant il faut trouver les sous pour financer le redimensionement du réseau .Cela étant dit , l'état et la collectivité seraient largement gagnantes à moyen et long terme avec les économies en dépenses de santé, grâce à la diminution de la pollution produite par l'interdiction de la voiture thermique à Paris ,sans parler de la diminution de la production des gaz à effet de serre, néfastes pour la planète. Si Paris et l'IDF mettaient les transports gratuits,ce serait un formidable exemple pour le monde,de comment lutter efficacement contre le réchauffement climatique.
Réponse de le 08/04/2018 à 9:08 :
Pour la santé publique : pas si sûr car les transports en commun sont aussi un formidable bouillon de culture. En ce qui me concerne, dès que je les prends en hiver, ça ne loupe pas, j'attrape un rhume ou une grippe.
a écrit le 07/04/2018 à 22:11 :
Réponse à Max@.Vous avez raison , avant de lancer les transports gratuits,il faut investir lourdement pour redimensionner le réseau.Pendant 30 ans on a presque pas investi,et c'est à l'état de le faire,avec le soutien de la région et les départements d'IDF.Une partie du boulot est en cours,avec le métro du grand Paris,encore qu'il y du retard dans les travaux(contrainte des 3% du traité de Maastricht).
a écrit le 07/04/2018 à 22:03 :
On pourrait financer en partie cette mesure par un rééquilibrage de la fiscalité locale entre Paris et les autres communes de la région, dont les habitants subissent des impôts locaux généralement nettement plus lourds que les parisiens.
Réponse de le 08/04/2018 à 2:44 :
Je suis d'accord avec bruno_bd, surtout que les parisiens bénéficient d'un réseau de transport assez dense donc ils profiteraient davantage des transports gratuits
a écrit le 07/04/2018 à 20:26 :
La gratuité des services de transport est une question tout à fait locale et qui n'a rien à voir avec le reste de la France..! Alors que la Ville de Paris et l’Île de France assument entièrement la facture s'ils veulent instaurer ce service... mais qu'ils arrêtent de faire les mendiants pleurnichards et de nous chanter l'Opéra de Quat'Sous.
a écrit le 07/04/2018 à 19:48 :
Avant la gratuité , le service minimum et des transports non congestionnés, serait ce trop demandé ???... Quand on voit que la majorité de l'investissement concernait 20% du traffic (TGV) , on se dit qu'on est gouverné par des incapables ... voir pire.
a écrit le 07/04/2018 à 19:11 :
Vous verrez la gratuité pour tous, mais pas pour tout le monde comme dab !!!!!
a écrit le 07/04/2018 à 17:04 :
À lire les différents commentaires, les uns veulent la gratuité parce qu'ils en auront plus pour leurs impôts (donc siphonneront encore plus la ville, la région, les entreprises, et l'État), les autres en ont plus qu'assez de payer toujours plus d'impôts mais veulent surtout pas que l'on réduise le nombre de fonctionnaires ou les services aux citoyens, et enfin, les ''heureux gaulois'' qui ont encore un peu de marge pour payer plus d'impôts... puisque c'est quand même la marque de commerce de la France à l'étranger. :-)
a écrit le 07/04/2018 à 16:06 :
Réponse à Matins calmes@. Bien sûr, le transport il est déjà "gratuit"à 80%,payé par nos impôts ,la redevance transport+ la moitié du passe Navigo,payées par les entreprises privées et publiques. C'est la mission des 2 groupes de travail (Hidalgo et Pecresse),de trouver un financement pour les 20% qui restent.Donc,pas de craintes pour le salaires du personnel rtap-sncf et pour l'entretien.
a écrit le 07/04/2018 à 15:52 :
Les transports gratuits doivent être couplés à l'interdiction de la voiture thermique à Paris ( comme c'est prévu en 2030).Sinon ,ce sera pas efficace pour lutter contre ma pollution.
a écrit le 07/04/2018 à 15:48 :
De toute façon nous (par nos impôts) et les entreprises payons déjà plus de 80% (si l'on tient compte de la moitié du prix du passe Navigo, pris en charge par l'employeur)
a écrit le 07/04/2018 à 15:43 :
Tout le monde paie la TVA et la CSG, impôts en plus non progressifs, donc on ne peut pas affirmer que des gens ne payent pas l'impôt.
a écrit le 07/04/2018 à 15:40 :
Pour les comptes de plus de 100000 euros. Les plus touchés ont été les ressortissants russes et grecs,sur des comptes ouverts avec de l'argent provenant de l'évasion fiscale. Donc,au lieu des gouvernements russe et grec,c'est le gouvernement chypriote qui a récupéré l'impôt
a écrit le 07/04/2018 à 15:34 :
C'est possible,en tout cas la gratuité totale a été financée à Aubagne (transports gratuits depuis 2009, y compris le tram) par une augmentation de la redevance transport, payée par les patrons.Mais contrairement à ce qu'on peut penser, cela a fait augmenter le nombre d'entreprises installées à Aubagne au lieu de le diminuer. La gratuité des transports augmente l'attractivité d'une ville. Cela étant dit,on peut trouver un autre moyen de financer les 25% apportés par les titres de transport en IDF.
a écrit le 07/04/2018 à 15:29 :
2019 l´année de la retenue à la source....

ce qui veut dire pour les politiques qu´ils peuvent inventer n´importe quelle taxe pour combler les déficits...
les salariés ne pourront plus rien faire ils seront ponctionnés chaque mois de plus en plus.

et si cela ne suffit plus, comme à Chypre, 10% du compte en banque...
a écrit le 07/04/2018 à 15:25 :
Comment en serait il autrement dans ce pays?

Seulement 47% de contribuables payent encore l´IR. Tous les autres profitent.

Gratuité pour les uns se traduit en plus d´impot pour les autres. pas de miracles.

il faut faire plaisir à tous ceux qui ne paynt plus d´IR, mais votent encore et donc le tout gratuit est de mise pour les uns.

les autres partiront de ce pays ou n´auront plus rien à donner...
Réponse de le 08/04/2018 à 21:22 :
Ne pas oublier que tout le monde paie les TVA (2,2, 5,5, 10, 20%) sur tout achat/paiement, la CSG sur tout revenu (sauf Livret A), la TICPE sur le plein de la mobylette (pas besoin d'avoir de voiture), et même depuis le 1er avril, sur le butane et propane des bouteilles et citernes de gaz.
En réalité, les gens ont des salaires trop bas. Pour un revenu de 800€/mois quel taux d'IRPP faut-il appliquer ? 5% ? Ça fait 480€/an (pour une part) ?
a écrit le 07/04/2018 à 15:17 :
La gratuité , ça n'existe pas, il faut toujours quelqu'un pour payer. Pas la peine de chercher
loin, les contribuables seront pressurés comme d'habitude.
a écrit le 07/04/2018 à 14:23 :
La démagogie érigée en solution miracle! La gratuité n'existe pas pour l'unique raison que tout a un coup et un prix. Donc, il faudra quel qu’en soit la manière, financer et donc alimenter en fond le service "gratuit" Pour financer, il faudra ponctionner et ce ne sera pas sur les émoluments des élus ?
a écrit le 07/04/2018 à 13:20 :
Les transports ne peuvent etre gratuits.
La maintenance, les salaires des employes et j'en passe.
Qu'en faites vous Mme Pecresse?
Des taxes pour payer tout cela ?
C'est de la demago
Et je reste poli.
a écrit le 07/04/2018 à 12:01 :
Si les transports en commun sont gratuits pour les usagers il est bon de rappeler que toutes les entreprises de plus de 10 salariés contribuent à leur financement et tout est à craindre que cette contribution risque d'augmenter ....une fois de plus l'information reste partielle !!!
a écrit le 07/04/2018 à 11:24 :
Il ne faut pas parler de gratuité des transports, il faut discuter de savoir QUI va payer.
L'utilisateur, afin de le responsabiliser ou le faire participer au coût, l'autre solutions c'est de faire payer tout le monde à travers des impôts, donc une augmentation à prévoir.
a écrit le 07/04/2018 à 11:02 :
Quelqu'un qui met 2h en transports en commun successifs ou 40 min en voiture, montera-t-il dans les bus, métros, bus pour aller travailler si c'est gratuit ? Ça réduit la facture carburant, la patience obligée dans les embouteillages, mais ne peut-ce qu'être marginal ? De nombreux parisiens n'ont pas de voiture et ont le métro et le bus à proximité.
Mais il parait quand même que les voies sur berges étaient fréquentées surtout par des 75, des gens allergiques aux transports souterrains, voire la promiscuité, ou ne voulant pas chercher quels changements faire pour aller à destination ? (on avait bien un chef qui louait une voiture à Grenoble en sortant du train, pour faire 500m, un chef se devait arriver en voiture, pas à pieds.....).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :