Télécoms : les consommateurs (un peu) sacrifiés sur l'autel de l'emploi

 |   |  961  mots
Le gouvernement ne tolérera pas que ce secteur détruise ou délocalise des emplois a déclaré mardi Fleur Pellerin, la ministre déléguée au Numérique. DR.
"Le gouvernement ne tolérera pas que ce secteur détruise ou délocalise des emplois" a déclaré mardi Fleur Pellerin, la ministre déléguée au Numérique. DR.
Les opérateurs reçus à Bercy ce mardi auraient négocié un marché avec le gouvernement : une remise en cause de la loi Chatel, qui permet aux abonnés de résilier par anticipation à moindre frais, en échange d'avancées sur l'emploi.

« En clair, c'est la suppression de la loi Chatel contre des avancées sur l'emploi » résume un cadre d'opérateur, quelques heures après la réunion sur les télécoms convoquée à Bercy mardi matin par Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, et la ministre déléguée à l'Economie numérique, Fleur Pellerin. Aucune mesure n'a été annoncée à l'issue de la réunion matinale mais la direction a été tracée : « il faut détricoter la loi sur la consommation et inciter l'investissement ». Les ministres ont prévu de revoir les opérateurs « assez vite », avant la fin du mois de juillet, et d'étudier alors leurs propositions.

Ce mardi matin, Arnaud Montebourg a fait valoir qu'on « ne comprendrait pas qu'on licencie dans un secteur qui gagne encore de l'argent » et leur a demandé en substance « que faire pour que vous ne licenciez pas », rapporte un participant. Alors que Bouygues Telecom et SFR ont annoncé des plans de départs volontaires, la solution envisagée pour l'instant est de « travailler sur la loi Chatel », honnie par la plupart des opérateurs. « Dès la rentrée, le gouvernement présentera un train de mesures qui permettra d'éviter la casse sociale et de relancer les investissements, de réconcilier l'intérêt des consommateurs et celui des salariés » a annoncé Fleur Pellerin mardi après-midi à l'Assemblée nationale lors de la séance des questions au gouvernement.

La fin de l'« aberration » de la résiliation anticipée
La fameuse loi Chatel avait essayé de s'attaquer au « verrouillage » des abonnés, souvent dénoncé par les associations de consommateurs, en permettant à ceux-ci de résilier par anticipation leur contrat de deux ans dès la fin du douzième mois en ne payant que 25% du montant restant dû. De quoi rendre le marché un peu plus fluide et le client moins fidèle. Problème : les opérateurs pouvaient se retrouver perdants sur des abonnements vendus avec des téléphones haut de gamme fortement subventionnés et dénonçaient les comportements calculateurs de certains clients profitant du système.

« Cette capacité de sortir à bon compte avant la fin de l'engagement est une aberration, il faut rétablir une situation équitable par rapport aux autres secteurs » explique un dirigeant d'opérateur. La chose semble entendue même si les associations de consommateurs, qui seront reçues prochainement à Bercy, auront leur mot à dire. « Une phase de concertation s'engage désormais », à laquelle l'Arcep, le régulateur des télécoms, sera également associé, ont annoncé les ministres dans un communiqué conjoint mardi soir.

Le come-back des hotlines surtaxées à 20 centimes
« Il a été longuement question des centres d'appel » selon un participant à la réunion ce mardi matin. Le ministre du Redressement productif a réitéré son souhait de voir cette activité, en partie « offshorisée» au Maghreb, relocalisée en France. La piste du retour des hotlines payantes est plus que jamais à l'étude, selon deux schémas : soit une partie des services deviendra payante (hotline premium), soit la ligne d'assistance téléphonique deviendra « très légèrement payante, entre 10 et 30 centimes d'euros la minute » décrypte un opérateur. Mercredi matin, Arnaud Montebourg a d'ailleurs indiqué sur France Inter que « pour 10.000 emplois relocalisés sur le territoire, ça coûterait en moyenne par forfait et par mois une vingtaine de centimes de plus pour les consommateurs. »

« Une hotline de qualité, en France, c'est une ligne de coûts importante, de l'ordre de 2 euros par abonné et par mois » affirme un autre. Ce serait plutôt de l'ordre de 1 euro par mois par abonné, selon une estimation récente des analystes d'Oddo. Pour autant, les acteurs du secteur reconnaissent eux-mêmes que la hotline payante ne leur rapportera que quelques millions de chiffre d'affaires en plus et que le détricotage de la loi Chatel ne règle pas les problèmes de fond. L'un d'eux résume « ce n'est pas en supprimant certaines aberrations de la loi Chatel que l'on change l'équation économique de Bouygues Telecom, qui affirme qu'il perd de l'argent désormais, qu'il est en cash flow négatif. »


Free sur le banc des accusés
Bercy a dit vouloir étudier « toutes les pistes qui sont bonnes pour l'emploi » prolonge un opérateur. Devant l'Assemblée, Fleur Pellerin a déclaré que « le gouvernement ne tolérera pas que ce secteur détruise ou délocalise des emplois. » Elle a aussi déploré que « l'arrivée sur le marché du quatrième opérateur de téléphonie mobile a été gérée par le précédent gouvernement sans aucune réflexion sur ses conséquences en matière d'emploi. » Lors de la réunion mardi matin, les dirigeants d'Iliad, la maison-mère de Free, qui recrute pourtant, étaient un peu en position d'accusés.

Très virulent sur l'Arcep, « Martin Bouygues a essayé de pousser sa thèse sur le contrat d'itinérance [conclu entre Orange et Free], demandant aux pouvoirs publics d'intervenir pour qu'il ne soit pas prolongé, mais c'est un contrat de droit privé sur lequel le gouvernement ne peut intervenir » rapporte un participant. Free s'est défendu sur ses investissements dans le mobile, expliquant qu'il dépensait « moins que ses concurrents en s'y prenant mieux. » Le train de mesures que le gouvernement prépare devra aussi « relancer l'investissement », en particulier dans la fibre et la 4G. Mais curieusement, si « la situation économique et sociale difficile du secteur » et la filière sont évoquées par les ministres, les équipementiers télécoms, en particulier le dernier grand français, Alcatel-Lucent, qui s'enfonce dans la crise, semblent les grands absents du débat.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2012 à 11:01 :
Plutôt que de nouveau taxer le consommateur, on pourrait financer la relocalisation des 10000 emplois par exemple en ponctionnant 1/30 du résultat net du seul FT (en prenant la moyenne des 5 dernières années).

a écrit le 18/07/2012 à 20:12 :
La période d'engagement de 24 mois est à double tranchant : les clients y regarderont à 2(4) fois avant de s'abonner !

je ne doute pas que les consommateurs feront leur choix...

Votez avec vos pieds : fuyez
a écrit le 18/07/2012 à 16:19 :
bravo à nos brillants économistes socialistes qui ont trouvé un moyen de créer de l'emploi tout d'abord des cadeaux aux opérateurs qui gagnent beaucoup d'argent tant mieux mais la croissance du résultat en plumant un peu plus le client on connait, enfin notre "Fleur" qui il faut le dire avec humour a tout compris à la création d'emploi non pas par l'innovation ou la recherche mais par faire monter le prix de la facture client c'est à dire les roses font encore plus fort que les sarkozystes, qui ont augmenter d'une façon inadmissible les taxes donc les impôts ne jouont pas sur les mots, eux nos chers roses ils rajoutent à la liste le supplément client qui en sort encore plus tondu.BRAVO même les plus nuls de la politique et ils sont légion n'avait pas été aussi nulle que Fleur.
a écrit le 18/07/2012 à 15:03 :
L'aberration c'est l'engagement de 24 mois, ça n'existe nulle part ailleurs !

Pour le reste, que l'on fasse payer ceux qui veulent payer plus pour une hotline en France. Personnellement, je pense qu'on devrait plutôt mettre cet argent ailleurs.
a écrit le 18/07/2012 à 14:05 :
Ayant de la famille en Grande-Bretagne, j'ai fait une petite comparaison des prix (pas facile !). En haut de gamme, ils semblent similaires. Par contre, l'offre y est pléthorique pour ceux qui n'ont pas besoin de l'illimité et pour ceux qui possèdent déjà leur mobile. Le jeu de la concurrence fait que certains opérateurs parient sur la qualité de leur service clientèle ; par exemple, Vodaphone se vante que tous leurs centres d'appel se situent au Royaume-Uni. On peut faire la critique d'un marché outrageusement libéral ; mais au moins les consommateurs s'y retrouvent (et le taux de chômage y est plus faible).
a écrit le 18/07/2012 à 12:39 :
Nos nouveaux ministres sont vraiment fantastiques : ils vont rendre aux opérateurs le droit de racketer en toute légalité les consommateurs sans pour autant protéger l'emploi, car dans un an, après avoir eu ce qu'ils voulaient, les opérateurs diront "oui, mais vous savez, la conjoncture, et puis la crise de l'euro, alors non, on est vraiment obligé de délocaliser 30000 emplois". Toutes les boîtes font le coup, il n'y a qu'à voir PSA récemment.
Réponse de le 18/07/2012 à 15:18 :
Bien sûr que ça ne fera que repousser le problème à 6 mois ou 1 an. Les consommateurs auront été fait cocus, paieront plus et il y aura quand même des licenciements.
Le seul moyen d'avoir une croissance saine c'est la concurrence ! C'est donc aux antipodes de la suppression de la loi Chatel.
L'engagement de 2 ans c'est la rente aux acquis, la rente à ne surtout rien à faire, à ne surtout pas innover.
a écrit le 18/07/2012 à 12:21 :
"les opérateurs pouvaient se retrouver perdants sur des abonnements vendus avec des téléphones haut de gamme fortement subventionnés et dénonçaient les comportements calculateurs de certains clients profitant du système."

Un client peut "profiter" de la loi si l'opérateur est assez bête pour proposer des forfaits/offres qui peuvent être contournée par la loi.
Depuis la publication de la loi, il est aberrant que les opérateurs continuent de proposer des abonnements de 24 mois !

Ensuite, la subvention du portable est un crédit à la consommation déguisé. Il devrait justement être interdit et décorrélé de l'abonnement téléphonique, comme l'a fait Free, pour que l'encadrement mis en place des crédits à la consommation soit appliqué à cette situation.
Réponse de le 18/07/2012 à 12:47 :
tu souligne un point interressant "la subvention du mobile". Si en passant chez Orange, Bouygues, SFR je prend a un abonnement a 60 euros illimite tout ca tout ca.. pour rester "gentil et dans un mode de calcul simple" prenons que le cout reel du forfait est des 20 euros (pour s aligner sur celui de Free) On a donc la subvention,plutot credit comme tu le souligne de 40 euros pour le Smartphone... donc si on se base sur 15 mois avant possibilite de resiliation "facilité" ca nous donne deja 600 euros, (l iphone est a 800 seul non et le S3 a 700) si on pousse le vice et qu on va sur 24 mois ca fais 960.... la le prix de smartphone nu est largement depasse n est ce pas????
Alors si on excepte ceux qui change effectivement de smartphone tous les ans, comme c'est de la High tech de consommation, prenons l exemple d un gars qui va garder son smartphone 5 ans, tout en restant fidele a son operateur. Multiplions les 60 euros d abonnement par 60, ca nous donne 3600 euros, on retranche le cout reel de l abonnement soit 20*60= 1200, puis le cout du smartphone, soyons fou de liphone en prenant 800 euros comme base 3600-1200-800=1600 euros que l'opérateur marge rien que sur le fait qu'il continue a prelever "la part credit smartphone sur ton abonnement".... Et la personne ne dit rien..... en calculant sur le nombre de client qui ne change pas de mobile mais garde son abonnement 5/10 ans on voit vite la marge que se sont fait ces 3 groupes de voleurs pendant des années....
L honnetete aurait ete de differencier le cout du forfaite de celui du mobile et de dire qu a partir des 12 ou 24 mois (periode d amortissement du mobile) le forfait diminue de tant d euro... L ont ils fait???? Non ils se sont gave...
a écrit le 18/07/2012 à 11:54 :

Là on a touché le fonds !

La France a démantelé un Monopole qui marchait pour les copains...
Quand c'est la Droite on protège le Cartel (déjà condamné par l'UE) mais peopolisation aidant on "s'éprend" d'un homme entreprenant et on le laisse monter dans le train de l'Oligopole.
La Gauche arrive, l'ancien Cartel pleure des larmes de (ou en...) croco sur l'emploi, et on s'arrange entre copains au nom du peuple pour tuer le dernier arrivant, désormais usurpateur de son état.
Le peuple paiera de toute façon: comme consommateur et/ou chômeur.
M. Free ne travaille pas tout seul ? Les emplois de Free ne seraient-ils pas plus légitimes que ceux du Cartel?
Une histoire de fous.

Passez votre chemin manants...
Cette aristocratie qui nous gouverne, de droite comme de gauche, a échangé les places dans l'amphi de l'ENA, rebaptisé Assemblée Nationale, et continue... de faire n'importe quoi.
En 89, un peuple excédé avait trouvé un "raccourci" intéressant qu'il faudrait peut-être up-to-dater, non ?
Un vrai bon petit happening Place de la Nation. Cette fois-ci pour de vrai.
Après cette purge, la situation ne pourrait pas être pire que maintenant.
Historiquement, un bon petit "écrémage" de nos fausses élites, maintenant peopolisées, a toujours relancé l'économie grâce au renouvellement des... têtes.
Merci M. de Montebourg de nous l'avoir rappelé.
a écrit le 18/07/2012 à 11:47 :
La loi CHatel n est pas un problème. Le vrai problème est que Sarko a obligé l'arcep et France Telecom a faire cadeau à ses copains Iliad/Free qui permet ainsi à se dernier de vendre des abonnements à prix cassé. C?est le casse du siecle !!!

Le contrat d'itinérance obligeant Orange à mettre son réseau mobile à dispo pour Free pour des prunes est un hold-up. Espérant que les responsables à l?ARcep et d?autres rendront les comptes un jour !
Réponse de le 18/07/2012 à 12:06 :
T en as pas marre de raconter des conneries??? La réalité est que jusqu a l arrive de Free la France comptait 3 mastodontes qui s entendaient sur les prix (ont ete condamne d ailleurs), se gavaient sur le dos des consommateur a fortiori des plus faible (Forfait RSA a 25euros pour 40 min de com et 30 SMS c est un scandale).... L arrivée de Free est des plus salutaires, les autres n ont qu a baisser leur p de marge, dividendes et autres....
Réponse de le 18/07/2012 à 12:23 :
Le contrat d'itinérance signé entre Orange et Free n'a pas été imposé par l'ARCEP : il a été mis en place volontairement par Orange. Les tarifs ont été négociés entre Free et Orange et le patron d'Orange lui-même dit que si certes il ne rapporte pas autant qu'un abonné, ce contrat est bénéficiaire.
Réponse de le 18/07/2012 à 12:53 :
L'antisarkozysme de base de la gauche atteint vraiment ses limites. Avant de raconter tout et n'importe quoi, réfléchissez un peu. Xavier Niel, actionnaire principal d'Illiad, est co-actionnaire avec Pierre Bergé et Matthieu Pigasse, tous deux plutôt à gauche, du journal Le Monde, connu pour ses positions pro-Sarkozy. Que dire de ses investissements dans Mediapart et Bakchich, la crème du "sarkozysme"?! Alors si Niel est pote avec Sarko, ce dernier sait vraiment s'entourer. Tous les maux de la France ne sont pas dus à Sarko. C'est juste encore un exemple que la libre concurrence en France c'est pas encore ça. Ce n'est pas évident de s'attaquer aux oligopoles dans ce pays. Et qui en paye le prix? Les classes moyennes et les gens modestes...ceux-là même que le parti socialiste prétend défendre...
Réponse de le 18/07/2012 à 15:24 :
Il n'y a pas eu de cadeau pour Free. Les autres ont eu des tas d'avantages comme Orange qui a eu tout son réseau payé par l'argent publique. Il est donc normal que Free soit aidé pour casser ce cartel déjà condamné.
Seule la concurrence et l'innovation créeront de l'emploi. Les rentes acquises, l?enferment des consommateurs dans des engagements, tout ça ne créera pas de croissance saine et d'emplois à forte valeur ajoutée.
a écrit le 18/07/2012 à 11:09 :
Il est temps de réaliser qu'il va ""falloir "payer un peu" pour protéger nos emplois, socle de notre cadre de vie. Le réflexe de vouloir acheter au moindre prix fait déplacer la production dans les pays où le confort des petites mains n'est pas un coût.. On fini enfin par se rendre compte que l'on est en train de scier la branche sur la quelle on est assis !!
Réponse de le 18/07/2012 à 12:00 :
Absolument d 'accord avec vous, à tout vouloir "low cost" ( transports, alimentation, communications...), les gens ne se rendent pas compte que pour la majorité d' entre nous, c 'est une vie low cost qui nous attend avec un salaire low cost avec quoi on s 'achète des produits low cost... Autrement dit comment faire de la France un pays avec un niveau de vie proche de celui des pays émergents!!!
Réponse de le 18/07/2012 à 12:27 :
Michelito, vous oubliez que les 3 opérateurs vendaient des prestations low cost au prix du luxe. Votre raisonnement est valable pour de la 4G, des réseaux a la pointe rapides, sans déconnexion, etc, bref de l'innovation. Pour une vieille technologie d'il y a 5 ans, amortie et devenue une rente, c'est un braquage de le vendre a prix d'or. Le probleme des 3 operateurs, c'est qu'ils ont trop amortis et pas assez investis. L'arrivee de Free relance l'investissement et la croissance vers des prestations plus hautes. Montebourg est un incompétent, pas méchant, mais je pense qu'il ne comprend vraiment pas comment on genere de la croissance, qui est indispensable vu notre endettement.
a écrit le 18/07/2012 à 10:19 :
Je n'ai jamais, mais jamais pu résoudre mes problèmes de téléphonie mobile par le biais de hot lines, payantes ou pas. Je passe par l'internet, et crois comprendre que de plus en plus font de même. De Macbeth à Montebourg: tout cela n'est qu'une fable racontée par un idiot, pleine de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien.
a écrit le 18/07/2012 à 10:17 :
Si on étudié un peu plus frédéric bastiat en France, on comprendrait que l'emploi n'est pas sauvé. Bastiat démontrait il y a 160 ans (!!!) qu'il s'agit juste d'un déplacement dans la comptabilité nationale, mais en aucun cas il n'y a création d'emploi. Les consommateurs dépenseront plus dans les telecoms et y créeront de l'emplois, et moins dans leur autres dépenses et détruiront de l'emploi, mais cet emploi là, très diffus, ne se verra pas... "ce qui se voit et ce qui ne se voit pas" ... cf histoire de la vitre cassée ...
Réponse de le 18/07/2012 à 11:59 :
Je suis d'accord avec John dans un système équitable. Mais lorsque Sarko a oblige l'Arcpe et Orange à faire cadeau aux actionnaires de Free du réseau d?Orange. C est une autre affaire ! qui ne sent pas bon loin d'etre honnette.
m^me si au passage Free donnera quelquess miettes aux consommateurs qui fermeront les yeux ne sachant pas que cela va couter plus cher à moyen t à long terme à la France.
Réponse de le 18/07/2012 à 13:56 :
Sakozy etait contre la licence de Free et a tout fait pour la faire capoter, afin de favoriser son ami Bouygues (Niel, le PDG de free etant plutot etiquete a gauche et en cas pas un heritier comme ceux qui entoure Sarkozy)
Free a fait exploser l oligopole sur le telephone comme c est grace a eux qu on ne paie pas pour internet un abonnement + x centime par minute (modele du minitel si cher a orange)
a écrit le 18/07/2012 à 10:15 :
La hotline, service d'assistance en ligne, le temps d'attente n'était plus payant et le coût était redescendu à une tarification d'appel local . Pourquoi faire machine arrière quand un système fonctionnait mieux . Le consommateur a bon dos à chaque fois, qu'il faut trouver une vache à lait . On parle de social quand l'entreprise est touchée ! Les délocalisations ont bon dos . Mais qui a délocalisé ? l'entreprise non !
Réponse de le 18/07/2012 à 11:23 :
s il y a delocalisation c'est qu'il y a des couts trop élevés!
Est ce que le droit du travail n'est pas allé trop loin ?
Est ce que les charges qui pesent sur les salaires, les entreprises ne pourraient pas etre revues?
Réponse de le 18/07/2012 à 14:35 :
les coûts trop élevés, cela se travaille dans une économie où l'on met la satisfaction du client au premier plan (ce qui devrait être notre cas ?). La solution pronée par nos ministres, qui ne comprendront jamais le monde de l'entreprise, est tout simplement idiote. Les entreprises doivent améliorer leur compétivité plutôt que trouver des moyens politiques ou réglementaires pour faire payer le client. La protection de l'emploi envers et contre tous va nous amener aux beaux jours de l'époque soviétique : production de produits inadaptés à des prix ridicules, plus d'innovation. Si les emplois sous-traités à l'étranger sont plus rentables et satisfont le client, c'est en changeant les règles et réglementations que l'on peut faire évoluer les choses, pas en faisant pression sur des sociétés privées. Ridicule !
a écrit le 18/07/2012 à 9:45 :
C'est quand même fantastiques ces entreprises qui sont des apôtres du libre marché quand tout va bien mais qui se réfugient derrière le soutien de l'Etat dès qu'elles sont concurrencées ... "Privatiser les profits et collectiviser les pertes" ...
Réponse de le 18/07/2012 à 10:17 :
Ces entreprises oligopolistiques font partie d'un cartel organisé dès le début par l'Etat. Elles sont tout à fait opposées au marché libre.
Réponse de le 18/07/2012 à 10:18 :
les grandes entreprises détestent le libre marché car il les met en danger permanent par la concurrence. Les grandes entreprises sont les apotre du monopole, le leur, garanti par l'état. Ne confondez pas grandes entreprises et libéralisme. L'un est un capitalisme de connivence, l'autre est le vrai capitalisme.
Réponse de le 18/07/2012 à 11:31 :
@X : Et si il n'y avait que cela, mais à combien de systèmes peut on appliquer cette phrase ?
"Privatiser les profits et collectiviser les pertes" ...

Réponse de le 18/07/2012 à 12:09 :
C'est le capitalisme de connivence le plus pur, celui qui préfère de loin l'état centralisateur ou socialiste au vrai capitalisme entrepreneurial qui nécessiterai des efforts et de l'innovation de leur part. Et annexement, un peu moins de "libéralités" avec l'argent de l'entreprise.
a écrit le 18/07/2012 à 9:31 :
Bonjour. Pourquoi SFR et BOUYGUES n'acceptent pas d'être contactés par mail, au lieu de passer par des téléconseillers? ( Orange le fait ). Ca ferait des économies substantielles et l'on obtient par écrit, des réponses à nos questions.
Réponse de le 18/07/2012 à 10:25 :
+1
Réponse de le 18/07/2012 à 12:13 :
Malheureux, vous n'y pensez pas! Les écrits les engageraient, ce qu'ils ne veulent surtout pas. Par ailleurs, cel anécessiterai une main d'oeuvre plus qualifiée, ce qui là encore n eles emballe pas. Enfin, tout coût est un frein à faire valoir ses droits. Quand de plus il n'y a pas de trace écrite, c'est très disuasif.
Le client? Sur le fond, ils s'en moquent complètement, ce qui est bien le signe que le secteur n'est pas soumis à des règles de concurrence normales.
Réponse de le 18/07/2012 à 14:12 :
Tout a fait, ils appliquent cette petite phrase tire d un sketch

"ne jamais prendre les clients pour des cons, mais ne jamais oublier qu ils le sont"
a écrit le 18/07/2012 à 9:24 :
« très légèrement payante, entre 10 et 30 centimes d'euros la minute » De qui se moque-t-on?? Des consommateurs bien sûr!
10 à 30 centimes d'euros n'est pas "léger". Pour mémoire une minute de communication vaut tout juste 1 centimes en national.
Mr. Montebourg et Mme Pellerin sont totalement incompétents et EN PLUS n'ont pas étudier le dossier. Les opérateurs principaux, à force d'avoir perdu de vue le mérite et la compétence, sont tous totalement dysfonctionnels et emplois des ARMADAS de consultants pour compenser l'incompétence latente. Le retour des marges se fera avec une vraie introspection du secteur par des personnes REELEMENT compétentes.
a écrit le 18/07/2012 à 9:09 :
Il y a ce que l'on voit et ce que l'on ne voit pas. Ce que l'on voit : Les 20 euros que tout le monde a gagne par mois grace a Free, a supprime quelques emplois chez ses concurrents. Ce que l'on ne voit pas : Les 20 euros que tout le monde a gagne par mois grace a Free, va creer quelques emplois dans d'autre domaines (mais il faut un peu de temps, pas juste quelques mois). (Les gens vont les depenser ailleurs) Si a l'epoque on interdisait de creer un ordinateur car cela allait supprimer des emplois ... On aurait aucun emploi en informatique aujourd'hui. Le raisonement de Mr Montbourg est un raisonement economique de CE2.
Mr Monteboourg souhaite peut-etre que l'on remette au chomage les salaries de Free
Réponse de le 18/07/2012 à 10:59 :
+ 1

merci de citer Frédéric Bastiat !!
a écrit le 18/07/2012 à 8:59 :
Bravo Montebourg
nravo pour la baisse du pouvoir d'achat
bravo pour proposer de faire payer le consommateur pour des dysfonctionnement des opérateurs
remarquez c'est le même sujet que l'état PS : on fait payer aux français l'incurie des politiques via taxes impots ...
pour Montebourg sauver les entreprises c'est remplacer le Chiffre d'affaire par des taxes
on devrait créer une taxe PSA sur le non achat de voitures francaises cela reglerait le probleme de competitivite et créer une commission enplus .
a écrit le 18/07/2012 à 8:51 :
Que veut dire "un "déverrouillage" des abonnés moins coûteux pour les abonnés" ? L'auteur de cet article pourrait-il s'exprimer en français ?
a écrit le 18/07/2012 à 8:47 :
François, le sauveur des classes populaires et moyennes...
Refiscalisation des heures supp (et on a eu chaud, ça aurait pu être rétroactif), retour au système archaïque des hotlines payantes, projet de loi sur la suppression des frais de port gratuits sur internet pour mieux les taxer, augmentation de la CSG (et ça, c'est traître, car ça se voit difficilement, peu de gens lisent leur fiche de paie)... j'en oublie... Merci François, mon pouvoir d'achat va progress... ah non, il va chuter...
Et Arnaud Montebourg, ce frétillant ministre qui ne sert à rien sauf à faire tampon entre les syndiqués et le président (Bravo Arnaud, tu te saignes pour tes amis qui te jetteront dès la 1e bévue qui devrait arriver d'ici peu avec l'affaire PSA...)
a écrit le 18/07/2012 à 8:34 :
Comme aurait pu dire Audiard:"c'est bizarre ce besoin qu'ont certains politiques de créer des commissions de réflexion pour ne pas prendre de décisions " . On ne paye pas actuellement le gouvernement précédent mais l'inaptitude de l'ensemble des gouvernements depuis 1980 à prévoir l'évolution des techniques, des marchés et l'explosion d'Internet. On a travaillé au jour le jour voire le lendemain pour la veille. Résultat de cette incurie liée au coût du travail, à la réduction de son temps à la main mise sur nos entreprises par des actionnaires non nationaux, à la toute puissance de certains syndicats noyautes depuis des lustres par certains partis politiques, le refus pour certains chômeurs de se délocaliser pour continuer à travailler, celui de certains autres préférant toucher le chômage plutôt que d'accepter un travail même un peu moins payé,.... Et la liste serait encore longue! Cerise sur le gâteau : ne pas savoir qu'un monopole est la porte ouverte à la main mise sur l'utilisateur ou le consommateur! La France, ton café fout le camp ( la Du Barry à son amant Louis XVI ) et merci à l'état providence aux dépens de ceux qui travaillent et payent pour les " non cotisants"
a écrit le 18/07/2012 à 7:52 :
C'est un scandale !!!! faire payer au consommateur la hotline alors que celle-ci ne sert que lorsque l'opérateur ne fournit pas le service que le consommateur est en droit d'attendre. Mais ou va-t-on avec ces gouvernants incompétents.
Bien souvent le temps d'attende sur une hotline est de l'ordre de huit à dix minutes, vous vous imaginez le coût que le consommateur va devoir supporter uniquement pour faire valoir son droit à la suite d'un contrat. On marche sur la tête dans ce pays.
a écrit le 18/07/2012 à 7:47 :
On etait tellement bien du temps de air inter, PTT, EDF GDF.... tous ses monopoles qui facturaient 4 fois le prix, ces salaries grevistes payes 2 fois le prix du marches+ avantages, des CCE ..CGT riches et corrompus....(comme tjrs....) la belle epoque pour le citoyen..
a écrit le 18/07/2012 à 7:43 :
Et si les opérateurs historiques étaient simplement mauvais et mal gérés... On peut se poser la question quand on compare la misérable Livebox avec une Freebox. Une Lada face à une BMW... Pourtant France Télécom a tellement plus de moyens et d'ingénieurs que Free. A mon avis on va pénaliser Free une société jeune et dynamique qui représente le futur pour de vieux clous qui finiront par couler de toute façon. Le symbole de la France un pays de vieux et de rentiers de l'immo qui perd ses usines et ses jeunes entrepreneurs et qui coule doucement.
a écrit le 18/07/2012 à 7:17 :
une entente sur de la surtarification, des entraves au marché sur le dos des contribuables ... heu pardon, des clients
Réponse de le 18/07/2012 à 7:48 :
Des pigeons.
a écrit le 18/07/2012 à 6:44 :
Un gouvernement se préoccupe de l'emploi, à l'inverse de la droite la plus stupide du monde, qui ne faisait rien. Ceci fait du bien à voir !
Réponse de le 18/07/2012 à 7:36 :
C'est sur ! Le chomage est d'ailleurs en baisse rapide.
Réponse de le 18/07/2012 à 9:25 :
Bien sûr que le chômage est "en baisse" : après 10 ans de droite c'est normal ...!
a écrit le 18/07/2012 à 6:41 :
Je propose de revenir de France Télécom. Au moins, la vie était plus simple auparavant, alors que l'opérateur assurait des emplois stables.
Réponse de le 18/07/2012 à 7:16 :
Je voulais dire "je propose de revenir au monopôle de France Telecom".
Réponse de le 18/07/2012 à 8:03 :
...et personne n'avait les moyens d'avoir un portable. Cela s'appelait Radiocom 2000 et coutait un bras. Vive Free.
Réponse de le 18/07/2012 à 9:05 :
n'importe quoi mon pauvre Jérôme !! A l'époque, y avait-il les technologies d'aujourd'hui.
Réponse de le 18/07/2012 à 15:34 :
merci pfff , Jerome a besoin d'une leçon sur les technos mobile!
Franec telcom a participé activement à definir la norme GSM et cela a couté pas mal.
a écrit le 18/07/2012 à 6:11 :
mentalité de maitres chanteur confortée par des décennies de racket légalisé.. et pendant ce temps, en amérique du nord, le téléphone local est gratuit et la mention de frais de dossiers sans services en contrepartie est, comme toute escroquerie, judiciairement contestable.
Pour protéger quelques privilégiés, qui, de leurs propre aveux, ne sont pas viables dans un environnement de concurrence ouverte, on va enfoncer encore un peu plus la compétitivité de l'ensemble des citoyens.
Réponse de le 18/07/2012 à 16:56 :
Arrêtes tes conneries Paul de Free! si un forfait mobile à 0 ou 2 Euros/mois existe en Amérique fais le moi savoir !!!!!
a écrit le 18/07/2012 à 6:04 :
Voilà donc ce que vont êter les mesures socialistes: on fait des effets d'annonce avec force moulinets contre les méchants capitalistes pour au final leur donner encore plus de moyens de chantage, renforcer leurs oligopoles et faire payer la facture par les clients dont on réduit les droits.
Rien absolument rien n'est fait pour traiter les problèmes à leur source: casser les ententes, faire payer lourdement ceux qui en sont responsables en aprticulier en restituant aux consommateurs les sommes qui leur ont été volées plutôt que de le faire payer à l'état, condamner les personnes qui en sont à l'origine. Quant aux délocalisations elles sont liées au coût du travail et à la compétitivité, autant qu'au niveau de compétence des salariés, entendre par là le niveau en chute libre de notre Education Nationale qui dispense des diplômes qui ne valent plus rien. Du coup on impose pour compenser cette inaptitude, des niveaux de qualification pour les emplois qui reviennent de fait à favoriser l'embauche de jeunes incompétents et mal formés plutôt que celle de seniors compétents. Ce n'est qu'un exemple. Ne parlons pas des filières entières qui "forment" dix ou vingt fois le nombre de diplômés nécessaires à ces filières d'emploi, ce qui conduit en toute urgence nos collecitvités locales à créer des pôles de création artistique et autres fadaises. On est dans le n'importe quoi total.
a écrit le 18/07/2012 à 5:52 :
Vraiment n'importe quoi. Quand on appelle les hotlines, c'est parce que le sopérateurs ne rendent pas le service pour lequel on les paie. Dans mon cas j'ai des pb de coupures intempestives d'internet et de téléphone depuis 3 ans. J'ai passé plus d'une centaine de coups de fils, où on répète inlassablement la même chose, il n'y a rien de fait derrière. C'est du vent. Quels sont nos recours? Aucun. Et maintenant il va falloir payer pour ces coups de fils qui durent des heures pour répondre à des questionnaires dont le seul but est de dégager la responsablilité de l'opérateur et d'épuiser la patience du consommateur.
J'espère que la contrepartie sera l'ouverture des class actions.
Enfin, on peut constater que nos amis socialistes n'ont à coeur que de prendre des mesures bénéficiant aux oligopoles en place.
a écrit le 18/07/2012 à 3:22 :
Le comportement de M. MONTEBOURG et de Mme PELERIN est totalement irrationnel.
Ils sont prêts à écouter les SFR, BOUYGUES et FRANCE TELECOM, ces opérateurs plusieurs fois condamnés (ensemble ou séparément) pour entente et pratiques anticoncurrentielles, tout cela pour augmenter les tarifs et les profits !
Je crois rêver : d'un côté, on prétend vouloir taxer les riches, de l'autre (et dans les faits) on prend la défense du GRAND CAPITAL.
Affligeant !!!
a écrit le 18/07/2012 à 0:42 :
Economie Communiste de retour! Les emplois perdus chez les 3 pirates des telecoms, ne seront-ils pas compensés en partie par les emplois créés par Free et le nouvel environement autour de ces offres "honnêtes" (enfin)? Le con-sommateur paiera encore une fois. Mais cette fois-ci ce sera une nouvelle taxe sur l'emploi déguisée. Qui paiera? Les plus démunis face à la technologie (personnes agées, moins éduquées...). Un gouvernement du petit peuple, élu par le petit peuple qui a ce qu'il voulait. Au fait ce sera aussi le moyen pour les 3 gros opérateurs de redistribuer des bénéfices?
a écrit le 18/07/2012 à 0:09 :
Quand les trois "Majors" facturaient les SMS à 15 centimes pour un prix de revient de 1 ou 2 centimes, ils ne demandaient rien au gouvernement. Pendant des années ils ont pris un maximum de bénéfice.

La même chose pour l'industrie des disques et des films. Il n'y a jamais eu autant de billets de cinéma vendu que l'année passée. Malgré cela, HADOPI continue d'exister et les supports vierges sont lourdement taxés au profit des éditeurs.

Vous avez dit justice sociale ?
Il faudrait plutôt parler de promesses électorales.
Réponse de le 18/07/2012 à 15:36 :
SVP, je suis un peu naif, pouvez vosu svp m expliquer comment Free arrive à vendre des forfaits 1 h à Zero Euros? je cherche l erreur !
a écrit le 17/07/2012 à 23:42 :
Une seule chose à faire quitter les trois escrocs, chez Free pas de contrats de 24 mois.

Combien les dividendes chez les Bouygues Brothers ? 100 / 120 millions ? et ça ose licencier ?
Réponse de le 18/07/2012 à 0:48 :
Effectivement
"chez Free pas de contrats de 24 mois" mais aussi
chez Free pas de téléphone subventionné
Réponse de le 18/07/2012 à 2:15 :
C'est mieux non ? fini la vente lié ou l'on ne sais pas ce que l'on paye, faites les comptes et vous verrez.
Réponse de le 18/07/2012 à 7:53 :
Doit-on vraiment vous rappeler qu'un téléphone "subventionné" vous le payez largement avec un abonnement bien plus cher ? D'où la hargne des opérateurs sur la loi Châtel (voir article)
a écrit le 17/07/2012 à 23:08 :
bah, l'état reconduit bien les concessions autoroutières sans demander de créer d'emploi... Je ne vois pas bien pourquoi soutenir le secteur des telecom qui de toute façon licenciait déjà, sans parler du plan de soutien à l'automobile (HS je sais). Donc vive Free qui a eu au moins le mérite de montrer à la face des français le vrai cout des abonnements de telephone portable et ADSL, parce que les autres, entre etre l'ex- directeur de cabinet de lagarde, et l'aut qui invite les presidents sur son yacht, oui on est mal barré, parce qu'ils n'embauchent pas et n'innovent pas... et sans innovation : pas de progres (voir FT avant) et sans progrès : pas de profit parce que pas d'avantage concurrentiel.... sauf si on est france et qu'on a une entente...
a écrit le 17/07/2012 à 23:07 :
Pourquoi une hot-line implantée en France serait-elle de meilleure qualité ? On va avoir des bacs+12 au bout de la ligne ? ou vont-ils changer leurs questionnaires neuneu ?
Réponse de le 17/07/2012 à 23:29 :
C'est du racisme
Réponse de le 18/07/2012 à 0:18 :
Absolument rien à voir avec un quelconque racisme, c'est juste qu'avoir un interlocuteur qui vous comprend sans avoir à répéter 3 fois le même mot ça aide !!
Réponse de le 18/07/2012 à 9:43 :
Effectivement je confirme qu'il ne s'agit pas de racisme mais de pouvoir se comprendre et s'expliquer sans être obligé de répéter 100 fois la même chose à une personne qui parle tout juste notre langue et qui souvent ne sait même pas gérer le problème et offrir une solution. En attendant le compteur tourne et celui qui rigole c'est le FAI ! C'est juste inadmissible. Alors proposer du personnel français et compétent, ce n'est pas du racisme c'est juste le minimum que le consommateur est en droit de réclamer et de fait, ...sans augmentation de la prestation.
a écrit le 17/07/2012 à 22:37 :
c'est simple,hollande et sa clique font tout a l'envers.ils n'ont toujours pas compris comment fonctionne une économie de marché mondialisée.sidérant!!!
a écrit le 17/07/2012 à 22:31 :
Que voulez vous, les français ont voté pour un retour au Communisme
Un emploi pour tous sans se préoccuper de à réelle charge de travail. Des prix élevés que seul les élites et les membres du parti pourront s'offrir
Bienvenue dans le monde merveilleux du redressement productif .... À la soviétique !
a écrit le 17/07/2012 à 22:15 :
Amusant de voir un gouvernement de gauche voler à la rescousse des Bouygues Orange Sfr et consorts... J'aime pas les riches qu'il disait...
a écrit le 17/07/2012 à 22:09 :
La gauche est beaucoup plus sensible au lobbying industriel qu'à la défense des consommateurs. Alors pourquoi accusait-elle Sarkozy d'être à la solde des puissances industrielles?
a écrit le 17/07/2012 à 21:34 :
Est ce un requin Pellerin ou la Dati du Tonkin?
a écrit le 17/07/2012 à 21:32 :
Les Socialistes se refusent à admettre que le modèle social français est obsolète. Tout le reste n'est que littérature. Le désastre approchE à grands pas.
a écrit le 17/07/2012 à 21:14 :
C'est pas fini de cracher sur les actionnaires. Quand c'est l'Etat on sait ce que ça donne : le Crédit Lyonnais,les copains et les coquins, les Pelat, Traboulsi et consorts
a écrit le 17/07/2012 à 20:49 :
La gauche aime les cartels. Cela protège l'emploi et les investissements. Cela protège aussi les rentes de situation, et pénalise le service des clients et défavorise le progès technique. C'est certainement une politique d'avenir que de maintenir les avantages acquis et les rentes.
a écrit le 17/07/2012 à 20:00 :
Pourquoi l'article ne mentionne-t-il pas le montant des dividendes octroyées ces dernières années ? Cela remettrait en perspective les ratiocinations de Martin Bouygues. Un petit mot sur les prix des forfaits parmi les plus élevés d'Europe, aussi, sans parler de la condamnation pour entente sur les prix.
Ce secteur s'est beaucoup engraissé sur le dos des consommateurs, et Arnaud Montebourg, dans un flamboyant retournement de veste post-électoral, semble vouloir le nourrir encore.
a écrit le 17/07/2012 à 20:00 :
g
a écrit le 17/07/2012 à 19:49 :
Délocalisée ou pas, une hotline n'a jamais résolu mes problèmes. Ce qu'ils appellent "hotline" n'est en fait qu'un standard ou l'on répond patiemment à des questions stupides imposées par les scénarios afin de nous orienter, aux travers de ce dédale d'intervenants, vers le bon interlocuteur qui "ouvre un dossier" avec coché dedans les bonnes croix dans les bonnes cases.

De là à ce qu'un jour ce système de hotline soient remplacés par un ordinateur...

a écrit le 17/07/2012 à 19:46 :
Le cartel des opérateurs, excroissances étatiques prétendument privées, se réunit pour fixer arbitrairement les tarifs et les taxes sur le dos des consommateurs. Exemplaire situation d'oligopole conçu et maintenu par les politiques (gauche et droite confondues), les hauts fonctionnaires et un quarteron d'oligarques complices pour racketter sans pitié les Français.
a écrit le 17/07/2012 à 19:45 :
Fleur Pellerin a déclaré que « le gouvernement ne tolérera pas que ce secteur détruise ou délocalise des emplois. » Elle a aussi déploré que « l'arrivée sur le marché du quatrième opérateur de téléphonie mobile a été gérée par le précédent gouvernement sans aucune réflexion sur ses conséquences en matière d'emploi. »

C'est fort ça. Le fond du problème est le suremploi chez les trois opérateurs qui étaient implantés et qui s'étaient déjà entendu illégalement (en 2002 si je me souviens bien). Les prix n'ont cessé de croître malgré les économies d'échelle. Les boutiques qui emploient ne servent à rien d'autre qu'à acheter : vous avez un problème technique ? On vous redirigera vers le service client.

Avant d'accuser Free qui pratique des prix justes, il faudrait penser d'abord à critiquer les anciens opérateurs qui employaient trop de gens et facturaient des prix prohibitifs (tout illimité à presque 200? chez certains... C'est un comble quand on voit ce qu'arrive à faire Free aujourd'hui). Quant au prix de la licence cédée à Free, que SFR/Orange/BT jugent trop bas, il faut prendre conscience que le retard technologique d'implantation des antennes relais compensent bien cela.
Réponse de le 17/07/2012 à 20:25 :
Attention BT = British Telecom.
la société de "l'arnaqueur" du BTP n'est pas BT mais un autre sigle.

Sinon, l'excuse et le chantage de l'emploi marche....soit on paye, soit on paye. on a le choix.
Réponse de le 17/07/2012 à 23:01 :
A y réfléchir, du suremploi, il y en a dans tous les domaines d"activité et certainement dans le votre, Les salariés français coûtent trop chers, délocalisons , c'est ce que demande le consommateur ! Un économie fondée sur un cosommateur égoiste ne peut que se casser la gueule.
a écrit le 17/07/2012 à 19:43 :
ça me change pas les gros s'en foute plien les poches et les petits pye
Réponse de le 17/07/2012 à 21:16 :
Pour devenir gros, il faut réviser son orthographe et la conjugaison
a écrit le 17/07/2012 à 19:38 :
Cela rappelle un peu beaucoup la TVA des restaurants ..."donnez-nous et on va embaucher". On connaît le résultat. Ils se disent tous capitalistes, mais sans les aides diverses (le pognon du contribuable), ils sont tous bon à rien :-)
Réponse de le 17/07/2012 à 21:18 :
Et c'est pourquoi ma fréquentation de ces établissements a été depuis divisée par 2 et je projette un arrêt total pour protester contre la folie des impots
a écrit le 17/07/2012 à 19:36 :
Lorsqu'ils étaient dans l'opposition, ils trouvaient Free merveilleux mais maintenant qu'ils sont aux commandes, ils le dézinguent à tout va. Que dire également de la concurrence ? Les mêmes qui ont votés pour la mondialisation la joie au c?ur et la baïonnette au canon nous parlent maintenant de nous saigner plus pour maintenir les emplois en France. Le mot qui me vient aux lèvres les concernant ne peut trouver place dans ces écrits mais je pense que nous serons nombreux à l'avoir en mémoire lors des prochaines élections.
Réponse de le 17/07/2012 à 20:25 :
Bah c une fumisterie que même le gouvernement n'à pas calculé, à vouloir faire payer plus sauver l'emploi ils tuent l'emploi.....
Suppression de poste ??? Effet d'aubaine pour dégraisser, par contre ils on pas peur de dégraisser leurs comptes pour payer les actionnaires.
L'état veux faire payer plus les consommateurs pour sauver les emplois ? Mais qu'ils réfléchissent !!! Les français qui économisent maintenant sur leurs forfaits -> ils le dépensent ailleurs. Mieux ! Les télécoms s'est du service donc moins besoin d'emplois que d'autres filières pour dire que l'argent qui sera dépensé ailleurs produira plus d'emploi....

Ah merde non ... les impôts qui montent vont grignoter les économies...... :o
Réponse de le 18/07/2012 à 0:41 :
Pourquoi vouloir supprimer la loi Chatel qui protège le consommateur de contrats à longs termes...vaut mieux ne plus donner de téléphones à bas prix... et pouvoir se désengager quand on le veut!!!!...
Réponse de le 18/07/2012 à 6:09 :
Quelqu'un obligerait-il le consommateur à prendre des forfaits sur 2 ans?
Quand, pour posséder un smartphone à 6 ou 700 euro, on choisit de payer un forfait sur 24 mois qui permet de ne débourser qu' 1/6ème du prix dudit smartphone à l'achat, je ne vois pas bien pourquoi on ne tiendrait pas ses engagements en n'allant pas jusqu'au bout du contrat.
Finalement, à vouloir le beurre et l'argent du beurre, certains consommateurs agissent tout comme les grands groupes dont ils critiquent les agissements.
Réponse de le 18/07/2012 à 6:29 :
C'est une grosse partie du problème: on subventionne actuellement une soit disant économie du futur avec la 4G, pour des gens qui utilisent des smartphones et autres ipads sans aucune retenue parce qu'ils ne paient pas le coup réel de ces prestations, et on en fait compenser le coût par les autres consommateurs de service. Il n'y a aucune justification à celà. En le tolérant, car c'est là sa vraie mission, l'état permet le financement de ces développements au détriment des autres consommateurs pour le plus grand profit des opérateurs, les clients étant piégés dans un oligopole.
Réponse de le 18/07/2012 à 7:05 :
Je ne suis pas d'accord avec vous. Ce sont les smartphones et tablettes qui ne sont pas payés à leurs coûts réels car justement ils sont subventionnés par un engagement sur 12 et en particulier 24 mois lors de la prise d'un forfait multimédia. Et vu le prix des forfaits 'smartphones' chez les 3 grands (SFR, ORA, BOG) je n'ai pas vraiment l'impression que les terminaux soient payés par qui que ce soit d'autre que la personne ayant pris l'abonnement.
De plus avec les offres low cost Sosh, B&You ou Free Mobile non-seulement le prix des forfaits multimedia a fondu comme neige au soleil mais on n'est absolument plus obligé de s'engager, le terminal n'étant plus subventionné.
Cependant il faut faire un choix: on ne peut pas avoir ET un terminal subventionné, ET un forfait à bas coût.
Je ne vois pas donc pas pour quelle raison on n'irait pas au bout de son engagement de 24 mois quand on a choisi cette formule.


Réponse de le 20/07/2012 à 14:36 :
Pour un même forfait ... tout illimité en prenant un mobile dernière génération payé à crédit chez free et subventionné chez le cartel. Le cout de reviens téléphone + forfait sur 24 mois diffère de plus de 600 euros ...
Ce qui est demandé c'est de savoir ce que l'on paye. Car au final c'est du crédit déguisé avec des taux illégaux. Chez free vous n'avez pas d'engagement mais si vous avez prix un téléphone sur 24 mois, vous continuez à payer le téléphone mais plus l'abonnement. Chez nos compères, vous voulez tout payer ? Rien n'empêche les opérateurs aujourd'hui de faire comme free et de décorréler prix du mobile et forfait. Mais ça serait tuer la poule aux oeufs d'or.
On peut encore avoir envie d'aller chez les opérateurs historique et vouloir s'acheter un téléphone + forfait sans forcément passer par une banque pour prendre un crédit ... mais aujourd'hui dans ce cas en se fait enfumer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :