Twitter ouvre un bureau en France pour accélérer sa croissance

 |   |  626  mots
Copyright Reuters
Le site américain de microblogging a créé une SAS Twitter France au capital de 37.000 euros et domicilié à Paris. La firme mise sur cette société pour doper son développement dans l'Hexagone, au fort potentiel de croissance. Et surtout monétiser cette notoriété.

C'était au Web'12 la semaine dernière. Katie Santon, la responsable développement des marchés internationaux chez Twitter a insisté sur le fait que l?Hexagone constituait une cible prioritaire. "Le prochain marché sur lequel nous allons nous concentrer, c'est la France", a-t-elle lâché. La société américaine a tenu parole, puisque quelques jours après, elle annonçait la création d'une SAS Twitter France au capital de 37.000 euros, d?après Le Figaro. La société est domiciliée dans un quartier d'affaires du 2e arrondissement à Paris. La nouvelle structure constitue un premier pas avant la création d?un véritable bureau, au printemps, doté d?une équipe de cinq à dix personnes. D?après le quotidien, elle aura pour tâche de "commercialiser et monétiser le réseau d?informations, y compris sur le site Internet, le réseau mobile et sur toutes les autres plates-formes Twitter".

De fait, la France constitue un potentiel de croissance important pour Twitter. Depuis un an (et notamment à la faveur de la présidentielle), le nombre d?inscrits y a bondi de plus de 150%, a expliqué Katie Santon au Web?12. En outre, d'après une étude de l'Observatoire des réseaux sociaux Ifop, Twitter renforce à grands pas sa notoriété dans le pays. Ainsi, 89% des Français disent avoir déjà entendu de parler de Twitter en 2012 (contre 95% pour Facebook et 94% pour Youtube). Le site de microblogging enregistre surtout une augmentation de 4 points en un an, la plus forte de l?exercice vis-à-vis de ses principaux concurrents. Or, à côté de cette connaissance du réseau social, seuls 12% des Français affirment disposer d'un compte. Loin derrière Facebook, puisque plus de la moitié des Français (54%) affirment y être inscrits.

Des partenariats en ligne de mire

Comme Katie Stanton l?a expliqué au Web?12, la priorité de Twitter en France consiste d?abord à doper son nombre d?utilisateurs et sa notoriété. Parmi ses projets, Twitter compte notamment nouer des partenariats "autour de programmes télévisés ou de rencontres sportives" (en diffusant des tweets en temps réel, par exemple), a-t-elle annoncé. On peut aussi citer l?extension de son service permettant aux internautes de repérer de quoi les utilisateurs parlent à l?échelle locale. Des tests seront prochainement menés à Toulouse et Bordeaux.

Dans un second temps, Twitter devra s?attaquer à un autre grand chantier : monétiser enfin cette notoriété en France comme dans le monde. A l?échelle de la planète, selon une étude d?emarketer.com, les revenus de Twitter devraient s?établir à 288 millions de dollars en 2012, en progrès de 107% par rapport à l?an passé. Le site juge que le spécialiste du microblogging pourrait passer la barre des 807 millions en 2014. Toutefois, cette prévision demeure une tranche basse aux yeux de nombreux spécialistes, qui pointent le faible développement de la publicité sur le réseau social par rapport à ses concurrents Facebook ou Youtube. Twitter a bien lancé quelques initiatives en ce sens, comme l?arrivée de tweets sponsorisés l?été dernier, mais ce dispositif est encore très loin d?être utilisé à plein régime.

Optimisation fiscale

Reste qu?en attendant de trouver son modèle économique et dégager, peut-être, de gros bénéfices, Twitter a pris les devants sur le plan juridique. De fait, Twitter France est détenu par une filiale irlandaise enregistrée à Dublin: "Twitter international Company". A l?instar de Google ou Facebook, ce montage devrait permettre à Twitter d?optimiser sa fiscalité en France. Sachant qu?en Irlande, l?impôt sur les sociétés n?est que de 12,5% des profits, contre les 33,33% pratiqués dans l?Hexagone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2012 à 16:03 :
C'est pas beau ça!!! Twitter ouvre une filiale en France, un des marchés les plus dynamiques au monde. Non vous ne rêvez pas. Par contre, pour les impôts, direction l'Irlande.... Alors j'entends déjà les chagrins qui diront que l'IS en France est trop lourd et que c'est normal, et pas immoral du tout, de faire de l'optimisation fiscale. Mais que l'on ne se leurre pas, ce genre d'entreprises est en perpétuelle recherche de points de chutes fiscaux, et si aujourd'hui c'est l'Irlande, demain peut être le Luxembourg ou même d'autres destinations.
Les entreprises devraient payer leurs impôts à hauteur du CA réalisé dans les pays où elles font des affaires.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :