Quand les satellites permettent d'indemniser des agriculteurs contre la sécheresse

 |   |  277  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'ONG Oxfam America et la fondation Rockefeller ont annoncé que 12.000 agriculteurs éthiopiens allaient bénéficier d'une protection sécheresse. Et ce, grâce à des prévisions climatiques satellitaires.

Alors que l'an passé, la Corne de l'Afrique avait essuyé une des pires sécheresses de son histoire, l'ONG Oxfam America et la fondation Rockefeller ont annoncé à la mi-décembre que des agriculteurs éthiopiens allaient bénéficier d'une assurance sécheresse spécifique. Au total, 12.000 d'entre eux, répartis dans 45 villages, recevront une part des 322.000 dollars récoltés par le programme Horn of Africa Risk Transfer for Adaption Program (HARITA), pour les aider à compenser leurs pertes.

Difficille de recueillir des données sur le terrain

La particularité de ces versements? Ceux-ci ont été décidés d'après les données recueillies par des satellites sur le climat de la région. "Ces versements ont été rendus possibles grâce aux estimations des précipitations sur la base de données météorologiques recueillies par les satellites, explique Dans Osgood, économiste à l'International Research Institute, qui participe au programme. Auparavant, nous étions dans l'impasse, car il était souvent impossible d'obtenir des données précises sur l'impact des sécheresses auprès des agriculteurs." Sachant que ce recueil de données a été rendu possible grâce la participation des Etats-Unis, via la NASA, l'agence spatiale américaine, et de la NOAA, l'administration nationale océanique et atmosphérique.

Pour rappel, la Corne de l'Afrique avait essuyé l'an dernier sa pire sécheresse depuis 60 ans. En Ethiopie, les autorités en avaient alors appelé à l'aide internationale, estimant que 4,5 millions de personnes (environ 5% de sa population) auraient besoin de nourriture pour la période allant de juillet à septembre. Le Programme alimentaire mondial avait lui estimé que 10 millions de personnes étaient alors concernées par la malnutrition.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2012 à 15:05 :
lol moins de 30 dollars par tete de pipe, au lieu de dépenser des milliards pour évaluer la sécheresse on aurait pu les leur donner immédiatement et dynamiser leur pays pour qu'ils nous achetent des produits en commercants avec nous plutot que de nous exporter des travailleurs
a écrit le 24/12/2012 à 18:52 :
Nos amis réunionnais ont une grande affectivité en vers l'île d'en face, Madagascar, qu'ils aident du mieux qu'ils peuvent. Pourquoi les pays d'en face la corne d'Afrique ne feraient-ils pas de même, sans rien demander en retour?
a écrit le 24/12/2012 à 13:52 :
A quand une indemnité contre la sécheresse de mon portefeuille.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :