Les applications pour smartphone sont aussi des mouchards pour la NSA

 |   |  399  mots
Un rapport cité par le quotidien note ainsi que toute mise à jour du système d'exploitation Androïd envoie sur le réseau 500 lignes de données sur l'historique du smartphone et son utilisation, des données captées par les agences de renseignement
Un rapport cité par le quotidien note ainsi que toute mise à jour du système d'exploitation Androïd envoie sur le réseau 500 lignes de données sur l'historique du smartphone et son utilisation, des données captées par les agences de renseignement (Crédits : reuters.com)
La NSA, l'agence américaine de renseignement chargée des interceptions de communications, et son homologue britannique du GCHQ collectent quantité des données sur les utilisateurs d'applications sur smartphone, que ce soit FaceBook ou Google Maps, a révélé lundi le New York Times.

Facebook, GoogleMaps... La NSA se cache aussi derrière les applis de votre smartphone. Après les révélations sur la collecte des métadonnées téléphoniques, sur la récupération des SMS ou encore la surveillance des plateformes de jeux en ligne, de nouveaux documents fournis par l'ancien consultant Edward Snowden dévoilent encore un peu plus la portée des activités de surveillance de l'agence américaine de renseignement chargée des interceptions de communications, et son homologue britannique, les Government Communications Headquarters (GCHQ), rapporte le New York Times

Une appli ouverte, des données collectées

Selon le journal, qui s'appuie sur ces documents, à chaque fois que quelqu'un utilise une application sur son smartphone, un programme fait apparaître quantité de données sur la localisation de l'utilisateur ou encore la liste de ses contacts, des données que la NSA et le GCHQ britannique récupèrent dans le cadre de leurs vastes programmes de collecte.

Un rapport cité par le quotidien note ainsi que toute mise à jour du système d'exploitation Androïd envoie sur le réseau 500 lignes de données sur l'historique du smartphone et son utilisation, des données captées par les agences de renseignement.

L'agence ne s'intéresserait pas aux personnes ordinaires

Sollicité par l'AFP, la NSA s'est retranchée sur sa ligne de défense désormais habituelle en affirmant que "les communications des personnes qui ne sont pas des cibles étrangères valides n'intéressent pas la NSA". L'agence "ne dresse pas le profil des Américains ordinaires. Nous collectons seulement les communications qui sont autorisées par la loi pour des raisons de surveillance et de contre-espionnage de cibles étrangères, quels que soient les moyens techniques utilisés par les cibles", a affirmé à l'AFP une porte-parole de la NSA, Vanne Vines.

Pour l'heure, face au scandale sur l'ampleur de la surveillance de la NSA, le président Barack Obama a annoncé un encadrement plus strict de ses activités de collecte des métadonnées téléphoniques (les informations concernant la durée des appels et les numéros appelés sur un téléphone). Rien n'a cependant été dit sur la surveillance des programmes informatiques susceptibles de laisser un accès aux données personnelles.

>> Snowden: la NSA prévoyait une telle affaire...il y a 23 ans

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/02/2014 à 15:05 :
Demandez à Facebook et Apple ce qu'ils en pensent...Ils sont au courant...je crois !!!
a écrit le 28/01/2014 à 13:05 :
Un seul point central de collecte de données illimitées,

le Cloud ou tout est bien rangé, rassemblé, avec des portes d'entrées dans le nuage, ouverture pour tous 7jours/7jours 24heures/24 365jours/365 + 1 jours les années bissextiles ;

formable cloud, cloudivore
a écrit le 28/01/2014 à 9:38 :
Si vous n'avez rien à vous reprocher, vous n'avez rien à cacher! Si vous n'avez rien à vous reprocher, vous n'avez rien à cacher! Si vous n'avez rien à vous reprocher, vous n'avez rien à cacher! Si vous n'avez rien à vous reprocher, vous n'avez rien à cacher! C'est clair, non?
Réponse de le 28/01/2014 à 11:25 :
Ouais, sérieux ????
Réponse de le 28/01/2014 à 12:52 :
je n'ai rien à me reprocher, mais je reproche que l'on me flic alors que je n'ai rien à me reprocher justement ! et pourquoi devrait-on reprocher à ceux qui n'ont rien à cacher de vouloir se cacher ?
Réponse de le 04/02/2014 à 10:00 :
@grand frère.....

d'une part je pense que l'on a tous un jour ou l'autre quelque chose à se reprocher... mais bien plus que ça....si ces données n'étaient exploitées que pour de la publicité, ce serait à la limite, secondaire......

mais ces données, outre qu'elles peuvent être exploitée sur un plan politique, ce qui devient gênant..... , sont aussi génératrice de création de banques de données plus que personnelles.... qui ne regardent que nous et pas notre voisin.... hors aujourd'hui, ces banques de données sont sources de profits pour certains, qui n'hésitent pas à les revendre à n'importe qui, du moment que ça paye.....

et le stockage qui se généralise, chez votre banquier, chez google, chez face book.... le fameux cloud........ soit disant sécurisé, sauf pour ceux qui le gèrent...... on nous vend du "facile"....... et on refuse de voir qu'en fait, un certain nombre de très grands opérateurs ont accès à toutes os données...... sans que l'on n'y puisse rien......
Réponse de le 04/02/2014 à 10:06 :
@lulu:

ce n'est pas une question de savoir si on a ou pas quelque chose à se reprocher..... cette notion la, en plus, est toute relative.....

le vrai problème, c'est ce que lm'on pense, fait, vit....... qui est dévoilé à tout un chacun...... demain, un parti politique ou une police politique vous qualifiera de bon ou mauvais citoyen, selon les sites que vous fréquentez, les journaux que vous lisez, les avis que vous "postez..... " vos réponses aux enquêtes d'opinion, les spectacles que vous allez voir et ce que vous mangez tous les jours en ayant payé vos courses en NFC... tout étant enregistré grâce aux transmission sur votre portable.......

bref..... plus un pas, un mot, une pensées n'échappera à la "surveillance".....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :