Pourquoi Alcatel-Lucent s’installe au cœur de la Silicon Valley

 |   |  647  mots
Cap sur la côte ouest pour l'équipementier télécoms à la recherche de nouveaux clients, notamment les géants du Web
Cap sur la côte ouest pour l'équipementier télécoms à la recherche de nouveaux clients, notamment les géants du Web (Crédits : DR)
L’équipementier télécoms ouvre une antenne de ses Bell Labs à Mountain View. Un labo de recherche consacré aux services de « cloud » et aux réseaux de demain, à proximité des nouveaux clients que sont les géants du Web.

A quelques kilomètres du Googleplex, l'immense siège du géant de l'Internet, Alcatel-Lucent vient d'inaugurer à Mountain View une antenne de ses Bell Labs, un mini-centre de recherche qui se consacrera à l'évolution des réseaux à l'heure du « cloud. » Modeste, le bureau accueillera dix chercheurs à terme, dont une partie issue des autres centres de R&D de l'équipementier et de jeunes ingénieurs recrutés sur place, par exemple à l'Université de Stanford, toute proche.

Une implantation somme toute tardive sur la côte ouest, qui s'est imposée depuis vingt ans comme le centre de gravité de l'innovation mondiale, même si Alcatel-Lucent emploie en fait déjà près de 500 personnes à Mountain View où se situe le siège de son activité en plein essor de routeurs, développée depuis l'acquisition d'une startup de la Valley, Timetra. C'est la troisième antenne des Bell Labs ouverte après Tel Aviv, sur la virtualisation, en mai et Cambridge, sur la vidéo, en juillet, en plus des cinq centres existants, dont le berceau historique de Murray Hill dans le New Jersey.

 « Nous manquions depuis longtemps d'une présence sur place dans ce pôle majeur de l'innovation qu'est la Silicon Valley, il fallait que nos Bell Labs y soient connectés » reconnaît Marcus Weldon, le directeur technique d'Alcatel-Lucent et patron des Bell Labs depuis décembre dernier. « Il est indispensable d'être implanté là où se trouvent les talents hautement qualifiés, car ils ne veulent pas tous aller vivre dans le New Jersey, mais aussi de s'inscrire plus largement dans cet écosystème. »

Les géants du Web, nouveaux clients d'Alcatel

 Hautement symbolique, cette ouverture constitue aussi un pas de plus en direction des géants du Web, les nouveaux clients d'Alcatel-Lucent, qui ne veulent cependant pas communiquer sur le sujet. Facebook serait par exemple un des dix premiers contrats signés par Nuage Networks, la prometteuse startup interne de l'équipementier également installée à Mountain View, qui propose aux fournisseurs de services cloud et aux acteurs du Web d'automatiser et de « virtualiser » les communications dans le data center et d'interconnecter les centres de données entre eux (« réseaux définis par logiciel » ou SDN dans le jargon du secteur).

 « Il est important d'être présent ici, en Californie, au cœur de l'innovation. Après 18 mois d'une restructuration qui est quasi achevée, Alcatel-Lucent doit passer au deuxième chapitre du plan Shift, relancer l'innovation et retrouver la croissance en allant chercher de nouvelles catégories de clients, au-delà des opérateurs télécoms, par exemple les câblo, les grandes entreprises technologiques, les utilities, etc » souligne Michel Combes, le directeur général d'Alcatel-Lucent, qui a fait le déplacement à Mountain View.

Nuage a aussi séduit SFR et sa filiale de cloud « souverain » Numergy, ainsi que l'opérateur de data centers lillois OVH. L'antenne des Bell Labs de Mountain View sera spécialisée dans ces nouvelles technologies SDN pour inventer les réseaux de demain : l'équipe dirigée par un docteur en informatique, Sanjay Kamat, qui vient d'arriver de Murray Hill, devra en quelque sorte « résoudre un problème mathématique, comment optimiser par un algorithme l'utilisation des machines virtualisées dans un data center, et chiffrer son impact financier » explique Marcus Weldon. Elle travaillera aussi sur les questions de refroidissement et de consommation d'énergie des data centers.

« Nous avons connu une vraie success story ici avec le rachat de Timetra, une startup que l'on a laissé grandir en toute autonomie et qui, en pariant sur l'IP, nous a propulsé au deuxième rang mondial dans les routeurs, derrière Cisco. Ce que nous avons réussi en Californie est une bonne illustration de ce qu'Alcatel-Lucent peut faire en matière d'innovation, c'est-à-dire forger l'avenir du secteur » estime Michel Combes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2014 à 21:33 :
Pourquoi Alcatel-Lucent s’installe au cœur de la Silicon Valley ? Car en 2000 un certain patron d’Alcatel a inventé l’entreprise NO USINE… Il est bien évidant que ce n’était pas un patron, mais un intello qui n’avait pas beaucoup de connaissance du travail réalisé dans l’industrie, comme la plus grande partie des membres du gouvernement qui n’ont jamais travaillé dans une industrie. La seule source du développement opérationnelle est issue de la production, sinon c’est digne du concours Lépine. Et comme la production a été détruite en France, par nos intello de prof et fonctionnaires qui nous gouvernent, il faut bien aller la chercher là où elle est, dans la Silicon Valley.
a écrit le 10/09/2014 à 21:11 :
J'me fait virer d'alcatel pour qu'ils puissent allez faire les clown avec 10 ingénieurs surpayer à faire du slideware chez les marioles.... C'est pas beau l’innovation ?
a écrit le 09/09/2014 à 12:18 :
Comme depuis 20 ans, ils investissent massivement à l'étranger. Pour dire à quel point ils croient en l'excellence française...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :