Bourse : avec le Star Market, la Chine veut concurrencer le Nasdaq

 |   |  622  mots
Le Star Market de la bourse de Shanghai a pour objectif de concurrencer le Nasdaq de Wall Street.
Le Star Market de la bourse de Shanghai a pour objectif de concurrencer le Nasdaq de Wall Street. (Crédits : China Stringer Network)
La Bourse de Shanghai a créé un nouveau marché, le Star Market, destiné aux valeurs du secteur technologique. L'objectif : retenir en Chine les entreprises de la tech, et mieux leur faire profiter des investisseurs locaux.

[Article mis à jour à 18h05]

La Chine dispose désormais d'un équivalent au marché électronique new-yorkais Nasdaq. Les premières cotations ont débuté ce lundi sur ce nouveau marché de la Bourse de Shanghai dédié aux valeurs du secteur technologique, baptisé "Star Market". Il s'agit de l'une des réformes les plus importantes du marché chinois, à l'heure où le géant asiatique s'efforce de rééquilibrer son modèle économique vers les nouvelles technologies et les produits à haute valeur ajoutée. Le tout, sur fond de guerre commerciale avec les Etats-Unis.

Ouvrir les entreprises tech chinoises

Le Star Market dispose de règles d'introduction en Bourse considérablement assouplies pour aider les entreprises prometteuses à lever plus facilement des capitaux afin de financer leur développement. L'objectif affiché consiste à retenir en Chine continentale les pépites nationales de la tech, à l'heure où le géant asiatique rivalise avec les États-Unis pour dominer le crucial secteur technologique.

 "Si la Chine n'avait pas lancé une nouvelle plateforme boursière dédiée aux valeurs technologiques, elle aurait raté une opportunité de basculer son développement économique vers celui de la nouvelle économie", estime auprès de l'AFP Yang Delong, économiste en chef chez First Seafront Fund Management, basé à Shenzhen.

Les Gafa (Google, Apple, Amazon, Facebook) américains sont tous cotés sur le territoire américain, au Nasdaq ou au New York Stock Exchange. C'est également le cas des deux Batx Alibaba et Baidu, côtés à New York et non en Chine. Les deux autres mastodontes Tencent et Xiaomi ont quant à eux choisi la Bourse de Hong Kong. Or, lorsque de grandes entreprises chinoises sont cotées à l'étranger, Pékin a moins d'influence sur leurs levées de fonds. Les restrictions de la Chine sur l'achat d'actions étrangères empêche par ailleurs les investisseurs chinois de participer au succès de ces sociétés.

Lire aussi : Faire de Paris le Nasdaq européen : le rapport Tibi prône des fonds tech de 20 milliards d'euros

Seulement 25 entreprises

Jusqu'alors, c'est surtout Shenzhen - deuxième place boursière de Chine continentale après Shanghai et ville construite autour des géants de la tech tels que Foxconn et Huawei - qui se distinguait par la coloration technologique de sa cote.

Le Star Market a connu une première séance totalement folle. Dès l'ouverture du marché, le fabricant de batteries solaires Anji Technology a gagné 520% dans la matinée avant de clôturer sur un bond de 400%. Seize des 25 valeurs cotées ont plus que doublé leur prix d'introduction.

"Mais ce phénomène d'une seule journée pourrait bien ne pas durer", prévient Shen Zhengyang, analyste de Northeast Securities, à l'AFP.

Plus de 3.000 sociétés sont actuellement cotées au Nasdaq à Wall Street, quand son équivalent chinois à Shanghai ne compte aucun nom connu parmi les 25 valeurs cotées.  L'objectif est d'attirer des "licornes" telles que Ant Financial (Alipay, de la galaxie Alibaba) ou le géant VTC Didi Chuxing. La Bourse de Shanghai a indiqué qu'un indice ayant le Star pour référent serait lancé au 11ème jour de cotation à la suite de l'entrée en scène de la 30ème société cotée.

"Je pense que les valeurs scientifiques et technologiques auront une importance majeure sur le marché des capitaux chinois, mais cela prendra du temps. Peut-être 10 ou 20 ans, voire plus", estime Jiang Liangqing, gestionnaire de fonds chez Ruisen Capital Management, interrogé par l'AFP.

Lors des cinq premiers jours de cotation, aucune limite de fluctuation journalière n'est imposée (elle est de 10% pour les Bourses de Shanghai et de Shenzhen). Après cette courte période, la limite sera toutefois fixée à 20%.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2019 à 18:34 :
un casino de plus ouvert par le parti communiste chinois pour qu'il puisse faire main basse gratuitement sur ces boites si elles marchent
l'article dit tout!
he oui si c'est pas cote en local, comment voulez vous que les communistes se servent a gogo hein?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :