Nokia décroche, les téléphones basiques manquent à l'appel

 |   |  741  mots
Les ventes de téléphones d'entrée de gamme de Nokia ont chuté plus que prévu. Copyright Reuters
Les ventes de téléphones d'entrée de gamme de Nokia ont chuté plus que prévu. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Si les ventes de ses smartphones Lumia sont prometteuses, celles des modèles classiques, qui résistaient bien, ont chuté lourdement au premier trimestre. L'action Nokia a dévissé de 7%, les investisseurs retenant plutôt les mauvaises nouvelles.

C'est l'histoire du verre à moitié vide ou à moitié plein. Nokia a réalisé des ventes décevantes au premier trimestre, mais celles de ses smartphones Lumia, au c?ur de sa stratégie de come-back, sont encourageantes. L'un dans l'autre, ce sont plutôt les mauvaises nouvelles qu'ont retenu les investisseurs de la publication des résultats du premier trimestre du fabricant finlandais de téléphones portables ce jeudi : l'action Nokia a dévissé de plus de 12% à la Bourse de Helsinki (-8% à la clôture).

Le leader déchu du secteur est de surcroît retombé dans le rouge, avec une perte nette de 272 millions d'euros, après avoir dégagé son premier profit depuis sept trimestres à la fin de 2012 (voir le détail des résultats en anglais). Sa valeur en Bourse s'élève à 9 milliards d'euros, soit un peu moins qu'Iliad, la maison-mère de Free à titre de comparaison... 

Le PDG n'a plus qu'un ou deux trimestres pour convaincre
« Il y a des domaines où nous progressons et d'autres où nous devons encore concentrer notre attention » a reconnu lui-même le PDG, Stephen Elop, qui s'était donné deux ans pour assurer la transition. Or cet ex-Microsoft est arrivé aux commandes en septembre 2010 et le choix de tout miser sur Windows Phone, le système d'exploitation du géant américain des logiciels, remonte à février 2011, les premiers appareils étant arrivés sur le marché à l'automne 2011. Il ne lui reste plus qu'un ou deux trimestres pour montrer qu'il a eu raison de préférer Windows à Android. Or les ventes des smartphones Lumia sont plutôt bonnes, 5,6 millions d'exemplaires vendus, en hausse de 27% par rapport au quatrième trimestre (4,4 millions), et Nokia s'attend à une croissance supérieure au deuxième trimestre par rapport au premier.

« La performance des Lumia est prometteuse puisqu'il s'agit du trimestre le plus faible de l'année. Si la croissance continue à ce rythme Nokia est sur les bons rails », estime Francisco Jeronimo du cabinet IDC. Certes on est encore à des années lumière des volumes des géants Samsung et Apple, qui ont respectivement écoulé 62 millions de smartphones et 47,8 millions d'iPhone. Mais la montée en puissance est réelle et le prix de vente moyen des smartphones Nokia remonte nettement à 191 euros (+34%). Le PDG a confirmé la sortie de nouveaux modèles Lumia avant la fin de l'année mais n'a pas commenté les informations du "Financial Times" sur un projet de « phablette », ces appareils à grand écran à mi-chemin du smartphone et de la tablette comme la Galaxy Note de Samsung.

Ventes au plus bas depuis 13 ans !
Cependant, le problème est ailleurs : « Nokia souffre désormais officiellement dans les téléphones classiques aussi. Car 55,8 millions d'exemplaires vendus, c'est beaucoup moins que prévu » constate l'expert d'IDC. En effet, le nombre de téléphones d'entrée de gamme (appelés « feature phones » dans le jargon) vendus a chuté de 30% en volume, un recul « plus fort que la saisonnabilité habituelle » reconnaît Nokia, dû à la dynamique concurrentielle. Cette chute très forte des ventes de modèles basiques, en particulier en Chine, explique la baisse plus prononcée qu'attendu du chiffre d'affaires (-20%), qui est tombé à son plus bas niveau depuis 13 ans, au troisième trimestre 1999 quand Nokia était plus diversifié.

Une baisse des marges au deuxième trimestre

Les pays émergents, comme la Chine, connaissent une transition accélérée vers les smartphones, favorisée par la sortie de modèles très accessibles sous Android notamment, et le ralentissement de la croissance chinoise a probablement tiré les prix à la baisse (repli de 15% du prix de vente moyen des portables basiques à 28 euros). Longtemps négligés comme un business rentable mais loin du c?ur de la bataille du secteur, les smartphones à forte valeur ajoutée, où dominent Samsung et Apple, les téléphones classiques redeviennent le sujet de toutes les attentions car un effondrement trop rapide peut menacer le repositionnement de Nokia.

Le groupe a d'ailleurs prévenu d'une baisse de ses marges au deuxième trimestre, malgré la poursuite du plan drastique de coupe des coûts. Ces efforts sur les dépenses, le redressement continu de la filiale d'équipements de réseau Nokia Siemens Networks, ainsi que la suppression du dividende, pour la première fois depuis 143 ans, vont lui permettre de maîtriser sa trésorerie en attendant de voir, vraiment le bout du tunnel...
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/04/2013 à 14:24 :
Que Nokia ne s'arrête surtout pas de fabriquer des téléphones basiques. Quand on se sera enfin rendu compte que les smartphones sont une bénédiction pour les pirates (mafia, services secrets, malfaisants de tout poil, ...), ce sera un formidable atout pour cette marque !
a écrit le 18/04/2013 à 18:27 :
Et pourtant, les téléphones dit 'basics" sont souvent très suffisant pour la plupart des personnes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :