Au Japon, des robots pour combler l'instinct maternel

Le robot Kirobo Mini présenté lundi par Toyota a des problèmes de stabilité propres au bébé. Un "défaut" visant la création de liens émotionnels avec son propriétaire dans un pays qui connaît une forte dénatalité.
Censé pouvoir converser, Kirobo Mini réagit à la voix de son interlocuteur. Relié à la voiture, il peut aussi s'avérer un copilote avisé, conseillant par exemple de prendre une pause après un long trajet.
Censé pouvoir converser, Kirobo Mini réagit à la voix de son interlocuteur. Relié à la voiture, il peut aussi s'avérer un copilote avisé, conseillant par exemple de prendre une pause après un long trajet. (Crédits : .REUTERS/Kim Kyung-Hoon.)

Les Japonais ne font plus d'enfants, cela veut-il dire pour autant qu'ils n'ont plus envie de s'occuper d'un bébé ? Alors que le Japon connaît une grave crise démographique, certaines entreprises espèrent tirer profit du phénomène en titillant l'instinct maternel/paternel de potentiels mère/père sans enfant. Le géant automobile japonais Toyota a ainsi annoncé lundi la commercialisation en 2017 au Japon de Kirobo Mini, la version miniature du robot astronaute éponyme conçu par un consortium mené par le roboticien Tomotaka

Adoptant un look rappelant celui d'Astro Boy -le cyborg créé par le génial Osamu Tezuka-, tient dans la main de son propriétaire. Avec ses mensurations -10 centimètres assis, 183 grammes-, son attitude "kawaii" (mignon) quand il cligne des yeux et dodeline de la tête, tout est fait pour inspirer la confiance de l'utilisateur qui pourra se l'offrir pour le prix de 39.800 yens hors taxes (350 euros au cours actuel).


Astro Boy, le cyborg créé par Osamu Tezuka. Crédits : Osamu Tezuka/Kōbunsha, Kōdansha/Glénat.

Attache émotionnelle

"Kirobo Mini ne sait pas faire grand-chose mais il deviendra plus intelligent à vos côtés", explique Fuminari Kataoka, en charge du projet. Et d'ajouter :

"Il dodeline un peu, c'est censé imiter un bébé assis, qui n'est pas encore capable de s'équilibrer. Cette vulnérabilité est pensée pour susciter une connexion émotionnelle."

De là à remplacer émotionnellement un enfant que certains n'auront jamais ? Pourquoi pas : les Japonais ne trouvent en effet pas incongru de parler directement à un robot et s'y attachent facilement. "Nous répondons aux problèmes croissants d'une société dans laquelle les gens n'ont plus personne à qui parler", souligne Moritaka Yoshida, un responsable du constructeur qui espère utiliser les retours d'expérience au profit des automobilistes.

De longue date, le pays est confronté à un effondrement de la natalité et au vieillissement de sa population. Dans son budget 2016/2017, le gouvernement a d'ailleurs accru les dépenses pour inciter les couples à procréer et les femmes à travailler, espérant "combattre la dénatalité".

     | Lire Le Japon compte moins de femmes parlementaires que les Emirats arabes unis

Vague de robots dans le commerce grand public

Nourrissant de grandes ambitions dans la robotique dans l'optique notamment du développement de la conduite autonome, Toyota a déjà conçu plusieurs automates, non seulement des modèles industriels mais aussi des humanoïdes (violoniste, trompettiste, danseurs...). C'est la première fois cependant qu'il commercialise un robot. Dans l'inconnu, le groupe a refusé de donner des objectifs chiffrés de ventes pour ce compagnon de poche.

     | Lire aussi Chirurgie : un mini-robot capable de déboucher les artères

Le géant japonais n'est pas le seul sur ce créneau. Outre l'incontournable et volubile Pepper (semi-androïde initialement conçu par la société française Aldebaran avant qu'elle ne soit rachetée par le groupe japonais SoftBank), il y a Ohanas, robot parleur lancé mi-2015 par NTT Docomo, ou encore RoboHon, robot-téléphone développé par Sharp. Sony revient aussi dans la course dix ans après l'abandon du chien-robot Aibo.

(L. P. avec Reuters et AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 03/10/2016 à 17:57
Signaler
bah, au lieu de faire évoluer leur société, ils fabriquent des ersatz....

à écrit le 03/10/2016 à 16:04
Signaler
Est-ce le robot qui devient humain ou bien est-ce l'humain qui devient robot ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.