BlackBerry : le Priv, smartphone de la dernière chance

 |   |  672  mots
Doté d'un écran incurvé de 5,4 pouces, le Priv mise avant tout la sécurité pour se vendre.
Doté d'un écran incurvé de 5,4 pouces, le Priv mise avant tout la sécurité pour se vendre. (Crédits : BlackBerry)
Le dernier smartphone de l'entreprise canadienne est disponible en France depuis le 17 décembre. Haut de gamme (il est commercialisé 800 euros), il utilise le système d'exploitation mobile Android. Malgré ses nombreux atouts, ce téléphone à clavier physique arrive vraisemblablement trop tard pour sauver l'activité mobile de BlackBerry.

| Mise à jour du 17 décembre : cet article a été mis à jour à l'occasion de la sortie du BlackBerry Priv en France. Il a été initialement publié le 6 novembre, lors de la sortie aux États-Unis et au Canada.

Face au faible succès de ses derniers modèles de smartphone, BlackBerry s'est finalement tourné vers Android, le système d'exploitation mobile de Google. Le groupe, en difficulté financière depuis quelques années, mise beaucoup sur son dernier né, le Priv, disponible depuis ce jeudi 17 décembre en France, après avoir fait son entrée debut novembre sur le marché nord-américain (États-Unis et Canada).

Un smartphone premium, voire trop

Doté d'un écran incurvé de 5,4 pouces (l'iPhone 6 fait 4,7 pouces et le 6 Plus 5,5 pour comparaison), le Priv mise avant tout la sécurité pour se vendre. BlackBerry -fournisseur du gouvernement américain - met en effet depuis longtemps en avant l'efficacité de ses logiciels pour protéger les données privées des utilisateursAutre atout : le clavier physique, identité même de BlackBerry. Ce smartphone premium -commercialisé autour de 700 dollars aux États-Unis et 800 euros en France- est quasiment seul dans sa catégorie, les autres smartphones disposant d'un clavier physique étant également fabriqué par le groupe canadien

     | Lire Pour BlackBerry, l'avenir est dans le clavier... et la monétisation de BBM

Présenté par le site spécialisé Engadget comme "mixant le meilleur de BlackBerry et d'Android", le Priv a de quoi plaire même si l'auteur de l'article, Daniel Cooper, "n'imagine pas quelqu'un habitué aux claviers tactiles lâcher sept cent billets pour revenir à l'état précédent". Si Dieter Bohn de The Verge met en avant les atouts du téléphone, dont des caractéristiques techniques similaires aux iPhone 6S et 6S Plus au prix bien supérieur, il affiche également son scepticisme quant au prix élevé.

La multiplication des smartphones entrée de gamme développés par les marques chinois a en effet largement contribué à faire reculer le prix moyen des smartphones. Même Samsung, qui a pourtant assuré sa croissance il y a quelques années grâce à ses mobiles haut de gamme, compte désormais sur ses modèles entrée de gamme pour assurer sa croissance.

     | Lire aussi  Huawei, Xiaomi, Lenovo : les téléphones chinois veulent s'exporter

Un objectif de rentabilité difficilement atteignable

Ce prix élevé risque d'être un obstacle important dans la stratégie de BlackBerry. Pourtant, le Priv pourrait bien être la dernière chance du Canadien avant un arrêt définitif de son activité de construction de téléphone mobile.

Dans une interview accordée le 8 octobre au site spécialisé Re/Code, le PDG de BlackBerry, John Chen, a  expliqué envisager quitter ce marché d'ici à un an s'il n'est pas profitable. Pour ce faire, il faudrait que le groupe vende 5 millions de smartphones par an, a-t-il confié à The Verge. Un objectif qui semble difficilement atteignable alors que BlackBerry a reconnu n'avoir vendu que 800.000 smartphones entre juin et août 2015, soit, environ 3,2 millions sur un an.

"Le Priv ne va pas changer grand chose pour BlackBerry. Si leurs ventes continuent à décliner à cette vitesse, leur production de mobiles est certainement proche de la fin", a commenté pour le Financial Times Francisco Jeronimo, directeur de recherche au cabinet IDC, estimant que l'appareil "arrive trop trad pour changer le sort" de cette branche.

Les derniers résultats en date de BlakcBerry laissent d'ailleurs peu d'espoir. Au deuxième trimestre de son exercice décalé (juin-août), le groupe a enregistré une perte ajustée (non GAAP) de 66 millions de dollars alors que son chiffre d'affaires est en baisse de 53,4% sur un an, à 490 millions de dollars contre 916 millions en 2014. Sa marche brute a également été réduite, à 37,8% contre 46,4% un an auparavant. Lors de la présentation de ces résultats, fin septembre, le Canadien a toutefois mis en avant une croissance de 19% (en comparaison annuelle) de ses revenus de services et logiciels. Il regarde déjà sa porte de sortie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2015 à 16:58 :
Dommage, la fiabilité "mécanique" des smarphones, exceptionnelle chez Blackberry n'est jamais prise en compte comme facteur d'achat.
Alors pleurez vos données perdues.
Mon 1er smarphone 2003 blackberry (le mot pas encore inventé) tourne encore comme une horloge.
Ils devraient mettre un coup de pied dans la fourmillère en fabriquant des smarphones de type "rugged" spécification armée étanches à 100m antichocs avec talkie walkie uhf et vhf intégré un quadcores 1200 mhz 64 bits pour la conso suffirait.
Et on imagine la pub le blackberry écrasé par un Hummer face à ses concurrents, lol!
a écrit le 08/11/2015 à 20:33 :
Ce qui est drôle, c'est qu'à peu près tous les smartphones BlackBerry depuis le Z10 (et depuis presque 3 ans, il y en a eu quelques uns) ont été présenté comme le smartphone de la dernière chance, qui signerait l'arrêt de mort de BlackBerry s'il faisait un flop.

Bon vous me direz, à force d'annoncer ça à chaque sortie de smartphone, vous allez forcément finir par avoir raison un jour ou l'autre...
a écrit le 08/11/2015 à 8:34 :
Mr Perelstein,

Quelle mouche vous a piqué ! (le frelon Apple ?)
Comment pouvez-vous être aussi vindicatif ! Savez-vous que des emplois sont en jeu ?
Comment réagiriez-vous si on vous lisiez dans 6 mois : " arrive vraisemblablement trop tard pour sauver l'activité" à votre sujet !
J'espère que cela ne vous arrivera pas !
a écrit le 07/11/2015 à 11:49 :
Rarement lu un article aussi partial et inexact sur un segment aussi concurrentiel.
Histoire de recadrer un peu (et non je ne suis pas possesseur de cet appareil ou d'un Blackberry): les deux premiers cycles de production étaient déjà épuisés hier. Les ventes sont donc excellentes, le titre a d'ailleurs pris 5.5% hier). Je serais curieux de connaître vos sources concernant la situation financière de Blackberry. Nous ne devons pas avoir les mêmes. Quant aux caractéristiques, quiconque fait un tour pour comparer se fera une idée par lui-même et pourra comparer terme à terme, batterie, charge, fonctions etc. Un post pas mal fait sur une comparaison des prix chez market-ticker post 230826 (les liens en anglais en passant pas sur la T).
a écrit le 06/11/2015 à 17:24 :
Il faut vraiment être à la solde d'Apple pour écrire cet article.
Toute la presse américaine salue les qualités exceptionnelles de ce Smartphone dans une quasi unanimité. 5 millions de smartphones certes, mais sous Android, soit 1 milliard 400 millions d'utilisateurs actuellement. Le segment "consommateurs premium" sur cet OS est a lui seul bien plus important que le nombre d'utilisateurs sous BlackBerry OS.
L'objectif représente donc une goutte d'eau de personnes à convaincre.
Vu les retours de la presse américaine, le pari est gagné.
Et vous finirez par être obligés de reconnaître que finalement, il n'était pas trop tard loin de là.
a écrit le 06/11/2015 à 17:09 :
Le système SQUARE DE Vivaction Pme française sécurisé tout les mobiles en voix et data et permet d utiliser n importe quel smart phone sur Android !les entreprises ont tout intérêt à choisir ce service plutôt que de changer toute leur flotte de mobile et continue de ses faire piller les infos par la NSA et les sbires du gouvernement américain !👹🎯

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :