Intelligence artificielle : la France dévoile sa stratégie

Le gouvernement compte faire émerger une communauté française autour de l'IA, où collaborent chercheurs, startups et grands groupes.
Même si de très grands pays ont déjà commencé à faire des efforts considérables, on n'est pas trop en retard, a souligné Thierry Mandon, secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.
"Même si de très grands pays ont déjà commencé à faire des efforts considérables, on n'est pas trop en retard", a souligné Thierry Mandon, secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. (Crédits : Reuters/Fabrizio Bensch)

Le gouvernement a présenté vendredi la feuille de route de la France en matière d'intelligence artificielle (IA), avec l'objectif d'unir les efforts des chercheurs, start-up et industriels.

"L'enjeu est de faire émerger une communauté IA française qui parvienne à faire collaborer directement les chercheurs les plus en pointe avec les startups et les grands industriels", a indiqué Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au Numérique, lors d'un point presse.

Sept groupes de travail, rassemblant des chercheurs, des représentants de start-up et de grandes entreprises, ont été chargés de définir les orientations stratégiques de la France dans ce domaine technologique. Ils présenteront leurs recommandations pour la filière au mois de mars.

La France "n'est pas trop en retard"

"Même si de très grands pays ont commencé déjà à faire des efforts considérables, on n'est pas trop en retard", a souligné Thierry Mandon, secrétaire d'Etat chargé de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

"Notre session d'aujourd'hui n'est pas une session de rattrapage mais c'est quand même le dernier wagon, il faut y aller maintenant", a-t-il prévenu, soulignant l'impact potentiel de cette technologie sur la croissance et sur l'emploi.

"Les initiatives se multiplient dans tous les sens, il nous appartient de s'inscrire dans ce mouvement pour l'accompagner le plus fortement possible", a observé Axelle Lemaire.

Parmi les projets qui émergent, elle a cité la création d'un livre blanc sur cette thématique par l'Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) et le lancement d'un fonds d'investissements spécialisé, Serena Data Ventures.

> Lire aussi : comment l'intelligence artificielle pourrait doubler la croissance de la France

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 22/01/2017 à 11:28
Signaler
Le problème sous jacent est un peu plus profond qu'une question d'IA dont au passage la plupart des algos datent des années 70/80 . La question majeure que le politique doit traiter urgemment concerne la perspective professionnelle qu'on réserve au...

à écrit le 21/01/2017 à 14:33
Signaler
Et quand Thierry Mandon veut quelque chose ...

à écrit le 21/01/2017 à 9:24
Signaler
C'est pas gagné ! Car pour concevoir une IA, il faut d'abord être soi-même intelligent pour en faire une modélisation. Hors, les informaticiens intelligents trouvent des postes intéressant ... à l'étranger. Car quand on est intelligent, on préfère tr...

à écrit le 20/01/2017 à 18:29
Signaler
IA "intelligent artificiel "existera a plus ou moins cours terme, la question est de savoir qui développera le processeur capable d'apprendre de ses échec.... Maintenant il est à définir le périmètre de cette future intelligent.... À quel point. Doit...

le 21/01/2017 à 10:42
Signaler
Yann Lecun et ses vidéos sur le deep learning, sur le site collège de France. Beaucoup fantasme sur l'I.A, trop de terminator, blade runner, etc... il me semble... Faut remonter en 1941 avec le Konrad Zuse Z3, c'est le début, le premier ordinat...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.