Grande école du numérique : 10.000 nouvelles formations pour les sans-emploi dès septembre

Le gouvernement mobilise 90 millions d'euros supplémentaires sur deux ans pour créer 10.000 nouvelles formations aux métiers du numérique, ouvertes dès septembre. Financées intégralement par l'Etat via Pôle Emploi, elles se destinent à des personnes éloignées de l'emploi -jeunes sans diplômes, personnes en reconversion professionnelle- et aux travailleurs sous-représentés dans le numérique, comme les femmes, les habitants des quartiers prioritaires de la ville et ceux des zones rurales.
Sylvain Rolland

5 mn

(Crédits : DR)

Alors que la France vit une crise économique et sociale depuis la pandémie de Covid-19, le gouvernement mise sur le numérique pour accélérer la relance. Jeudi 20 mai, le secrétaire d'Etat à la Transition numérique, Cédric O, et la ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, Elisabeth Borne, ont annoncé la nouvelle feuille de route de la Grande Ecole du Numérique (GEN).

Lire aussi 4 mnFormations aux métiers du numérique : comment Ironhack tire profit de la crise du Covid-19

Créée en 2016 et constitué de l'Etat, de Pôle Emploi, de l'association Régions de France, d'entreprises privées et de nombreux acteurs de l'emploi et de la formation professionnelle sur tout le territoire, la Grande Ecole du Numérique est un groupement d'intérêt public (GIP), dont la mission est de labelliser et de financer des formations aux métiers du numérique. L'objectif : répondre aux besoins énormes d'un secteur en pleine croissance malgré la crise, en intégrant dans cette dynamique des personnes éloignées de l'emploi, soit parce qu'elles sont peu diplômées, soit parce qu'elles sont en reconversion professionnelle. La GEN cible aussi plus particulièrement les catégories de populations sous-représentées dans le secteur du numérique, c'est-à-dire les femmes, les habitants des quartiers prioritaires de la ville, et les habitants vivant dans les zones rurales.

Lire aussi 4 mnComment Amazon France veut appâter les TPE/PME grâce à la formation

33.000 personnes formées depuis 2016, 10.000 de plus à partir de septembre

Depuis 2016, plus de 500 formations ont été labellisées et plus de 33.000 personnes éloignées de l'emploi en ont bénéficié. Mais c'est une goutte d'eau par rapport aux besoins du secteur, qui prévoit 190.000 recrutements à l'horizon 2022, d'autant plus que « 80 000 postes soumis à candidature n'étaient pas pourvus en 2019 », d'après Cédric O, citant des chiffres de Pôle Emploi.

"Aujourd'hui, 500.000 personnes travaillent dans le numérique en France, c'est davantage que dans l'aéronautique, rappelle le secrétaire d'Etat. Les besoins sont énormes, tant du côté développement que UX [design, expérience utilisateur, ndlr], dans le cloud, dans l'intelligence artificielle ou encore la cybersécurité", liste-t-il.

Pour donner au dispositif une "nouvelle impulsion", le gouvernement mise sur deux piliers. D'abord, multiplier significativement le nombre de formations : l'Etat va mobiliser 45 millions d'euros pour financer intégralement 10.000 formations supplémentaires, ouvertes dès le mois de septembre. Le deuxième est le lancement d'un nouvel appel à labellisation, "qui priorisera les formations implantées dans les quartiers prioritaires de la ville ou dans les zones de revitalisation rurale, ainsi que celles qui accueillent une part importante de femmes", précise Elisabeth Borne.

La nouvelle feuille de route prévoit également d'améliorer les formations existantes, notamment en intégrant les "soft skills", c'est-à-dire les compétences humaines et sociales, indispensables pour réussir un entretien de motivation et surtout s'intégrer et progresser dans une entreprise. Enfin, un "observatoire national de l'offre de formation et des compétences numériques" devrait voir le jour. Sa mission, plutôt vague, sera "d'identifier les besoins dans les territoires pour mieux les anticiper et y apporter une réponse adaptée".

Lire aussi 7 mnL'entre-soi, un poison pour la tech française

Attirer les sans-emploi, les femmes, les ruraux et les habitants les plus pauvres, un défi pour le secteur du numérique

Initiative complémentaire des formations privées, la Grande Ecole du Numérique s'attaque depuis 2016 à un problème qui reste entier : casser l'image "élitiste" du numérique en attirant toute la diversité de la population active française, et non plus surtout les "mâles blancs urbains diplômés d'HEC", pour reprendre la formule de Mounir Mahjoubi reprise par Cédric O pour désigner l'entre-soi de l'écosystème de la tech.

"C'est un enjeu sociétal car il y a aujourd'hui une remise en cause de la notion de progrès et des bienfaits du progrès pour la société. Si on veut renouer avec l'acceptation sociale du progrès, on a besoin qu'il soit davantage partagé, avec toutes les catégories de la population. Le numérique sera meilleur et plus accepté s'il est plus divers", estime Cédric O.

Problème : les secteurs qui recrutent le plus -cloud, intelligence artificielle, cybersécurité- et les métiers les plus en vogue -ingénieur, data scientist, UX designer, développeur web et mobile- riment, dans l'inconscient collectif, avec des métiers très techniques, qui nécessitent des hautes études et qui ne sont donc accessibles qu'à une certaine catégorie de la population -et qui sont aujourd'hui prisés par les fameux "mâles blancs urbains surdiplômés".

"Il faut absolument casser cette image, d'autant plus qu'elle est fausse car les métiers du numérique sont accessibles à tous, rapidement, et c'est pour ça que nous développons l'offre de formations", ajoute le secrétaire d'Etat. C'est d'ailleurs le modèle économique de dizaines d'entreprises de formation comme Ironhack ou l'Ecole 42 de Xavier Niel, qui proposent d'acquérir ces compétences en quelques mois, et qui forment des armées d'ingénieurs.

Les chiffres de la Grande Ecole du Numérique tendent d'ailleurs à confirmer la réussite de ce modèle. "Les 33.000 personnes qui ont bénéficié des formations labellisées Grande Ecole du Numérique étaient toutes éloignées de l'emploi. 60% avaient moins de 30 ans et presque 55% un niveau inférieur à bac +2", décline Elisabeth Borne.

Sylvain Rolland

5 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 23/05/2021 à 8:45
Signaler
En parlant de numérique : Coup dur pour des milliers de Français. Alors que les foyers en ont fini avec leur déclaration de revenus, de nombreux habitants de l’Hexagone vont devoir tout recommencer de zéro. Selon une information Ouest-France, de...

à écrit le 21/05/2021 à 21:13
Signaler
Je ne suis pas d’accord avec ce principe : Tant que syndicats et gouvernements n’auront pas écrit noir sur blanc les aménagements pour les métiers du numériques en cohérence avec la santé mentale , physique , des salariés du métiers du numériques . ...

à écrit le 21/05/2021 à 20:54
Signaler
la farnce derniere au PISA va former des milliers dens qui feront du reseau convolutif sans savoir ce qu'est un gradient pour le reste, ca existe deja, ca s'appelle ' apprentissage' ( avec un patron negrier capitaliste qui ne pense qu'a exploiter le...

à écrit le 21/05/2021 à 20:41
Signaler
Après la formation ,l'État leurs trouve un emploi ? Un bon développeur ou technicien réseaux est une personne qui aime la technologie passer du temps devant son ordi à comprendre ,grâce à des tutos ou des formations sur YouTube comment cela fonction...

à écrit le 21/05/2021 à 7:49
Signaler
La startup nation subventionne des écoles au rabais qui vous promet de devenir un code killer en 6 mois tandis que la prétendue élite des écoles d'informatique française Supinfo a fait faillite et son ancien dirigeant Alick Mouriesse s'est déclaré...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.