"Huawei ne sera pas écarté de la 5G en France", assure Bruno Le Maire

 |   |  291  mots
Cette déclaration intervient quelques jours après une mise en garde de Pékin contre d'éventuelles mesures discriminatoires à son encontre.
Cette déclaration intervient quelques jours après une mise en garde de Pékin contre d'éventuelles mesures discriminatoires à son encontre. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Il est "parfaitement compréhensible qu'on puisse à un moment ou à un autre privilégier un opérateur européen" mais "si Huawei a une meilleure offre à présenter [...], il pourra avoir accès à la 5G en France", a expliqué le ministre français de l'Économie.

Le géant chinois des télécommunications Huawei ne sera pas exclu du marché de la 5G en France, a assuré jeudi le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire, tout en prévenant qu'il y aurait des "restrictions" pour protéger les "intérêts de souveraineté" de la France.

"Huawei ne sera pas écarté de la 5G en France", a déclaré M. Le Maire au micro de RMC/BFMTV, quatre jours après une mise en garde de Pékin contre d'éventuelles mesures discriminatoires à son encontre.

Que la "meilleure offre" gagne

Il est "parfaitement compréhensible qu'on puisse à un moment ou à un autre privilégier un opérateur européen" mais "si Huawei a une meilleure offre à présenter à un moment ou à un autre du point de vue technique, d'un point de vue de prix, il pourra avoir accès à la 5G en France", a expliqué le ministre.

"S'il y a des installations critiques, des installations militaires, des zones nucléaires à proximité, nous mettrons un certain nombre restrictions pour protéger nos intérêts de souveraineté", a-t-il poursuivi alors que les États-Unis tentent de dissuader les Européens de faire confiance à un opérateur chinois pour le déploiement de la 5G.

Selon des responsables américains cités mercredi par le Wall Street Journal, Huawei serait contraint par le gouvernement chinois d'installer des voies d'accès secrètes ("back doors") dans ses réseaux de téléphonie mobile à des fins de surveillance. Huawei a rejeté ces accusations évoquant un "écran de fumée" faisant "fi de toute logique communément acceptée dans le domaine de la cybersécurité".

Lire aussi : 5G : la Chine appelle la France à ne pas limiter Huawei

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2020 à 11:25 :
Quelle belle déclaration d'amour faites aux princes rouges...

Moi j'aurais fait prendre des participations à la Banque de France chez Nokia et Ericsson avec un lot de call warrant pour faire un gentil petit aller/retour finançant l'investissement de base et j'aurais dit aux deux, un tiers de part de marché réservé, troisième tiers en concurrence en partenariat avec Thalès et son Stratobus!
a écrit le 14/02/2020 à 11:22 :
Comment peut-on accepter qu'une entreprise qui représente un des symboles forts d'un pays qui piétine les droits humains élémentaires et commet des crimes contre l'humanité, puisse un jour véhiculer, voire exploiter, des milliards de données issues d'un pays démocratique. Inquiétante dérive de nos gouvernants au nom du sacro-saint marché.
a écrit le 14/02/2020 à 8:07 :
" Contre MAUVAISE fortune bon coeur "

Pour ne pas " heurter " Pékin :
Les Eur d'accord sur rien, sont en concurrence et sous pression pour les contrats Chinois
( meme avec transferts systématiques de technologie )

Evidemment Pékin va accéder à Tout et Tout, y compris secret.
a écrit le 13/02/2020 à 19:39 :
Le papa us ne sera encore pas content mon Bruno, avec toutes ces augures à peine émises et si promptement déboulonnés, l' histoire ne retiendra de toi que quelques mouvements désordonnés voire convulsifs..
a écrit le 13/02/2020 à 15:05 :
le problème c 'est la fuite en avant techno.......et de toute manière la mise à nu de nos données.....
l intelligence artificielle est surtout un énorme business a venir......et la mise sous cloche du citoyen lambda que nous sommes tous.....

en attendant...... la france est incapable d avoir un système de santé connecté...... et un dossier médical partagé qui fonctionne....

google doit en savoir plus sur moi que la sécu.....et le médecin que j irai voir un de ces jours.....

la crise du coronavirus devrait nous faire réfléchir sérieusement sur nos dépendances....... mais ça, ça va bcp moins vite que la 5 g on dirait!!!!!!
a écrit le 13/02/2020 à 14:33 :
C'est pas Huawei qu'il faut écarter de la 5G, c'est la 5G toute entière, point !!
Réponse de le 13/02/2020 à 16:13 :
Bravo.
a écrit le 13/02/2020 à 14:20 :
Qui peut être d'accord avec une Europe ouverte à tous vents? L'Europe doit privilégier ses citoyens, ses entreprises, et ses valeurs. A défaut, elle sera rejetée! Cette décision est une faute politique, et économique!
Réponse de le 13/02/2020 à 19:41 :
Personne mais c' est imparable via l' article 63 du TFUE
"François ASSELINEAU explique comment l'article 63 du TFUE permet les délocalisations."
ou quand l' UE s' est construite dans le dos et contre les intérêts des français et des européens..
a écrit le 13/02/2020 à 11:42 :
La France n'est plus qu'une province dont les gouverneurs ne sont plus que des bénis oui oui.

Mais bon que peut une nation soumise à un consortium financier privé européen face à deux puissances politiques majeurs que sont les états unis et la Chine ?

D'un côté des politiciens dressés pour prendre aux citoyens afin de donner à l'oligarchie locale, de l'autre des politiciens motivés par faire avancer leur nation, nous n'avons aucune chance.

Trump a exécuté TINA en place publique les gars,réveillez vous vous perdez des mètres et des mètres de terrain chaque jour en ce moment !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :