5G  : la Chine appelle la France à ne pas limiter Huawei

 |   |  618  mots
Les Etats-Unis et plusieurs pays européens, dont la France, redoutent que les équipements 5G de Huawei puissent servir de cheval de Troie pour à Pékin espionner les communications, ou les mettre hors service en cas de conflit. Ce que le groupe de Shenzhen a toujours démenti.
Les Etats-Unis et plusieurs pays européens, dont la France, redoutent que les équipements 5G de Huawei puissent servir de cheval de Troie pour à Pékin espionner les communications, ou les mettre hors service en cas de conflit. Ce que le groupe de Shenzhen a toujours démenti. (Crédits : TOBY MELVILLE)
Si l’équipementier chinois devait faire l’objet de discriminations ou d’une interdiction dans l’Hexagone, Pékin pourrait, en retour, prendre des mesures de rétorsion à l’égard de Nokia et d’Ericsson dans l’Empire du Milieu, laisse entendre le porte-parole de l’ambassade de Chine en France.

Pékin hausse franchement le ton. Alors que le gouvernement français pourrait bientôt, à partir de lundi, se prononcer sur les premières demandes d'équipements Huawei des opérateurs pour le déploiement de la 5G, un porte-parole de l'ambassade de Chine en France s'est fendu d'un communiqué menaçant. Dans cette missive, publiée ce dimanche, celui-ci redoute d'importantes restrictions à l'égard du géant chinois des télécoms.

« L'ambassade de Chine en France a pris note des reportages récents dans plusieurs médias français selon lesquels les autorités compétentes françaises envisageraient de prendre des mesures restrictives contre Huawei dans le déploiement de la 5G en France, précise le communiqué. Parmi elles : l'interdiction aux équipements 5G de Huawei d'être utilisés dans des dizaines de grandes villes françaises et l'imposition à Huawei d'une durée de validité de l'autorisation nettement plus courte qu'aux équipementiers européens comme Nokia et Ericsson. »

Le porte-parole de l'ambassade se dit « profondément déçu et inquiet ». Il estime que que si ces mesures visant Huawei sont exactes, celles-ci seraient « contraire à l'engagement pris par le gouvernement français »« Le président Emmanuel Macron et d'autres hauts responsables français ont réaffirmé à plusieurs reprises que sur la question de la 5G, la France ne prendrait pas de mesures discriminatoires contre un pays ou une entreprise spécifique, ni n'exclurait pas Huawei », argue-t-il.

Nokia et Ericsson menacés en Chine ?

Le porte-parole juge qu'« une différence de traitement des entreprises selon leur pays d'origine constituera une discrimination patente et un protectionnisme déguisé ». Ce qui va, selon lui, « à l'encontre des principes de l'économie de marché et du libre commerce ». Surtout, le porte-parole laisse entendre que la Chine pourrait, en cas de discriminations visant Huawei en France et dans d'autres pays européens, prendre des mesures de rétorsion à l'égard de Nokia et d'Ericsson sur le marché chinois de la 5G.

« La Chine a toujours accordé un traitement équitable à Nokia et Ericsson dans le déploiement des réseaux 5G en Chine et les a même autorisés à prendre part au déploiement du cœur des réseaux [un endroit sensible où transitent toutes les communications, Ndlr], affirme le communiqué. Nous ne souhaitons pas voir le développement des entreprises européennes dans le marché chinois affecté à cause de la discrimination et du protectionnisme de la France et d'autres pays européens à l'égard de Huawei. »

L'inquiétude de SFR et de Bouygues Telecom

Les Etats-Unis et plusieurs pays européens, dont la France, redoutent depuis longtemps que les équipements 5G du groupe chinois puissent servir de cheval de Troie  à Pékin pour espionner les communications, ou les mettre hors service en cas de conflit. C'est une des raisons pour lesquelles la France s'est dotée, l'été dernier, d'une nouvelle loi sur la sécurité des réseaux mobiles. Celle-ci oblige les opérateurs a demander l'aval de l'exécutif pour tout déploiement d'équipements et de logiciels liés à 5G. Si le gouvernement assure que tous les équipementiers seront logés à la même enseigne, ce texte vise pourtant, a minima, à limiter l'empreinte de Huawei dans les réseaux français.

Le sujet préoccupe particulièrement SFR et Bouygues Telecom. L'opérateur au carré rouge et celui de Martin Bouygues utilisent chacun des équipements Huawei sur la moitié de leurs réseaux mobiles. Une interdiction du groupe de Shenzhen les obligerait à remplacer une grande partie de leurs infrastructures. Ce qui leur coûterait très cher, et ralentirait leur déploiement de la 5G.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/02/2020 à 11:23 :
N'est il pas le moment de renégocier tous les accord avec ce pays qui est largement excédentaire?
N'est il pas le moment de rapatrier des usines de composants jugés stratégiques (surtout en cette période où elles sont à l'arrêt pour plusieurs mois la bas?
Réponse de le 11/02/2020 à 17:06 :
Rapatrier les usines, ok on veut bien, mais accepteriez vous d'etre payé à 600 euro/mois ?
On ne sera pas competitif sur le marché international sinon.
a écrit le 11/02/2020 à 8:22 :
Pour se faire une idée de l'intérêt de Huawei, il suffit de voir quels sont les pays qui l'ont adopté malgré les menaces de Trump : Autriche, Grande Bretagne, Suisse et bientôt Allemagne, que des pays dont l'économie est plus efficace que celle de la France. Pourquoi gagner comme les autres alors qu'on peut perdre à la française : Liberté, Egalité, Fraternité, Echec.
a écrit le 11/02/2020 à 0:36 :
Ah il nous tient bien Mr Trump, après le retrait de la taxe GAFA, la France cède encore sur la 5 g, tout cela pour garder l'aide de l'Amérique pour nos "aventures" militaires françaises en Afrique.On comprend pourquoi nos voisins européens ne s'engage pas plus dans nos OPEX.
a écrit le 10/02/2020 à 20:02 :
Cet ambassadeur a beaucoup d'humour en faisant appel à l'économie de marché...en faisant du chantage.....Il devrait donner des cours sur les droits de l'homme en prenant exemple sur le docteur Li Wenliang que les sbires du régime ont obligé de faire son autocritique .
a écrit le 10/02/2020 à 18:27 :
Pour rappel. Pour qu'une société étrangère puisse exporter et produire en Chine elle doit s'alier minoritairement avec une société chinoise...
De plus l'EU finance les importations chinoise car ce pays est toujours considérée par l'EU comme un pays en voie de développer d'où des droits de douanes moindre...
Cherchez l'erreur.
a écrit le 10/02/2020 à 16:10 :
Réponse du berger à la bergère:
compte tenu de l'extrême sensibilité des technologies utilisées par Huawai ainsi que des aspects secret défense le gouvernement français demande à cette firme la communication des logiciels et autres algorithmes des équipements télécoms à fournir !
Réponse de le 10/02/2020 à 16:50 :
excellente idée.
a écrit le 10/02/2020 à 13:28 :
Pourquoi menacer la France ? Ah! Pour semer la zizanie en Europe !!! Car ni Nokia ni Ericsson ne sont français... Même que Nokia est américain....puisque racheté il y a quelques années par microsoft. Ou y a-t-il eu une ventre supplémentaire depuis ?
a écrit le 10/02/2020 à 11:17 :
Ce n'est pas un appel mais une menace à peine voilée.
Nouvel impérialisme en vue ...
a écrit le 10/02/2020 à 10:09 :
la Chine appelle la France à ne pas limiter Huawei : pour faciliter l'espionnage et prendre le contrôle de nos infrastructures en cas de conflit !!! N'oublions pas les chinois sont des nationalistes et veulent imposer leur idéologie partout dans le monde. Faut être naïf pour ne pas le comprendre. A bannir DE NOTRE TERRITOIRE !!!
Réponse de le 10/02/2020 à 14:21 :
Vous avez raison, il faut laisser seulement aux américains le droit d'espionner ... hum ... et vous livrer pieds et mains liés !
Pour qui travailler vous ?
Réponse de le 10/02/2020 à 17:12 :
c'est vrai, moi j'attends de nos amis liberateurs un regime a la chilienne ou a la mode arabie saoudite.
blanc bonnet et bonnet blanc: a qui vais je refiler mes secrets? a la "democratie" etats-uniennes ou a la chinoise?
consommons et taisons nous.
Réponse de le 11/02/2020 à 14:43 :
@Chanson

Non,non, ni l'un ni l'autre
a écrit le 10/02/2020 à 9:58 :
La France et l'Europe peuvent laisser rentrer les chinois, après les opérateurs comme Orange peuvent choisir leur équipementier en tout indépendance et le client final peut choisir son opérateur en toute confidentialité.
a écrit le 10/02/2020 à 9:05 :
Ils leur tardent à tous de capter les données de nos frigos...
a écrit le 10/02/2020 à 7:55 :
Qu'attendre de plus d'un gouvernement communiste ? Chaque mois , la chine s'affiche comme toujours un peu moins soucieuse de paix, et d'équilibre.
a écrit le 10/02/2020 à 7:41 :
Nos concitoyens n'ont pas encore compris que la guerre de nos jours. ne livre pas sur les champs de bataille pour la conquête d'un territoire ou d'une matière première, mais pour s'assurer une domination dans les domaines comme l'intelligence artificielle, la maîtrise non des énergies fossiles mais du numérique et des données numériques.
Réponse de le 11/02/2020 à 7:56 :
Seul commentaire pertinent.
a écrit le 09/02/2020 à 23:51 :
Où l'on touche aux limites de la mondialisation...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :