5G : pourquoi Washington s'intéresse à Nokia et Ericsson

Avec l’arrivée de la 5G, une technologie aussi prometteuse que sensible, disposer d’équipementiers télécoms constitue un enjeu stratégique de souveraineté et de sécurité nationale. La Chine en a deux : Huawei et ZTE. L’Europe aussi, via Nokia et Ericsson. Les Etats-Unis, en revanche, n’en ont plus, et lorgnent les champions du Vieux Continent.
Pierre Manière

5 mn

L'appétit américain pour Nokia et Ericsson apparaît dans un contexte où, avec l’arrivée de la 5G, ses promesses de véhicules autonomes, d’hôpitaux et d’usines connectés, les enjeux de sécurité des réseaux mobiles sont beaucoup plus sensibles.
L'appétit américain pour Nokia et Ericsson apparaît dans un contexte où, avec l’arrivée de la 5G, ses promesses de véhicules autonomes, d’hôpitaux et d’usines connectés, les enjeux de sécurité des réseaux mobiles sont beaucoup plus sensibles. (Crédits : Yves Herman)

Voilà qui a le mérite d'être clair. Cela fait des années que l'on prête aux Etats-Unis la volonté de lancer, un jour, un raid sur l'un des champions européens des équipements télécoms, à savoir le finlandais Nokia et le suédois Ericsson. Ce dernier, par exemple, est souvent cité comme une cible de choix pour l'américain Cisco, un cador des infrastructures de réseaux. Mais ce jeudi, le gouvernement du pays de l'Oncle Sam a mis les pieds dans le plat. Le ministre américain de la Justice, Bill Barr, a publiquement proposé, lors d'un colloque, que les Etats-Unis « prennent le contrôle » de Nokia ou d'Ericsson, « soit directement, soit à travers un consortium d'entreprises privées américaines et alliées ».

A l'en croire, cette manœuvre permettrait de donner à l'un des équipementiers européens une assise financière suffisante pour damer le pion à Huawei, aujourd'hui leader technologique dans la 5G, la prochaine génération de communication mobile. « L'inquiétude principale par rapport à [Nokia et Ericsson], c'est qu'ils n'ont ni la taille de Huawei, ni le soutien d'un pays puissant avec un vaste marché comme la Chine », a insisté Bill Barr. Son intervention intervient alors que le Royaume-Uni, allié traditionnel du pays de l'Oncle Sam, et l'Europe viennent d'autoriser Huawei à participer, avec d'importantes limitations, au déploiement de la 5G. Ces décisions ont suscité l'ire de Washington, qui a banni l'équipementier chinois de ses réseaux mobiles, arguant qu'il pourrait servir à Pékin de cheval de Troie pour espionner les communications.

« Les équipementiers télécoms sont stratégiques »

La sortie de Bill Barr survient aussi à un moment où, avec l'arrivée de la 5G, ses promesses de véhicules autonomes, d'hôpitaux et d'usines connectés, les enjeux de sécurité des réseaux mobiles sont beaucoup plus sensibles. Dans ce contexte, disposer d'un équipementier national est jugé essentiel pour une partie de l'administration américaine. Problème: les Etats-Unis n'en possèdent plus. « Tout le monde juge que les équipementiers télécoms sont stratégiques, indiquait Thomas Courbe, le DG de la Direction générale des entreprises (DGE), dans nos colonnes le mois dernier. La Chine a des équipementiers (Huawei et ZTE, Ndlr), et les Etats-Unis se rendent compte qu'ils n'en ont plus. » On peut, en clair, penser que sous couvert de renforcer Nokia ou Ericsson en prenant leur contrôle, Washington cherche surtout à récupérer un savoir-faire industriel crucial. Lequel leur permettrait de ne plus dépendre de technologies étrangères.

Cette préoccupation est au cœur des réflexions de la Maison Blanche. Selon le Wall Street Journal, l'exécutif travaille sur un projet avec Microsoft, Dell et AT&T, visant à développer des logiciels américains dédiés à la 5G. « L'idée générale est de confier l'ensemble de l'architecture 5G des Etats-Unis principalement à des entreprises américaines », précise Larry Kudlow, conseiller économique de la Maison Blanche, au quotidien économique. Il souligne que le projet pourrait inclure Nokia et Ericsson. Mais si les logiciels sont importants pour faire fonctionner les réseaux 5G, et remplaceront à terme de nombreux équipements, leur seule maîtrise n'est pas suffisante pour être totalement souverain dans le mobile. D'où, une fois encore, l'avantage de posséder aussi un équipementier maison.

« La sécurité des réseaux : un enjeu prioritaire »

Cet appétit américain vis-à-vis de Nokia et d'Ericsson préoccupe la France et l'Europe pour les mêmes motifs de souveraineté et de sécurité nationale. C'est pourquoi le gouvernement français affirme que sa récente loi sur la sécurité des réseaux 5G ne vise pas seulement Huawei, mais bien l'ensemble des équipementiers télécoms. Autrement dit : si ce texte a aujourd'hui vocation, a minima, à limiter le groupe chinois pour des raisons sécuritaires, il offre les moyens, demain, d'agir avec la même fermeté à l'égard d'un Nokia ou d'un Ericsson en cas de passage sous pavillon étranger. Et en particulier américain.

Ce mardi, Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, s'est montrée très explicite à ce sujet, lors d'un débat à l'institut Montaigne sur « L'Europe et la 5G ». Elle a d'abord rappelé que cette technologie n'était pas « sans susciter des risques et des craintes » :

« Le premier de ces risques concerne la sécurité de nos réseaux. C'est évidemment un enjeu prioritaire pour le gouvernement. [...] C'est un enjeu pour les opérateurs [...], une question économique, mais c'est aussi une question de souveraineté et de sécurité nationale. Pour les individus, c'est une question de confidentialité (des données, Ndlr) comme c'était le cas pour la 2G, la 3G et la 4G. J'ajoute que c'est une question pour les entreprises qui s'équipent ; c'est l'accès, peut-être, à des éléments centraux, majeurs, de business model. »

Avant de souligner l'importance, pour le gouvernement, de prendre en compte dans son dispositif les conséquences du rachat d'un équipementier du Vieux Continent par un groupe non-européen :

« Avec cette loi sur la sécurité des réseaux, le gouvernement a mis en place un cadre juridique pour faire face à ces risques. Nous nous sommes basés sur des analyses de sécurité et de risques objectives. Nous allons donner des autorisations pour plusieurs années pour des équipements à des opérateurs qui ont accès à trois ou quatre équipementiers. Il y a Nokia, Ericsson et Huawei qui sont aujourd'hui présents sur le marché français. Il y aura peut-être prochainement Samsung, qui semble s'intéresser à l'Europe. Mais je ne sais pas dire, dans dix ans, quel sera l'actionnariat de ces équipementiers. C'est une bonne question... C'est pourquoi la loi a vocation à s'appliquer à tous les opérateurs et à tous les équipementiers sous-jacents. [...] Donc ce sujet-là, essayons de ne pas en faire qu'un sujet Huawei : la problématique est beaucoup plus large. »

Et plus que jamais d'actualité !

Pierre Manière

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 24
à écrit le 20/06/2020 à 11:02
Signaler
Merci. Excellent éclairage.

à écrit le 10/02/2020 à 14:38
Signaler
Tiens le discours de macron sur la défence européenne prend soudain encore plus de sens.

à écrit le 10/02/2020 à 14:36
Signaler
Tiens le discours de Macron prend soudain encore plus de sens.

à écrit le 09/02/2020 à 20:40
Signaler
« Les équipementiers télécoms sont stratégiques » Et surtout ceux qui ont eux l'occasion de voir !! ah ah ah

à écrit le 09/02/2020 à 11:54
Signaler
Compter sur Nokia et Ericsson pour lutter contre Huawei ? C'est pas un peu comme miser sur Materiel.net pour contrer Alibaba ?

à écrit le 08/02/2020 à 16:31
Signaler
Avec les ruines de Nortel et Cisco, ils devraient parvenir en 15 ans à reconstruire des compétences. Si au lieux de fabriquer des avocats et des financiers les américains rebâtissaient un corps d’ingénieur... Mais bon, la culture du moindre effort et...

le 09/02/2020 à 5:15
Signaler
'Les USA sont un bloc décadent.'' Quand même pas au niveau de la russie, de l’Europe, du japon et même de la chine. Ils ont toujours les leaders mondiaux dans plus de domaines que tous les autres pays de terre réunis. Enfin, je vous comprends. C’est...

le 09/02/2020 à 8:12
Signaler
''Les USA sont un bloc décadent.'' Quand même pas au niveau de la russie, de l’Europe, du Japon et même de la chine. Ils ont toujours les leaders mondiaux dans plus de domaines que tous les autres pays de terre réunis. Enfin, je vous comprends quan...

le 13/02/2020 à 21:54
Signaler
Space X devrait prêter ses ingé à Boeing et Pratt & Wittney qui ont actuellement un sacré coup de blues avec le fonctionnement et la mise au point de leurs produits. Pour diriger sa gigafactory Tesla ds le Nevada, EM a fait appel à un ingé français....

le 13/02/2020 à 21:58
Signaler
Space X devrait prêter ses ingé à Boeing et Pratt & Wittney qui ont actuellement un sacré coup de blues avec le fonctionnement et la mise au point de leurs produits. Pour diriger sa gigafactory Tesla ds le Nevada, EM a fait appel à un ingé français....

à écrit le 08/02/2020 à 15:17
Signaler
On a la chance de posséder 2 équipementiers, complets qui plus est. Foin de l’épouvantail chinois, il faut les protéger autrement ils risquent même si l’annonce peut paraître extravagante de passer sous pavillon américain et nous serons gros jean.

à écrit le 08/02/2020 à 11:40
Signaler
‘’Cet appétit américain vis-à-vis de Nokia et d'Ericsson préoccupe la France et l'Europe pour les mêmes motifs de souveraineté et de sécurité nationale.’’ Et pourtant, le gouvernement français ne favorise pas Nokia et Ericsson. ‘’C'est pourqu...

à écrit le 08/02/2020 à 7:52
Signaler
l'Europe a 50 % des brevets mondiaux sur la 5G, les américains ont e droit de les acheter aussi si on beut bien leur vendre, il est temps de penser a la 6G !

à écrit le 08/02/2020 à 7:48
Signaler
La Chine et e Japon travaille sur la 6G quand l'Europe essai d'installer la 5G et les states sans 5G ont des problèmes de logiciels sur leurs avions et satellites !

le 08/02/2020 à 16:24
Signaler
L’Europe travaille sur la 6g, la 5g n’est pas déployée chez nous et il faudra 10 ans pour le faire. Les cas d’usage sont loins d’être définis sur la 5g et il en est de même en Asie.

à écrit le 07/02/2020 à 19:58
Signaler
Les americains n'ont jamais eu de complexe à acquerir des technologies à l'exterieur. Il n'ont pas de préjugé défavorable sur le "not invented here". D'ailleurs Nokia Networks est issu de Nokia, de Siemens, Alcatel, Lucent, Bell Labs. Un petit reste...

le 07/02/2020 à 23:07
Signaler
C’est bien le moment de pleurer. Si votre pays adorateur du libre échange chez les autres est nu aujourd’hui, et bien pas de bol, la prochaine fois il regardera plus loin que le bout de son nez.

le 07/02/2020 à 23:09
Signaler
C’est bien le moment de pleurer. Si votre pays adorateur du libre échange chez les autres est nu aujourd’hui, et bien pas de bol, la prochaine fois il regardera plus loin que le bout de son nez.

à écrit le 07/02/2020 à 15:59
Signaler
Il est étonnant que des sociétés américaines ne possèdent pas cette technologie. Les actions Nokia et Ericsson montent. Cordialement

à écrit le 07/02/2020 à 15:32
Signaler
Cisco n'est-il pas américain ? Je ne comprends pas pourquoi cette société n'est même pas mentionnée. Par ailleurs, on ne peut que déplorer la disparition d'alcatel...

à écrit le 07/02/2020 à 14:32
Signaler
Great America a les chevilles fragiles ? Aucun merveilleux industriel dynamique n'a de matériel pour la 5G ? Ils n'ont pas anticipé ? Le matériel 3G, 4G US il est de quel constructeur ? J'avais cru lire que les russes non plus, d'où des infox divers...

le 07/02/2020 à 16:45
Signaler
Nokia possède une usine de fabrication de matériel 5G complètement automatisée à Oulu, qui utilise la 5G, et qui est une des plus modernes du monde.

le 07/02/2020 à 17:14
Signaler
Les questions sont pertinentes (il y a quelques questions rhétoriques :- ) ) Il y avait bien Lucent(US) et Alcatel(FR) qui ont été racheté par Nokia; c'est ainsi que la France et les USA ont perdus leurs derniers constructeurs de réseaux mobile. Le...

le 10/02/2020 à 17:21
Signaler
Great America a casser ses jouets: les bells labs, puis motorola, puis nortel puis ils ont esperes syphonne alcatel en forcant la fusion lucent et alcatel, mais niet ca ne l'a pas fait. nokia a rachete parce que ca partait en eau de boudin (qlq volon...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.