5G : pourquoi Washington s'intéresse à Nokia et Ericsson

 |   |  1003  mots
L'appétit américain pour Nokia et Ericsson apparaît dans un contexte où, avec l’arrivée de la 5G, ses promesses de véhicules autonomes, d’hôpitaux et d’usines connectés, les enjeux de sécurité des réseaux mobiles sont beaucoup plus sensibles.
L'appétit américain pour Nokia et Ericsson apparaît dans un contexte où, avec l’arrivée de la 5G, ses promesses de véhicules autonomes, d’hôpitaux et d’usines connectés, les enjeux de sécurité des réseaux mobiles sont beaucoup plus sensibles. (Crédits : Yves Herman)
Avec l’arrivée de la 5G, une technologie aussi prometteuse que sensible, disposer d’équipementiers télécoms constitue un enjeu stratégique de souveraineté et de sécurité nationale. La Chine en a deux : Huawei et ZTE. L’Europe aussi, via Nokia et Ericsson. Les Etats-Unis, en revanche, n’en ont plus, et lorgnent les champions du Vieux Continent.

Voilà qui a le mérite d'être clair. Cela fait des années que l'on prête aux Etats-Unis la volonté de lancer, un jour, un raid sur l'un des champions européens des équipements télécoms, à savoir le finlandais Nokia et le suédois Ericsson. Ce dernier, par exemple, est souvent cité comme une cible de choix pour l'américain Cisco, un cador des infrastructures de réseaux. Mais ce jeudi, le gouvernement du pays de l'Oncle Sam a mis les pieds dans le plat. Le ministre américain de la Justice, Bill Barr, a publiquement proposé, lors d'un colloque, que les Etats-Unis « prennent le contrôle » de Nokia ou d'Ericsson, « soit directement, soit à travers un consortium d'entreprises privées américaines et alliées ».

A l'en croire, cette manœuvre permettrait de donner à l'un des équipementiers européens une assise financière suffisante pour damer le pion à Huawei, aujourd'hui leader technologique dans la 5G, la prochaine génération de communication mobile. « L'inquiétude principale par rapport à [Nokia et Ericsson], c'est qu'ils n'ont ni la taille de Huawei, ni le soutien d'un pays puissant avec un vaste marché comme la Chine », a insisté Bill Barr. Son intervention intervient alors que le Royaume-Uni, allié traditionnel du pays de l'Oncle Sam, et l'Europe viennent d'autoriser Huawei à participer, avec d'importantes limitations, au déploiement de la 5G. Ces décisions ont suscité l'ire de Washington, qui a banni l'équipementier chinois de ses réseaux mobiles, arguant qu'il pourrait servir à Pékin de cheval de Troie pour espionner les communications.

« Les équipementiers télécoms sont stratégiques »

La sortie de Bill Barr survient aussi à un moment où, avec l'arrivée de la 5G, ses promesses de véhicules autonomes, d'hôpitaux et d'usines connectés, les enjeux de sécurité des réseaux mobiles sont beaucoup plus sensibles. Dans ce contexte, disposer d'un équipementier national est jugé essentiel pour une partie de l'administration américaine. Problème: les Etats-Unis n'en possèdent plus. « Tout le monde juge que les équipementiers télécoms sont stratégiques, indiquait Thomas Courbe, le DG de la Direction générale des entreprises (DGE), dans nos colonnes le mois dernier. La Chine a des équipementiers (Huawei et ZTE, Ndlr), et les Etats-Unis se rendent compte qu'ils n'en ont plus. » On peut, en clair, penser que sous couvert de renforcer Nokia ou Ericsson en prenant leur contrôle, Washington cherche surtout à récupérer un savoir-faire industriel crucial. Lequel leur permettrait de ne plus dépendre de technologies étrangères.

Cette préoccupation est au cœur des réflexions de la Maison Blanche. Selon le Wall Street Journal, l'exécutif travaille sur un projet avec Microsoft, Dell et AT&T, visant à développer des logiciels américains dédiés à la 5G. « L'idée générale est de confier l'ensemble de l'architecture 5G des Etats-Unis principalement à des entreprises américaines », précise Larry Kudlow, conseiller économique de la Maison Blanche, au quotidien économique. Il souligne que le projet pourrait inclure Nokia et Ericsson. Mais si les logiciels sont importants pour faire fonctionner les réseaux 5G, et remplaceront à terme de nombreux équipements, leur seule maîtrise n'est pas suffisante pour être totalement souverain dans le mobile. D'où, une fois encore, l'avantage de posséder aussi un équipementier maison.

« La sécurité des réseaux : un enjeu prioritaire »

Cet appétit américain vis-à-vis de Nokia et d'Ericsson préoccupe la France et l'Europe pour les mêmes motifs de souveraineté et de sécurité nationale. C'est pourquoi le gouvernement français affirme que sa récente loi sur la sécurité des réseaux 5G ne vise pas seulement Huawei, mais bien l'ensemble des équipementiers télécoms. Autrement dit : si ce texte a aujourd'hui vocation, a minima, à limiter le groupe chinois pour des raisons sécuritaires, il offre les moyens, demain, d'agir avec la même fermeté à l'égard d'un Nokia ou d'un Ericsson en cas de passage sous pavillon étranger. Et en particulier américain.

Ce mardi, Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances, s'est montrée très explicite à ce sujet, lors d'un débat à l'institut Montaigne sur « L'Europe et la 5G ». Elle a d'abord rappelé que cette technologie n'était pas « sans susciter des risques et des craintes » :

« Le premier de ces risques concerne la sécurité de nos réseaux. C'est évidemment un enjeu prioritaire pour le gouvernement. [...] C'est un enjeu pour les opérateurs [...], une question économique, mais c'est aussi une question de souveraineté et de sécurité nationale. Pour les individus, c'est une question de confidentialité (des données, Ndlr) comme c'était le cas pour la 2G, la 3G et la 4G. J'ajoute que c'est une question pour les entreprises qui s'équipent ; c'est l'accès, peut-être, à des éléments centraux, majeurs, de business model. »

Avant de souligner l'importance, pour le gouvernement, de prendre en compte dans son dispositif les conséquences du rachat d'un équipementier du Vieux Continent par un groupe non-européen :

« Avec cette loi sur la sécurité des réseaux, le gouvernement a mis en place un cadre juridique pour faire face à ces risques. Nous nous sommes basés sur des analyses de sécurité et de risques objectives. Nous allons donner des autorisations pour plusieurs années pour des équipements à des opérateurs qui ont accès à trois ou quatre équipementiers. Il y a Nokia, Ericsson et Huawei qui sont aujourd'hui présents sur le marché français. Il y aura peut-être prochainement Samsung, qui semble s'intéresser à l'Europe. Mais je ne sais pas dire, dans dix ans, quel sera l'actionnariat de ces équipementiers. C'est une bonne question... C'est pourquoi la loi a vocation à s'appliquer à tous les opérateurs et à tous les équipementiers sous-jacents. [...] Donc ce sujet-là, essayons de ne pas en faire qu'un sujet Huawei : la problématique est beaucoup plus large. »

Et plus que jamais d'actualité !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2020 à 14:38 :
Tiens le discours de macron sur la défence européenne prend soudain encore plus de sens.
a écrit le 10/02/2020 à 14:36 :
Tiens le discours de Macron prend soudain encore plus de sens.
a écrit le 09/02/2020 à 20:40 :
« Les équipementiers télécoms sont stratégiques »

Et surtout ceux qui ont eux l'occasion de voir !! ah ah ah
a écrit le 08/02/2020 à 16:31 :
Avec les ruines de Nortel et Cisco, ils devraient parvenir en 15 ans à reconstruire des compétences. Si au lieux de fabriquer des avocats et des financiers les américains rebâtissaient un corps d’ingénieur... Mais bon, la culture du moindre effort et de l’égoïsme a fait de tels ravages outre Atlantique qu’il ne faut pas s’attendre à des miracles. Les USA sont un bloc décadent. Ils font des armes alors que ce qui leur fait peur est l’arrivée de latinos et la libanisation de la société.
Réponse de le 09/02/2020 à 5:15 :
'Les USA sont un bloc décadent.''
Quand même pas au niveau de la russie, de l’Europe, du japon et même de la chine. Ils ont toujours les leaders mondiaux dans plus de domaines que tous les autres pays de terre réunis. Enfin, je vous comprends. C’est ainsi qu’on reconnait les grands nations, on les critique et on les insulte quand une autre nation fait un tout petit peu mieux dans un seul domaine. On ne dira pas les mêmes choses si la chine devançait la russie dans un domaine de plus, simplement parce qu’on ne pense au fond de nous que la russie soit une si grande nation dans dépit du hype et des gesticulations de poutine.

De 2, sur les ingénieurs, les USA en ont pas mal et en fabriquent encore plus qu’on ne le croit. 100% des ingénieurs de spaceX sont Américains (c’est la loi aux USA pour les entreprises travaillant dans les domaines stratégiques comme l’espace, la sécurité, les armements etc…) et 100% des entreprises américaines de Hi-Tech ont plus d’ingénieurs américains que ceux venu d’ailleurs.

Et sur la culture du moindre efforts, que dire ? Les Américains travaillent PLUS que les Européens avec moins de congés par an. Ils bossent plus que 80% des citoyens du monde et ils sont parmi les plus productifs. Et c'est eux qui ont la culture du moindre effort ? mdr. Je me demande ce que vous direz surtout des russes ou dans un moindre mesure des Indiens ou des Brésiliens ou des Européens...
Réponse de le 09/02/2020 à 8:12 :
''Les USA sont un bloc décadent.''
Quand même pas au niveau de la russie, de l’Europe, du Japon et même de la chine. Ils ont toujours les leaders mondiaux dans plus de domaines que tous les autres pays de terre réunis. Enfin, je vous comprends quand même. C’est ainsi qu’on reconnait les grands nations, on les critique et on les insulte lorsqu'une autre nation fait un tout petit peu mieux dans un seul domaine. On ne dira pas les mêmes choses si la chine devançait la russie dans un domaine de plus, simplement parce qu’on ne pense au fond de nous que la russie soit une si grande nation en dépit du hype et des gesticulations de poutine.

De 2, sur les ingénieurs, les USA en ont pas mal et en fabriquent encore plus qu’on ne le croit. 100% des ingénieurs de SpaceX sont Américains (c’est la loi aux USA pour les entreprises travaillant dans les domaines stratégiques comme l’espace, la sécurité, les armements etc…) et 100% des entreprises américaines de Hi-Tech ont plus d’ingénieurs américains que ceux venu d’ailleurs.

Et sur la culture du moindre efforts, que dire ? Les Américains travaillent plus que les Européens avec moins de congés par an. Ils bossent plus que 80% des citoyens du monde et ils sont parmi les plus productifs. Et c'est eux qui ont la culture du moindre effort ? mdr. Je me demande ce que vous direz surtout des russes ou dans un moindre mesure des Indiens ou des Brésiliens ou des Européens...
Réponse de le 13/02/2020 à 21:54 :
Space X devrait prêter ses ingé à Boeing et Pratt & Wittney qui ont actuellement un sacré coup de blues avec le fonctionnement et la mise au point de leurs produits.
Pour diriger sa gigafactory Tesla ds le Nevada, EM a fait appel à un ingé français.
Ds la Hi Tech, le CEO de Google est un ingé d'origine Indienne.
Dans l'industrie automobile, les ingé brillent par leur immobilisme ou leur absence, compte tenu du faible niveau d'innovation et de performance qui caractérisent les modèles US depuis des décennies.
Et les modèles premium germaniques, italiens ou nippons font un tabac chez les citadins aisés...ce qui met régulièrement Trump en fureur.
La quasi totalité des machines outil ou de la robotique dont ont besoins les derniers pans de son industrie moribonde sont importés d'Allemagne ou du Japon.
L'administration Trump subventionne l'industrie lourde devenue non compétitive par déficit chronique d'investissements tt en taxant les importations de semi produits sidérurgiques et métalliques venus de Chine ou d'Europe.
Pour maintenir et favoriser ses centrales à charbon, elle a même inventé la pseudo filière dite du "charbon propre" !! ( oui c'est nouveau, ça vient de sortir ).
De même, championne du massacre de son environnement, elle encourage coûte que coûte la production de pétrole et gaz de schiste qui devance même la production d'or noir de l'Arabie Saoudite en nbre de barils extraits.
Ah !! Vivent les ingé US !!
Des pans entiers de son industrie chimique passent ss controle étranger (comme Monsanto racheté par Bayer).
Mais il est vrai que les ingé américains brillent dans l'industrie financière et ses instruments financiers qui ont fait du reste les beaux jours de la crise des subprime de 2008, un véritable âge d'or...
Des petits génies à l'image de Steve Jobs ou Bill Gates ou Jeff Bezos sortent des campus qui les ont vu naître pour créer des empires et de nouveaux modes de vie à coup de nouveaux besoins issus d'innovations de rupture.
Mais ces empires profitent surtout à une petite élite multiculturelle de collaborateurs talentueux débauchés à prix d'or sur la scène internationale où les ingé US ne sont pas forcément majoritaires, qui dirigent et gèrent des sociétés sans usines et une supply chain éparpillée ds le monde entier, à l'image de l'Iphone dont au moins 90% de la valeur correspond au software et à son IA qui permettent le fonctionnement d'une multitude d'applicatifs et de services en ligne conçus par cette élite.
Mais un empire comme Apple n'a rien à voir avec ses adversaires comme Samsung ou Huawei qui possèdent une base industrielle intégrée solide dans leurs pays d'origine.
Bref, la société américaine ( du moins celle vécue par ses élites économiques et politiques) se transforme inexorablement en une société virtuelle qui se déconnecte de l'économie réelle qui est reléguée au reste du monde.
Ds cette logique, cette société est très inégalitaire ( d'où le terme"egoisme" mentionné ds le commentaire), car peuplée d'une élite intellectuelle pensante qui accapare l'essentiel de la VA de la chaine de valeur des produits et services en ne distribuant que des miettes au reste du monde ( sous traitance planétaire de la fabrication des composants et de l'assemblage du produit final, services domestiques à la personne pléthoriques qui font appel à une multitude de petits jobs, soins à la personne et soins de santé exorbitants dans des centres de soin ht de gamme ).
Réponse de le 13/02/2020 à 21:58 :
Space X devrait prêter ses ingé à Boeing et Pratt & Wittney qui ont actuellement un sacré coup de blues avec le fonctionnement et la mise au point de leurs produits.
Pour diriger sa gigafactory Tesla ds le Nevada, EM a fait appel à un ingé français.
Ds la Hi Tech, le CEO de Google est un ingé d'origine Indienne.
Dans l'industrie automobile, les ingé brillent par leur immobilisme ou leur absence, compte tenu du faible niveau d'innovation et de performance qui caractérisent les modèles US depuis des décennies.
Et les modèles premium germaniques, italiens ou nippons font un tabac chez les citadins aisés...ce qui met régulièrement Trump en fureur.
La quasi totalité des machines outil ou de la robotique dont ont besoins les derniers pans de son industrie moribonde sont importés d'Allemagne ou du Japon.
L'administration Trump subventionne l'industrie lourde devenue non compétitive par déficit chronique d'investissements tt en taxant les importations de semi produits sidérurgiques et métalliques venus de Chine ou d'Europe.
Pour maintenir et favoriser ses centrales à charbon, elle a même inventé la pseudo filière dite du "charbon propre" !! ( oui c'est nouveau, ça vient de sortir ).
De même, championne du massacre de son environnement, elle encourage coûte que coûte la production de pétrole et gaz de schiste qui devance même la production d'or noir de l'Arabie Saoudite en nbre de barils extraits.
Ah !! Vivent les ingé US !!
Des pans entiers de son industrie chimique passent ss controle étranger (comme Monsanto racheté par Bayer).
Mais il est vrai que les ingé américains brillent dans l'industrie financière et ses instruments financiers qui ont fait du reste les beaux jours de la crise des subprime de 2008, un véritable âge d'or...
Des petits génies à l'image de Steve Jobs ou Bill Gates ou Jeff Bezos sortent des campus qui les ont vu naître pour créer des empires et de nouveaux modes de vie à coup de nouveaux besoins issus d'innovations de rupture.
Mais ces empires profitent surtout à une petite élite multiculturelle de collaborateurs talentueux débauchés à prix d'or sur la scène internationale où les ingé US ne sont pas forcément majoritaires, qui dirigent et gèrent des sociétés sans usines et une supply chain éparpillée ds le monde entier, à l'image de l'Iphone dont au moins 90% de la valeur correspond au software et à son IA qui permettent le fonctionnement d'une multitude d'applicatifs et de services en ligne conçus par cette élite.
Mais un empire comme Apple n'a rien à voir avec ses adversaires comme Samsung ou Huawei qui possèdent une base industrielle intégrée solide dans leurs pays d'origine.
Bref, la société américaine ( du moins celle vécue par ses élites économiques et politiques) se transforme inexorablement en une société virtuelle qui se déconnecte de l'économie réelle qui est reléguée au reste du monde.
Ds cette logique, cette société est très inégalitaire ( d'où le terme"egoisme" mentionné ds le commentaire), car peuplée d'une élite intellectuelle pensante qui accapare l'essentiel de la VA de la chaine de valeur des produits et services en ne distribuant que des miettes au reste du monde ( sous traitance planétaire de la fabrication des composants et de l'assemblage du produit final, services domestiques à la personne pléthoriques qui font appel à une multitude de petits jobs, soins à la personne et soins de santé exorbitants dans des centres de soin ht de gamme ).
a écrit le 08/02/2020 à 15:17 :
On a la chance de posséder 2 équipementiers, complets qui plus est. Foin de l’épouvantail chinois, il faut les protéger autrement ils risquent même si l’annonce peut paraître extravagante de passer sous pavillon américain et nous serons gros jean.
a écrit le 08/02/2020 à 11:40 :
‘’Cet appétit américain vis-à-vis de Nokia et d'Ericsson préoccupe la France et l'Europe pour les mêmes motifs de souveraineté et de sécurité nationale.’’

Et pourtant, le gouvernement français ne favorise pas Nokia et Ericsson.

‘’C'est pourquoi le gouvernement français affirme que sa récente loi sur la sécurité des réseaux 5G ne vise pas seulement Huawei, mais bien l'ensemble des équipementiers télécoms. Autrement dit : si ce texte a aujourd'hui vocation, a minima, à limiter le groupe chinois pour des raisons sécuritaires, il offre les moyens, demain, d'agir avec la même fermeté à l'égard d'un Nokia ou d'un Ericsson en cas de passage sous pavillon étranger. Et en particulier américain.’’

Cette conclusion est bel et bien celle du journaliste.

De 2, si la France agit avec la même soi-disant fermeté avec le groupe chinois et avec Nokia et Ericksson sous un contrôle hypothétique américain, elle sera larguer de façon irrattrapable dans le domaine de la 5G voire de la 6G.
a écrit le 08/02/2020 à 7:52 :
l'Europe a 50 % des brevets mondiaux sur la 5G, les américains ont e droit de les acheter aussi si on beut bien leur vendre, il est temps de penser a la 6G !
a écrit le 08/02/2020 à 7:48 :
La Chine et e Japon travaille sur la 6G quand l'Europe essai d'installer la 5G et les states sans 5G ont des problèmes de logiciels sur leurs avions et satellites !
a écrit le 07/02/2020 à 19:58 :
Les americains n'ont jamais eu de complexe à acquerir des technologies à l'exterieur. Il n'ont pas de préjugé défavorable sur le "not invented here". D'ailleurs Nokia Networks est issu de Nokia, de Siemens, Alcatel, Lucent, Bell Labs. Un petit reste en somme, qui merite de rebondir avec des moyens appropriés que l'Europe semble incapable de pourvoir.
Réponse de le 07/02/2020 à 23:07 :
C’est bien le moment de pleurer. Si votre pays adorateur du libre échange chez les autres est nu aujourd’hui, et bien pas de bol, la prochaine fois il regardera plus loin que le bout de son nez.
Réponse de le 07/02/2020 à 23:09 :
C’est bien le moment de pleurer. Si votre pays adorateur du libre échange chez les autres est nu aujourd’hui, et bien pas de bol, la prochaine fois il regardera plus loin que le bout de son nez.
a écrit le 07/02/2020 à 14:32 :
Great America a les chevilles fragiles ? Aucun merveilleux industriel dynamique n'a de matériel pour la 5G ? Ils n'ont pas anticipé ? Le matériel 3G, 4G US il est de quel constructeur ?
J'avais cru lire que les russes non plus, d'où des infox diverses sur le danger avéré de la 5G pour refroidir le reste du Monde (parait-il, pas facile de savoir d'où viennent les campagnes de désinformation).
Avec quelques milliards ils absorberont les entreprises pépites pour éviter d'avoir tout à inventer. Huawei n'est pas à vendre ? :-)
Le matériel Nokia (suis passé à Nokia, ville de Finlande mais ai pas cherché s'ils y étaient physiquement) et Ericsson il est fabriqué en Chine ?
Réponse de le 07/02/2020 à 17:14 :
Les questions sont pertinentes (il y a quelques questions rhétoriques :- ) )
Il y avait bien Lucent(US) et Alcatel(FR) qui ont été racheté par Nokia; c'est ainsi que la France et les USA ont perdus leurs derniers constructeurs de réseaux mobile.
Les russes ont adoptés une autre stratégie, depuis déjà des années (au moins 15 ans), les prestataires n’opèrent pas le réseau, mais il montre aux employés des opérateur comment opérer, mettre a jour, configurer les équipements (pour faire une analogie, il y a pas mise à jour Windows automatique, c'est manuel et vérifié en amont). Je soupçonne qu'entre temps les russes aient analysés le OS et les logiciels installés et les aient adaptés. J'imagine que les Chinois ont fournis les sources, car les Russes ne seront jamais un concurrent de Huawei ou ZTE.
En France il y a des essais de la sorte, le code source de Windows étant disponible à l'INRIA depuis de décennie, la Sogeti fournissant un android sécurisé, ... Mais le président préfère un Iphone, les opérateurs mobiles ont coupés dans la R&D pour ne faire que du commerce et de boutiques...
Réponse de le 10/02/2020 à 17:21 :
Great America a casser ses jouets: les bells labs, puis motorola, puis nortel puis ils ont esperes syphonne alcatel en forcant la fusion lucent et alcatel, mais niet ca ne l'a pas fait. nokia a rachete parce que ca partait en eau de boudin (qlq volontes politiques derrieres mais pas trop affirmees). nokia n'arrive pas avec la 5g.
les ricains ont voulus du cash rapidement, a l'image de nos societes: tout tout de suite. le chinois a une vision sur 25 ans et il a une revanche a prendre: le sac de pekin par nos "democraties".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :