Premier "game over" pour Nintendo qui affiche un déficit de 425 millions d'euros

Le géant japonais du jeu vidéo Nintendo a fait état jeudi de sa première perte annuelle recensée après des résultats financiers catastrophiques pour l'exercice 2011-2012. Le constructeur souffre notamment de l'essoufflement de sa gamme de consoles et d'un manque de jeux-vedettes pour dynamiser les ventes.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Même joueur joue encore ? Nintendo a présenté jeudi la première perte de son histoire mais espère rebondir avant la fin de l'année. L'entreprise de jeux vidéos a en effet achevé l'année dans le rouge, sur un déficit net de 43,20 milliards de yens (425 millions d'euros), même si un léger mieux a été constaté en fin de période, notamment au moment des fêtes de Noël.

Chute de 36,2% du chiffre d'affaires

L'exercice précédent faisait déjà figure d'année noire pour le constructeur japonais. En 2010-2011, Nintendo avait vu ses bénéfices fondre de 66,1% sur un an à 77,6 milliards de yens (675 millions d'euros). A l'époque, le groupe avait notamment invoqué les chiffres décevants des ventes des consoles DS et la lassitude des consommateurs envers ses produits, en particulier aux Etats-Unis. Pour l'exercice qui s'est achevé en mars dernier, Nintendo s'attendait alors à un bénéfice net de 110 milliards de yens. Le groupe japonais n'a de fait pas atteint ses objectifs, d'autant moins qu'ils les avaient abaissés durant l'année au vu des piètres résultats du début de commercialisation de la 3DS.

Ce résultat, du plus mauvais effet, est dû à une chute de 36,2% de son chiffre d'affaires à 647,65 milliards de yens (6,4 milliards d'euros) et à une perte d'exploitation de 37,32 milliards, en raison de méventes de ses produits, d'une baisse de prix des consoles pour attirer les clients et de la flambée concomitante de la monnaie japonaise. Pour Nintendo, qui encaisse 77% de ses recettes hors du Japon, les variations, mêmes minimes, des cours des changes, ont un impact important sur ses comptes.

Mais le pionnier des consoles de jeu de poche espère un rebond durant l'exercice en cours entamé le 1er avril et qui s'achèvera le 31 mars 2013. L'insuffisance de nouveaux titres-phares empêche en outre l'enclenchement d'un cycle vertueux où l'attrait pour les jeux entraînent l'achat des consoles qui elles-mêmes deviennent un prétexte à l'achat d'autres jeux. Les joueurs sont en outre de plus en plus attirés par des téléphones portables "couteaux-suisses" du type iPhone ou Android pour lesquels existent des milliers de divertissements, en général beaucoup moins chers quand ils ne sont pas tout bonnement gratuits.

Nintendo vise 18,5 millions de 3DS vendus d'ici le mois de mars 2013

La dernière machine de poche de Nintendo, la 3DS, dotée de deux écrans dont un avec rendu tridimensionnel visible sans lunettes, n'a pas rencontré le succès espéré lors de son lancement. Les ventes en volume se sont certes améliorées après une baisse importante de prix consentie à partir de la fin de l'été et grâce à une extension des canaux de vente et du catalogue de jeux, mais pas dans les proportions escomptées ni au rythme souhaité. Le groupe a vendu ainsi 5,85 millions de 3DS au Japon depuis son lancement le 26 février 2011 (dont 4,79 millions durant la période budgétaire considérée) et quelque 11,3 millions à l'étranger (8,7 millions au cours de l'exercice).

Nintendo espère cependant écouler 18,5 millions de 3DS entre avril 2012 et mars 2013, grâce à une logithèque plus garnie. Alors que le groupe a écoulé 36 millions de jeux 3DS produits par lui-même dans le monde l'an passé, il espère en avoir vendu le double d'ici mars prochain, sans compter 37 millions de jeux pour les autres types de consoles de poche DS.

Par ailleurs, la console de salon Wii est aussi à la peine, dans l'attente de la prochaine version, Wii U, attendue cette année. Seulement 9,84 millions d'exemplaires ont été achetés en un an, soit plus de 5 millions de moins que l'année précédente. Quant au nombre de jeux vendus, il est tombé à 102,3 millions de boîtes, contre 171 millions un an plus tôt.

Les espoirs du groupe reposent sur les ventes de fin d'année

Confronté à une situation critique, Nintendo espère se requinquer un peu dans les mois à venir. Pour l'heure, il mise sur un profit net annuel de 20 milliards de yens (un peu moins de 200 millions d'euros) et un gain d'exploitation de 35 milliards de yens. Son chiffre d'affaires annuel devrait remonter de 26,6% à 820 milliards de yens (un peu plus de 8 milliard d'euros). Le premier semestre budgétaire (avril à septembre 2012) ne devrait cependant guère être reluisant, a d'emblée prévenu Nintendo qui table surtout sur les ventes de fin d'année.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 30/04/2012 à 10:35
Signaler
j'espere que nitendo n'auras pas le meme destin que sega quand à la prochaine wii u je suis septique ca fais longtemps que les japonais ne sont plus à la fete les editeurs comme les contructeurs se font bouffer par les americains microsoft gagne du t...

à écrit le 26/04/2012 à 13:40
Signaler
En même temps la Wii, ça va 5 minutes... On en a vite fait le tour !!

le 26/04/2012 à 14:47
Signaler
Je ne suis pas du tout d'accord. Certes la Wii propose de nombreux jeux familiaux qui n'ont que peu d?intérêt pour les "gros gammer", mais son catalogue propose quand même de très nombreux titres très intéressant tel que les Zelda, les Metroid, de no...

le 26/04/2012 à 15:06
Signaler
C'est surtout que les gens attendent la Wii U et puis Nintendo fait trop de remake, quand on a déjà joué à leurs jeux sur N64 ou GameCube, la Wii a peu d'intérêt.

le 30/04/2012 à 0:10
Signaler
laurent a résolu la clé du probleme

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.