Datacenters : le Français Data4 lève 650 millions d'euros pour devenir un champion européen

 |  | 622 mots
Lecture 3 min.
Le Français Data4, qui possède un campus à Marcoussis dans l'Essone, annonce une levée de dette de 650 millions d'euros.
Le Français Data4, qui possède un campus à Marcoussis dans l'Essone, annonce une levée de dette de 650 millions d'euros. (Crédits : DR)
Près d'un an après sa dernière levée de fonds en mai 2020, Data4 réalise une nouvelle opération de financement, optant cette fois-ci pour un emprunt. Porté par un secteur en pleine croissance, le groupe entend poursuivre son expansion en France et en Europe, en mettant l'accent sur des solutions éco-responsables.

Quinze ans après sa création, le spécialiste français des datacentres Data4 accélère son déploiement avec une méga-levée de dette de 650 millions d'euros. Totalisant désormais près d'1 milliard d'euros de ressources, dans le cadre du plan 2020-2024 annoncé l'année dernière, l'hébergeur informatique veut doubler son chiffre d'affaires en cinq ans.

Pour y parvenir, sa stratégie repose sur un double-objectif : d'une part, le groupe, qui finance et opère ses propres datacentres, entend renforcer la production de ses campus actuels. Dans le détail, il a pour ambition d'accroitre la capacité électrique de son campus de Marcoussis (Essonne) de 100 à 200MW, ainsi que d'augmenter le nombre de datacentres sur ses campus de Madrid et Milan. D'autre part, il cherche à s'implanter dans de nouveaux pays, dont l'Allemagne, l'Europe Centrale et la Scandinavie.

Actuellement, Data4 gère 21 datacentres en France, en Italie, en Espagne et au Luxembourg, et dispose d'importantes réserves foncières et électriques en Europe : 129 hectares et 209 MW disponibles. Ainsi, les nouvelles ressources accordées par la Deutsche Bank, la Société Générale et SMBC doivent lui permettre de poursuivre la croissance qui s'est maintenue en 2020, malgré la pandémie.

Lire aussi : Les datacentres, un observatoire de la souveraineté des données

Un marché en forte croissance

En effet, la crise sanitaire a particulièrement profité au marché des datacentres. En cause : « la pandémie de Covid-19 a considérablement augmenté le trafic de données », révèle le rapport « France Data Center Market - Analyse des investissements et opportunités de croissance 2020-2025 » publié en mai dernier. Dès lors, 80% des entreprises ont accéléré leurs programmes de transformation numérique, qui reposent sur les infrastructures de télécommunication comme les datacentres, selon une étude de Dell Technologies publiée en décembre. Ainsi, « 2020 a plus que jamais mis en évidence le rôle crucial joué par les data centers dans le bon fonctionnement de notre société et de notre économie », souligne Olivier Micheli, président de DATA4 Group, à l'occasion cette levée de dette.

Actuellement, le marché européen est dominé entre autres par Equinix, qui compte plus de 200 datacentres dans 24 pays, Digital Realty, qui en compte le même nombre dans 14 pays, Interxion, Orange et Atos. Et rien qu'en France, la taille du marché des datacentres devrait croitre à un taux annuel moyen de 4% sur la période 2020-2025, selon le rapport publié en mai.

Les datacentres contribuent au bilan carbone néfaste du numérique

Une forte croissance qui pose aussi la question de la durabilité. En effet, selon une étude de l'Union européenne publiée en mars, la consommation d'énergie des datacentres devrait augmenter de 30% d'ici 10 ans. L'hébergement dans le cloud des infrastructures informatiques et des données est en effet l'une des causes majeures de l'empreinte environnementale du numérique, avec les terminaux (tous les appareils électroniques) et les réseaux de télécommunications, à l'image des câbles sous-marins indispensables pour le fonctionnement d'Internet.

Du coup, pour s'inscrire dans une démarche plus écoresponsable, Data4 a développé, à côté de ses activités traditionnelles d'hébergement des données, le D4 Smart Datacenter : en temps réel, cette solution permet aux clients, tels que des opérateurs de cloud internationaux ou des opérateurs télécoms, de suivre des indicateurs clés comme la consommation d'eau ou les émissions de gaz à effet de serre, afin d'agir sur leurs usages. Ainsi, avec cette nouvelle opération de financement, Data4 a aussi pour ambition de « faire de la responsabilité environnementale une démarche collective et vertueuse impliquant l'ensemble du secteur », précise le communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2021 à 17:28 :
Puisque que les datas centres sont énergivores et produisent beaucoup de chaleur , pourquoi dépenser encore de l energie pour les refroidir et ne pas utiliser cette chaleur pour chauffer des bâtiments individuel ou public ? ??

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :