Une appli pour jouer un maire corrompu cartonne en Espagne

Corrupt Mayor Clicker propose de devenir le maire d'une ville fictive, dont le but est d'amasser un maximum d'argent sur le dos de ses administrés. Lancé en mai dernier par un studio de Galice, le jeu a été téléchargé plus de 100.000 fois en Espagne.

3 mn

Fort de leur succès, les concepteurs du studio Meigalabs, ont dévoilè une série de mini-jeux complémentaire, en juillet dernier.

Détourner des fonds publics et corrompre, voilà l'objectif de l'application smartphone « Corrupt Mayor Clicker ». Selon le site Franceinfo.fr., le joueur, maire d'une ville, doit amasser le plus d'argent possible sur le dos de ses concitoyens. Le jeu, gratuit pour les systèmes Android et IOS, fait un carton en Espagne, où se situe le studio qui l'a créé, avec plus de 100.000 téléchargements depuis son lancement au mois de mai dernier.

Jouer sur l'universalité de la corruption

L'application, lancée en espagnol et en anglais, à des airs de « Grand Theft Auto », et ses créateurs le définissent comme « le côté obscur du monopoly ». Le maire corrompu qu'incarne le joueur doit acheter des votes, vendre des armes ou privatiser ses hôpitaux... le tout pour mettre l'argent gagné sur ses comptes en Suisse.

Les trois informaticiens de 25 ans ont voulu créer une application dans l'air du temps qui touche un large public :

« Nous avons voulu faire quelques chose d'amusant, de simple et d'universel et nous n'avons rien trouvé de plus actuel, de plus compréhensible dont l'ironie puisse fonctionner à travers le monde entier », explique l'un des créateurs à Franceinfo.fr

Le joueur se voir offrir différents choix, par exemple cacher son argent lors d'un contrôle du fisc ou payer des pots-de-vin aux fonctionnaires, comme le montre la vidéo ci-dessus. 

La création d'une jeune entreprise de Galice

L'application est la deuxième création du studio indépendant de développement de jeux et d'applications Meigalabs, fondé en août 2014, à Ourense, en Galice. Leur première tentative n'avait toutefois pas connu un tel succès.

Pour lancer "Corrupt Mayor Clicker", l'entreprise a réalisé une campagne Twitter efficace. Face au succès de leur application, les créateurs ont conçu, en juillet dernier, des mini-jeux qui prolongent l'expérience du joueur.

Meigalabs, jeune entreprise, s'est formée grâce au quatrième Incuvi-Emprende awards  de l'Université de Vigo, qui encourage ses étudiants à entreprendre. Le gagnant se voit offrir un an de frais payés au sein d'un incubateur d'entreprise. Une aubaine dans un pays qui tente depuis 2008 de sortir d'une profonde crise économique et politique.

Un lien possible avec le climat de corruption dans le pays

Le jeu reflète, d'ailleurs, une certaine réalité en l'Espagne. Bien que le site du studio précise « Toute ressemblance avec des personnages existants relève de la pure coïncidence », on ne peut s'empêcher de lier leur idée aux récentes affaires de corruption qui ont touché l'Espagne.

Des scandales de la sorte ont affecté le parti au pouvoir, le Partido Popular (PP), mais aussi son opposant politique le Partido Socialista Obrero Español ( PSOE) et même le parti indépendant catalan Convergència. Seul les partis Podemos et Cuidadanos échappent, pour l'instant, aux scandales de corruption. Cependant, les hommes politiques ne sont pas les seuls concernés dans le pays, où  la royauté et certains directeurs de banque sont jugés pour des faits similaires.

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 06/08/2015 à 20:21
Signaler
En France, les élus n'ont pas besoin d'appli, ils savent faire naturellement :-)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.