La génération Y adore la mobilité collaborative

Transport, logement, repas... la génération Y bouscule les codes de la consommation traditionnelle, jusqu'à en changer la donne.
Mounia Van de Casteele

3 mn

Les 25-35 ans sont adeptes de tous les modes de consommation alternatifs aux offres traditionnelles. Ils prennent un VTC pour aller à l'aéroport, et préfèrent les confortables et économiques « bus Macron » au train
Les 25-35 ans sont adeptes de tous les modes de consommation alternatifs aux offres traditionnelles. Ils prennent un VTC pour aller à l'aéroport, et préfèrent les confortables et économiques « bus Macron » au train (Crédits : DR)

Les « Millennials » roulent en Uber et en Blablacar. Ils ne vont pas à l'hôtel, mais programment leurs week-ends sur Airbnb et optent pour la location de voiture à un particulier sur le site Drivy. Les 25-35 ans sont adeptes de tous les modes de consommation alternatifs aux offres traditionnelles. Ils prennent un VTC pour aller à l'aéroport, et préfèrent les confortables et économiques « bus Macron » au train. Ils commandent un Heetch en sortant de boîte de nuit. Et le dimanche soir, ils font venir le restaurant chez eux en commandant un repas sur Deliveroo, depuis leur canapé. Bref. La génération Y bouscule les codes de la consommation traditionnelle et change la donne, jusque dans les transports.

La stratégie du prix mini de voyage-sncf.com

Les professionnels de la mobilité n'ont donc eu d'autre choix que de s'adapter pour répondre à cette nouvelle demande. À commencer par la SNCF, qui, loi Macron oblige, a musclé son offre en proposant des trajets dès cinq euros en Ouibus. En effet, la libéralisation du marché des autocars attire un grand nombre d'opérateurs et génère une guerre tarifaire sans merci avec des prix de transport imbattables, entre 5 et 10 euros. Le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, table sur 200 lignes intérieures ouvertes d'ici à la fin de 2016. Par ailleurs, l'entreprise ferroviaire a étendu son offre de TGV à bas coût Ouigo, avec des tarifs à partir de dix euros... Pareil pour Hop!, qui a revu sa grille tarifaire (plus simple et plus agressive), dans le but de regagner des parts de marché sur les autres modes de transport, en particulier le train.

Voyages-Sncf.com l'a d'ailleurs bien compris : il faut miser sur la génération Y, et penser à ceux qui préfèrent voyager moins cher, quitte à passer plus de temps dans le(s) train(s). Ainsi, la nouvelle stratégie de la filiale de la SNCF consiste-t-elle à mettre en avant les prix les moins élevés possible, en tablant sur les jeunes qui préfèrent augmenter le nombre de correspondances, mais diminuer la facture à l'arrivée. Toujours pour séduire les plus jeunes, la plateforme d'e-tourisme, qui entend bien gagner la bataille pour le leadership de la distribution digitale du train, a également instauré un dialogue quasi permanent avec cette jeune cible : le voyageur peut désormais joindre un conseiller à tout moment, via Facebook. L'entreprise a récemment annoncé la mise en place d'un système d'envoi de messages utiles (comme indiquer le numéro du quai) et personnalisés transmis au voyageur via Messenger, au moment où cette information lui sera le plus utile.

Le Smartphone, nouveau sésame de l'émancipation

Anciens et modernes se disputent les faveurs de la génération du système D, laquelle n'hésite pas à zapper. Certains vont carrément jusqu'à créer une offre nouvelle, en fonction d'un besoin identifié. À l'instar de Frédéric Mazella, qui aurait eu l'idée de fonder Blablacar faute d'avoir trouvé une place dans un train, tout en constatant un très faible taux d'occupation des véhicules sur l'autoroute. Idem pour Travis Kalanick qui, selon la petite histoire, aurait lancé Uber pour pallier une offre insuffisante de taxis à Paris. Ou encore de Teddy Pellerin, qui explique avoir créé Heetch afin de permettre aux jeunes comme lui de se déplacer la nuit.

Il faut dire que les acteurs traditionnels ont un temps de retard, estime Nicolas Louvet, directeur de l'institut de recherche 6-t. Cela s'explique selon lui par une certaine frilosité à l'égard du risque, ainsi que par des investissements souvent malheureux ou insuffisants.

Reste que « tout cela est bon pour la mobilité, analyse-t-il. Ce sont autant de solutions qui contribuent à retarder au maximum le passage à l'acte du jeune en matière d'achat de voiture et de permis de conduire. Parce qu'aujourd'hui, le jeune se déplace en smartphone », sourit-il.

Et de lancer :

« La voiture n'est plus le facteur d'émancipation aujourd'hui. C'est le smartphone. »

Mounia Van de Casteele

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 08/05/2016 à 20:54
Signaler
Ils ne bousculent rien, ils recherchent simplement les meilleurs plans. On a tous fait ça dans notre jeunesse quand on avait pas de fric...et on continue d'ailleurs avec la crise :-)

à écrit le 08/05/2016 à 9:21
Signaler
Mme magaz a raison...

à écrit le 08/05/2016 à 7:39
Signaler
Encore faut-il partir du principe que ces Milleniums sont tous urbains, sans enfants, libres comme l'air et qu'ils peuvent improviser leurs déplacements en fonction des disponibilités Blablacar et Airbnb ! Pour emmener un enfant au tennis chaque sem...

à écrit le 08/05/2016 à 7:39
Signaler
Encore faut-il partir du principe que ces Milleniums sont tous urbains, sans enfants, libres comme l'air et qu'ils peuvent improviser leurs déplacements en fonction des disponibilités Blablacar et Airbnb ! Pour emmener un enfant au tennis chaque sem...

à écrit le 07/05/2016 à 9:35
Signaler
Article dénué d'intérêt...

le 07/05/2016 à 11:21
Signaler
Tout à fait d'accord avec vous : - Ce sont ceux qui pouvaient difficilement voyager qui sont concernés par ces solutions moins chers. Ça ne correspond donc pas à la génération Y mais plutôt à une classe sociale. - Toute la génération Y n'est pas pr...

le 07/05/2016 à 22:27
Signaler
Mme Magaz est certainement une ménagère de plus de 50 ans qui connaît extrêmement bien le sujet. Passez votre chemin madame.

le 09/05/2016 à 8:13
Signaler
Hahaha! Je m'incline devant tant d'argumentation. Merci d'avoir illuminé mon début de semaine.

le 09/05/2016 à 10:42
Signaler
"Ça ne correspond donc pas à la génération Y mais plutôt à une classe sociale". Bien sur , il y a 3,6 millions de cadres dans ce pays avec en moyenne 3 gosses , ce sont eux qu"évoque l'article.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.