Vision artificielle : le français Prophesee lève 19 millions de dollars

 |   |  426  mots
La startup Chronocam, qui change de nom pour devenir Prophesee, lève 19 millions de dollars.
La startup Chronocam, qui change de nom pour devenir Prophesee, lève 19 millions de dollars. (Crédits : DR)
La deep tech française Prophesee, ex-Chronocam, a levé au total 40 millions de dollars en trois ans. Son innovation de rupture imite l’œil et le cerveau humain pour permettre aux machines de voir ce qui leur était auparavant invisible. La startup a déjà créé a première rétine en silicium pour redonner la vue aux aveugles, et vise désormais les robots et la voiture autonome.

Encore un exemple de la puissance de la deep tech française. La startup Prophesee, ex-Chronocam, annonce le succès d'une deuxième levée de fonds de 19 millions de dollars, auprès d'un géant mondial de l'électronique dont elle tait le nom, et de ses investisseurs historiques 360 Capital Partners, Supernova Invest, iBionext, Intel Capital, le groupe Renault et Robert Bosch Venture Capital.

Avec ce tour de table, Prophesee cumule à 40 millions de dollars le montant total des fonds levés depuis sa création, en 2014. Et pour cause : sa technologie unique au monde, issue en partie des travaux sur l'œil humain menés par la recherche publique (Institut de la Vision, CNRS, CEA, UPCM, INSERM) révolutionne la vision artificielle.

| Lire aussi : La France prendra-t-elle le virage des « Deep Tech » ?

Première rétine en silicium pour redonner la vue aux aveugles

Basée à Paris et dotée de bureaux au Japon et aux États-Unis, Prophesee, qui emploie 60 ingénieurs et détient plus de 20 brevets internationaux, a déjà prouvé la valeur de son innovation de rupture. Concrètement, sa technologie imite l'œil et le cerveau humain, pour permettre aux machines de voir ce qui leur était auparavant invisible grâce à sa capacité de traitement de vision extrêmement rapide, équivalente à 100.000 images par seconde.

Autrement dit, elle permet aux capteurs et aux caméras de voir et d'analyser, pour la première fois, ce que l'œil humain et les capteurs actuellement disponibles sur le marché ne peuvent percevoir. La startup est notamment à l'origine de la première rétine artificielle en silicium, qui est aujourd'hui commercialisée pour des systèmes de restauration de la vue pour les aveugles.

| Lire aussi : Cinq "Deep Tech" françaises qui pourraient changer votre vie

Devenir le leader de la vision artificielle pour les machines

Mais les potentielles applications de cette technologie de rupture s'étendent à de nombreux domaines. Si bien que Prophesee ambitionne d'ouvrir une nouvelle ère de vision artificielle pour les machines, qu'il s'agisse de véhicules autonomes, de robotique, de drones, d'automatisation industrielle ou encore d'objets connectés.

Ces 19 millions de dollars serviront donc à accélérer la phase de déploiement de la technologie dans les secteurs ciblés par la startup. "Nous avons désormais les moyens nécessaires pour passer rapidement du stade de développement de la technologique à la phase de déploiement", affirme Luca Verre, co-fondateur et Pdg de Prophesee.

| Lire aussi : Deep tech : pourquoi l'alliance entre l'Inria et la French Tech à Station F est utile

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2018 à 22:19 :
Avec ce système la biotechnologie a besoin de don d’organe
comme des yeux ?
a écrit le 21/02/2018 à 14:34 :
Le consortium du projet CorticalSight et explications
http://www.institut-vision.org/fr/news1/314-.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :