François Fillon actionne son chantier fibre optique

 |   |  422  mots
Le Premier ministre François Fillon a présenté ce lundi le programme national "très haut débit" pour l'accès à Internet dont la première étape démarre en juillet.

"Permettre l?accès de tous les Français au très haut débit", tel est l'engagement pris par le président de la république et rappelé ce lundi par le Premier ministre à l'occasion de la présentation de programme national "très haut débit" annoncé le 18 janvier dernier et pour lequel l'Etat a déjà décidé de mobiliser 2 milliards d'euros sur les 4,5 milliards dédiés au volet numérique du grand emprunt.

Mais ce déploiement, considéré par François Fillon comme un "enjeu industriel majeur", est estimé à plusieurs dizaine de milliards d'euros. Par conséquent, l'objectif du gouvernement est de "créer un véritable effet de levier sur l?investissement privé tout en favorisant le co-investissement des différents acteurs, via la mise à disposition des opérateurs de ressources financières non bonifiées mais de longue maturité adaptées à la durée de vie de ces nouveaux réseaux en fibre optique". Il est en outre nécessaire de "soutenir simultanément, par un cofinancement de l?Etat, les projets d?aménagement numérique portés par les collectivités territoriales et s?inscrivant en complémentarité avec ceux des opérateurs".

François Fillon a insisté sur le fait de ne pas privilégier les zones les plus denses. Il souhaite que les futures infrastructures numériques se déploient "de façon concomitante dans les zones urbaines et dans les territoires ruraux afin de ne pas laisser se créer une fracture numérique."

Des "projets pilotes" dès le mois de juillet

La première étape de ce plan débutera en juillet prochain avec un appel à "projets pilotes", sur la base d'un cahier des charges (choix technologiques, services proposés, calendrier,...), pour le déploiement "à titre expérimental" des réseaux en dehors des zones très denses. L"idée est d'associer les collectivités territoriales et les fournisseurs d'accès nationaux. A ce titre, des subventions pourront être envisagées. Cinq projets seront choisis in fine pour une durée d'expérimentation de 6 à 9 mois.

Dans le même temps, l'Arcep, le régulateur français des télécommunications, doit d'abord préciser le cadre réglementaire du déploiement de la fibre dans les zones les moins denses, pour lequel un projet de décision a été élaboré et une consultation publique lancée vendredi.

L'objectif, défini le 9 février dernier lors des Assises des territoires ruraux, est de couvrir 100% des foyers en 2025.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :